Plus que givré

À l'affiche du :
24 septembre 2021 au 2 janvier 2022
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
Achat de Tickets

Seul en scène, Philippe Lelievre joue une foule de personnages plus givrés les uns que les autres L'histoire d'une bande de comédiens qui essaye de monter une pièce comique.

Sauf que le texte de la pièce comique n'est pas drôle du tout. Et c'est là qu'on commence à rire.

 

Théâtre Les enfants du Paradis
34 rue RICHER
PARIS

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
16 oct. 2021
9/10
7
Allumette, gentille allumette,
Allumette, je te grillerai…

Avouez quand même qu’un type qui pose en très gros plan, le regard certes azur, mais dans le vague, avec une allumette qui sort de l’oreille droite, avouez quand même que ce type-là a raison de s’auto-qualifier de « givré », et même « plus que givré ».

Givré, c’était il y a dix-huit ans, date à laquelle Philippe Lelièvre créa ce spectacle éponyme, et que, sous la pression « d’une personne qui a insisté » (si si, puisqu’il le dit…), il a eu bonne idée de redonner, dans une version certes un peu remodelée, mais toujours aussi percutante.

Ou comment plonger une salle entière dans la plus grande hilarité !

Un one-man-show ? Un seul en scène ?
Certes. Mais avant tout, une fresque quasi-cinématographique, une épopée visuelle des temps modernes qui va nous raconter les avatars d’une troupe de théâtre, la célèbre « compagnie des Vagabonds de la Lune ».
Une répétition, puis un stage de travail dans une résidence du Perche.

Le théâtre dans le théâtre, une aventure complètement déjantée.

Les dessous de la création, et ceux des passions humaines associées.



Une espèce de version sous acide et sur les planches du film « La nuit américaine », de Truffaut, qui va nous montrer tous ces hommes et ces femmes, théâtreux-branquignols à qui mieux-mieux, à la fois histrions et bras cassés magnifiques, tous plus givrés (nous y voilà) les uns que les autres.

Sauf que…
Sauf que tous seront interprétés par Philippe Lelièvre.

Mis en scène de façon survitaminée par Arnaud Lemort, le comédien nous propose un véritable maelström scénographique, dans lequel, en changeant de gestuelles, de voix, de mimiques, d’attitudes, d’accents, de registre de langue, il se transforme en permanence pour interpréter cette poignée d’« artistes » empêtrés dans la production de leur vaudeville.

Un metteur en scène à la fois enthousiaste et désespéré, un comédien contraint de tourner des pubs à la fois caféinées et alimentaires, un second rôle à la tête étonnante (nous apprendrons évidemment les raisons de cette curiosité morphologique et électrique…), une jeune ingénue virginale, une actrice « chevronnée » d’un « certain » âge et à la voix rauque, fumant clope sur clope, un régisseur passionné de diverses techniques, un accessoiriste porté sur la dive bouteille, tous prendront vie et corps devant nous !

M. Lelièvre, ne ménageant vraiment ni sa peine, ni son énergie et encore moins sa formidable capacité à faire fonctionner nos zygomatiques, M. Lelièvre nous rend immédiatement attachants tous ces personnages hauts en couleurs, plus drôles les uns que les autres.

Et puis, honnêtement, on les connaît tous ces hommes et ces femmes qu’il nous décrit, on les a à peu près tous déjà rencontrés…
Moi, la comédienne à la voix rauque et à la cigarette allumée en permanence, je serai prêt à parier de qui il s’est inspiré… J’ai même deux petites idées...

De grands moments hilarants nous attendent.
Promotion du café ou encore du kevlar, (drôlissime, vous dis-je ), rappel de la gloire du caleçon d’aisance, un match enfiévré de freesbee, un rêve pour le moins onirique, un quasi-numéro de cirque devant un arbre, et bien d’autres…
Nous sommes véritablement emportés par ce tourbillon scénique.



Et puis le spectacle de Philippe Lelièvre est également un spectacle pédagogique, puisque des leçons de taxidermie, d’italien pour les nuls ou encore de pêche en eau douce nous seront délivrées.

( A propos de pêche et de lancer, le spectateur qui a hurlé hier de rire en entendant une réplique digne de Michel Audiard, c’était moi !)

Et puis, cerise sur le gâteau, le comédien, dans une scène très désaltérante, nous prouvera s’il le fallait encore sa faculté à improviser et à s’adresser à un public et dialoguer avec lui.
Un gag visuel épatant ponctue tout ceci.

On l’aura compris, il serait dommage de passer à côté de ce spectacle très drôle, dans lequel Philippe Lelièvre se démène comme un beau diable pour nous faire passer une heure et quart à la fois délirante et hilarante.

Créé en 2003, repris donc en 2021, ce spectacle sera assurément remonté dans une version intitulée « Encore plus que givré » et qui sera donnée dans dix-huit ans, c’est à dire en 2039.
Il faudra évidemment réserver bien à l’avance.
Je compte sur vous !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu d'acteur
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor