Le Faiseur

Le Faiseur
De Balzac
Mis en scène par Emmanuel Demarcy-Mota
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Quand Balzac campe de simples humains piégés par leurs rêves et par le goût du pouvoir, Emmanuel Demarcy-Mota épice le cynisme ambiant d’un humour rageur et ravageur.

Un homme d’affaires ruiné tient ses créanciers en haleine, leur promettant le rapide mariage de sa fille avec un garçon riche. Lequel, en réalité, compte sur cette « fiancée » pour payer quelques dettes pressantes. Sans la moindre complaisance, Balzac s’est amusé à entrecroiser les tromperies, à composer un jeu de dupes, réjouissant autant qu’effrayant.

Car on pourrait lire cette histoire dans le quotidien du jour, elle est de tous les temps. Il suffirait de changer les noms, de prendre les choses avec l’humour rageur et ravageur d’Emmanuel Demarcy-Mota, avec son attention quasi amicale envers les personnages. « Money, Money », chante le chœur, accompagnant sur un ton de plus en plus mélancolique les étapes de cet enlisement dans le cynisme d’un mensonge sans issue. Cynisme généralisé, assumé jusqu’à l’inconscience, jusqu’à l’innocence.

Alors, avec un superbe brio, une tendresse subtile, les comédiens font vivre de simples humains, piégés par leurs rêves, par le goût et l’exercice du pouvoir. Ils croyaient y trouver le bonheur.

Note rapide
9/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
67%
1 critique
Note de 8 à 10
33%
Toutes les critiques
18 oct. 2015
9/10
70 0
Auguste Mercadet est une Faiseur : il emprunte, fait patienter ses créanciers, miroiter des profits aux uns et des rêves aux autres. Il raconte des histoires, bonimente, flatte, invente mille et une excuses pour ne jamais honorer ses dettes, emprunter encore plus. Auguste Mercadet vend : il vend du rêve, il vend sa fille, la fade Julie à un riche héritier (qui se révèlera être un coureur de dot, un apprenti-faiseur, lui aussi). Mercadet vend du vent et tout le monde achète.

Vous connaissiez Balzac le réaliste, voici Balzac le dramaturge farceur qui fait virevolter treize personnages dans une comédie mordante au cynisme insolent. Le ton est vif, les répliques fusent, nous sommes dans un vaudeville financier ou chacun ment et appâte l'autre, et en particulier Mercadet, personnage central fascinant d'aisance dans le mensonge et l'affabulation.

Emmanuel Demarcy-Mota a imaginé une magnifique farce où le cynisme est tourné en burlesque, où les personnages deviennent risibles, pathétiques, ridicules, et même attendrissants, parfois, dans leur quête d'enrichissement. Serge Maggiani est un superbe Mercadet, froid, aimable, affable, parfaitement hypocrite et calculateur. A ses cotés, Valérie Dashwood (Madame Mercadet) est une délicieuse bourgeoise alcoolisée tandis que Jauris Casanova impressionne en amoureux transi-clown triste. Tous les autres sont au diapason et composent une galerie de personnages tragi-burlesques étonnants de drôlerie. Ils chantent aussi : des intermèdes viennent ponctuer la pièce avec entre autres Money des Pink Floyd ou de Abba, apportent encore plus de modernité à ce texte intemporel.

Modernité aussi dans les costumes contemporains et le décor, tout en pans inclinés qui se lèvent et se rabattent au fil du texte, mettant les comédiens sans arrêt en équilibre fragile, tout comme l'est le cours de la bourse ou la situation de Mercadet. N'oublions pas les superbes lumière et scénographie de Yves Collet, toutes en clairs-obscurs, rais lumineux et froids, véritable plaisir des yeux tout autant que la mise en scène.

Un vrai plaisir donc, que ce Faiseur drôlement cynique et cyniquement drôle.
5/10
55 0
Ennui, ronronnements et lassitude…

Balzac donnait à ses romans tout le talent qu’on lui reconnait d’un narrateur descriptif, minutieux, précis tendance pédagogique (névrotique, qui a dit névrotique ?), attendant du lecteur soit de la patience soit du lâcher de bouquin. Ça, je le savais avant d’aller voir la pièce. Mais je me suis dit : « Une pièce de théâtre de Balzac, faut aller voir quand même ! » Aie Aie Aie mon fils, qu’as-tu fait là !...

Certes, elle est jouée depuis 2013 par le Théâtre de la Ville et en tournée (je l’ai vue en banlieue hier). De plus, Robin Renucci la remonte avec les Tréteaux de France cette année…

Malheureusement, la pièce ne dépare pas de la littérature Balzacienne. Des longueurs, peu de rebondissements, les virages prévisibles et la fin convenue et évidente mais libératrice !

La mise en scène d’Emmanuel Demarcy-Mota n’apporte pas le contrepoids salvateur. Le travail sur des plateaux inclinés et amovibles, soulignant l’instabilité des situations, se révèle lui aussi redondant et lasse, hélas.

La distribution inégale (ce jour-là ?) ne rehausse rien. Certains comédiens donnent l’impression de ne pas y croire. En tous cas, ils ne font pas passer la « ternitude » de l’ensemble par le dynamisme ou la coloration des personnages ou des jeux.

A ranger au rayon des oublis.
7 oct. 2015
6/10
62 0
Le texte qu’Honoré de Balzac écrit en 1848 dépeint un monde qui se compose de ceux qui ont trop d’argent et ceux qui n’en ont pas assez. De nos jours rien n’a changé et « l’art de payer ses dettes et de satisfaire ses créanciers sans débourser un sou » se révèle être une idée visionnaire pour l’auteur qui écrivait cela dès 1827.

Il fait dans sa pièce rarement montée Le faiseur, un portait au vitriol de la bourgeoisie spéculante, manipulatrice et sans scrupule de son époque. Emmanuel Demarcy-Mota, actuel directeur du Théâtre de la Ville, choisit, en opposition, de traiter cela avec légèreté et modernité. Il confie la scénographie, originale et intelligente, à Yves Collet qui constitue le plateau en trois panneaux de bois sur lesquels évoluent les personnages. Ce décor, composé de pentes et de trappes, symbolise dans ses inclinaisons l’équilibre instable de la situation financière de la famille Mercadet qui fluctue entre ascensions et décrochages, telle la Bourse actuelle. D’ailleurs, le patriarche ressemble davantage à un trader des temps modernes qu’à un spéculateur de l’époque de Louis-Philippe.

Néanmoins, malgré des dialogues percutants et des acteurs convaincants, les rebondissements sont trop attendus et l’intrigue, plutôt répétitive, finit par lasser voire agacer. L’ensemble en devient pénible et nous nous raccrochons désespérément à cette fabuleuse scénographie, recherchée, travaillée et faisant sens avec le propos auquel nous n’avons pas été sensibles d’entrée de jeu. Emmanuel Demarcy-Mota a fait le choix étonnant de verser dans le registre de la comédie musicale en faisant Abba (Money, money, money), Pink Floyd (Money) ou encore David Bowie (The man who sold the world) à la troupe. Si l’idée se montre plutôt bonne, son aspect décousu et répétitif ne fait pas mouche systématiquement.

La mise en scène est également mitigée mais a le mérite d’aller au bout des choses (comme lorsque Julie se donne à son prétendant). Du côté de l’interprétation, Serge Maggiani campe parfaitement Auguste Mercadet, manipulateur prêt à sacrifier le bonheur de sa fille pour s’enrichir, poussé par son épouse, Valérie Dashwood dont le jeu manque de relief. Sandra Faure, qui hérite du rôle de Julie Mercadet, la fille laide qui devient l’enjeu des spéculations de ses parents, s’en sort très bien, tout comme Jauris Casanova (Adolphe Minard), parfait en amoureux naïf qui se révèlera être un riche héritier. Si les trois domestiques, Justin (Pascal Vuillemot), Thérèse (Gaëlle Guillou) et Virginie (Céline Carrère) se montrent plutôt convaincants, tout comme Sarah Karbasnikoff dans le rôle très secondaire de Mme Pierquin, les autres peinent à s’imposer et à sortir de l’effet masse de la troupe.

C’est donc un ressenti plutôt mitigé qui s’est emparé de nous à la sortie de ce Faiseur dont la version scénique proposée manque cruellement de rythme et nous conforte dans l’idée qu’Honoré de Balzac n’était pas un grand auteur de théâtre à défaut d’être un écrivain talentueux à qui l’on doit la fabuleuse Comédie humaine.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor