top5 (1)

Huckleberry Finn

Huckleberry Finn
  • Théâtre de la Huchette
  • 23, rue de la Huchette
  • 75005 Paris
  • St-Michel (l.4, RER B et C)
Itinéraire
Billets à 28,00
À l'affiche du :
4 juin 2019 au 7 septembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 16:00
    • 21:10
Achat de Tickets

1850, dans l’Amérique esclavagiste. Huck, un gamin maltraité et Jim, un esclave en fuite, tentent d’atteindre les territoires libres…

Adaptation en comédie musicale du célèbre roman de Mark Twain, Huckleberry Finn est un parcours initiatique truculent, satirique et idéaliste.

Magnifique histoire d’amitié, c’est aussi une critique féroce d’une société injuste et bien pensante.

Note rapide
6,5/10
pour 6 notes et 5 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
17%
5 critiques
Note de 8 à 10
83%
Toutes les critiques
6 juil. 2019
8,5/10
3 0
« Huckleberry Finn » le musical d’après Mark Twain au théâtre de la Huchette dans une mise en scène d’Hélène Cohen est une belle histoire d’amitié sur fond de liberté.

Dans ma jeunesse, les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain nous tenaient en haleine via son feuilleton télévisé. Une œuvre dédiée à la jeunesse.
En revanche, Huckleberry Finn est un roman plus fort, plus cru, destiné à un public plus adulte, une œuvre où sont moins édulcorés les problèmes de cette société américaine dont le racisme et l’esclavage étaient ses deux mamelles.
En cela Didier Bailly et Hélène Cohen l’ont bien compris en adaptant dans un musical cette histoire. Pour mettre en musique ce roman, ils se sont adjoint l’aide d’Eric Chantelauze pour les paroles (il avait retenu toute notre attention avec son livret pour « Comédiens ! » qui a triomphé dans ce même théâtre et reçu cinq récompenses aux trophées de la comédie musicale !), Didier Bailly signant la musique.

Une histoire mouvementée, pour un auteur marqué par une enfance en quête d’aventures.
Ses deux héros doivent cohabiter dans leur fuite.
Huckleberry Finn est un enfant maltraité par son père qui a soif de liberté tout comme Jim, un esclave en fuite et qui dit esclave dit un homme de couleur.
Comment concilier, accepter pour un enfant élevé dans ce monde, où l’esclavagisme est naturel, de fuir avec un noir. Un esclave qui fuit pour sauver sa peau : leur seul point commun au début de cette histoire.
Les voilà donc tous les deux naviguant sur le Mississipi, sur un radeau de fortune, pour rejoindre la terre de liberté. Une terre pour cet esclave qui lui permettrait de travailler afin de racheter la liberté de sa femme et de sa fille. Une terre de liberté pour ce jeune Huckleberry Finn afin éviter les sévices de sa tutrice.

Un voyage qui va remettre à plat tous leurs préjugés et construire une solide amitié.
Dans cette aventure Mark Twain dépeint une société où « les méchants » se cacheraient plutôt du côté des bien-pensants. Cette société où la religion occupe une place prépondérante, pudibonde à souhait : d’ailleurs cela a-t-il changé ?
Une société violente qui punit sans remords, par la peine de mort, tous ceux qui ne respectent pas les règles, le pouvoir. Une société qui ne se remet pas en cause, où la mort omniprésente peut perturber et donner à réflexion à ce jeune adolescent en pleine construction de son mental, de sa vie. Un jeune lucide qui dénonce toute la bêtise de ses aînés et lutte pour se libérer de ce carcan que l’on veut lui faire adopter, se libérer de cette pensée politiquement correcte.
Un texte fort sous une forme musicale, écrit pour nous divertir sous couvert d’un parcours initiatique.

Un esclave, Jim, qui lui éveille sa conscience ; un esclave prisonnier de son corps mais pas de sa tête, de sa pensée, de sa réflexion. Un esclave qui va permettre à ce jeune Huckleberry Finn de rompre les liens qui le conditionnent dans cette société raciste, stupide et violente.

La musique et les paroles donnent à ce musical une légèreté salvatrice permettant de partager son lot d’émotions.
Un personnage clé, Le maître de cérémonie, permet à cette mayonnaise de prendre forme. Tour à tour il est Le monsieur loyal, l’agent de liaison des deux héros avec ses multiples personnages qu’ils rencontrent en chemin, celui qui met en mouvement les « effets spéciaux » très réussis de cette fuite qui nous font voyager dans le temps et l’espace : par exemple avec cette très belle scène dans le brouillard qui met en avant le lien qui unit l’esclave et le jeune adolescent.
La scénographie de Sandrine Lamblin, les lumières de Laurent Béal, les superbes marionnettes de Pascale Blaison et les vidéos de Sébastien Sidaner apportent cette touche indispensable à cette évasion grandiose qui se joue sur la petite scène du théâtre de la Huchette, exploitée intelligemment par une mise en scène mêlant humour, poésie et gravité d’Hélène Cohen. Nous sommes embarqués dans son voyage dans un tourbillon de liberté.

Il fallait trois comédiens chevronnés pour nous faire vibrer, nous émouvoir, nous faire rire sur ce sujet grave.
Morgane L’Hostis apporte toute sa fraîcheur, sa jeunesse, son enthousiasme pour le rôle de Huckleberry Finn.
Joël O’Cangha dans le rôle de l’esclave, Jim, est lumineux, généreux, il est l’homme et l’esclave de son rôle.
Quant à Alain Payen, avec sa bonhommie, sa gouaille, sa truculence, il est la touche de couleur dans ce drame de la bêtise humaine.

Une belle performance qu’il faut aller applaudir, qui remet les idées en place !
23 juin 2019
8,5/10
3 0
Huchleberry Finn, considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de la littérature américaine est adaptée ici sous la forme d'une comédie musicale.

Comme le dit Hélène Cohen la metteur en scène de ce spectacle, "la musique a le pouvoir de transcender les émotions", et cette belle amitié entre Huck enfant maltraité par son père et Jim esclave en fuite, est ici bien mise en valeur.

Tout l'art du théâtre lorsqu'il est bien exploité est de "faire croire", ce qui est le cas ici. Avec peu de moyens, mais par le biais d'accessoires astucieusement choisis, l'équipe chargée de produire ce spectacle nous fait vivre avec intensité et poésie l'aventure de ces deux hommes partis sur un radeau pour atteindre les territoires libres. Les trois comédiens chanteurs forment un trio attachant et Morgane l'Hostie montre bien l'effort qu'Huck doit faire pour se libérer de son conditionnement mental du à l'éducation étriquée et hypocrite que lui ont inculquée ses parents.

Joël O' Cangha (Jim) possède une belle aisance corporelle et artistique et Alain Payen, le maître de cérémonie ajoute une jolie touche de fantaisie. Quant à la musique, et l'éclairage, ils sont envoûtants, et grâce à tous ces éléments, l'esprit du livre qui dépeint une société bien-pensante ressort ici avec élégance. Bref, un beau moment où l'on peut apprécier la qualité créative que peut apporter le théâtre qui dispose généralement de beaucoup moins d'apport financier que le cinéma mais qui n'en est pas moins aussi porteur de beaux et authentiques messages.
8,5/10
0 0
Un « musical » qui vaut un détour au théâtre de la Huchette, petit écrin incontournable. Une comédie musicale intelligente, drôle et émouvante. À l’affiche tout l’été. À ne pas manquer !
16 juin 2019
8,5/10
19 0
On dirait le sud...
Le terrible sud esclavagiste des Etats-Unis, avant que la Guerre de Sécession engendre l'abolition de l'esclavage chez l'Oncle Sam.

C'est à cette honteuse époque de notre Humanité que Mark Twain situe son roman considéré à juste titre comme son chef-d'œuvre.

Si son autre « best-seller » Les aventures de Tom Sawyer est assimilé au roman de jeunesse, il en va tout autrement de cette histoire qui va mettre en scène et lier à jamais deux êtres humains.
Deux personnages en fuite.

Un jeune garçon orphelin de mère battu, maltraité et un esclave en fuite. Un « Nèg' marron ».
L'un des 12,4 millions d'Africains qui ont été déracinés de leur continent durant les quatre siècles que dura ce commerce, chargés comme des animaux sur les navires négriers.
(J'en profite pour rappeler que sur ces 12,4 millions d'êtres humains marchandisés, 1,8 million d'hommes et de femmes trouvèrent la mort dans le « Passage du milieu », l'infernale traversée atlantique) *

Huckleberry Finn est un roman initiatique dans lequel deux thèmes principaux vont être abordés.
D'une part, la fraternité et la solidarité humaines entre un jeune blanc et un esclave.
Et puis bien entendu la figure défaillante du père, associée à la recherche d'une vision positive de la paternité.

Dans cette même salle du mythique théâtre de la Huchette qui vit le triomphe de la comédie musicale « Comédiens ! », la metteure en scène Hélène Cohen et le compositeur Didier Bailly ont donc décidé d'adapter le roman de Twain. Le livret a été une nouvelle fois confié à Eric Chantelauze.

J'ai été fasciné par la capacité d'Hélène Cohen a créer beaucoup d'espace et d'espaces au pluriel, sur la petite scène de la Huchette.
Différents moyens fort judicieux, souvent poétiques, seront mis en œuvre pour ce faire. Et je vous laisse découvrir.

Nous serons sur ce radeau ballotté par les eaux souvent fourbes du Mississipi, nous nous retrouverons dans une maison presque hantée, nous pénétrerons dans un temple, dans une grande maison familiale.
Les partis pris scénographiques et dramaturgiques fonctionnent à la perfection.

De plus, nous serons confrontés à beaucoup plus de personnages que les trois seuls comédiens-chanteurs pourront en interpréter. Là encore, je n'en dirai pas plus.

C'est Alain Payen qui nous accueille, en Maître de cérémonie à la redingote pourpre un peu élimée.
Tel un bateleur de foire, il nous met dans l'ambiance de ce qui va suivre, avant que le rideau ne soit tiré et le radeau ne soit montré. Il distribue un petit objet à quelques spectateurs, dont ils devront se servir durant le spectacle.
Le comédien, truculent, est très drôle.

Et nous découvrons Huck et Jim.
En la personne de Morgane l'Hostis et Joël O'Cangha.

Ces deux-là, grâce à la partition, au livret, et surtout grâce à leur talent, ces deux-là m'ont enchanté.

Leur duo va fonctionner à merveille. Que ce soit en jouant la comédie ou en chantant, les deux artistes en solo, ou en duo, sont irréprochables.
Ils servent parfaitement les airs et les chansons du compositeur et du librettiste.

Les deux comédiens-chanteurs ont beaucoup de métier dans le domaine du Musical, c'est évident.
J'ai beaucoup aimé la chanson-titre du spectacle, interprétée par Melle L'Hostis (je défie quiconque de ne pas la fredonner en sortant du théâtre), ainsi que la magnifique ballade bluesy « Miss Lizabeth », que Joël O'Cangha interprète avec un très grand feeling. Beaucoup d'émotion se dégage alors.

L'autre tube « Miss Watson » chanté par le trio ravit également le public.

Les trois artistes seront longuement applaudis, avec de nombreux rappels.
Je vous conseille vivement de franchir les portes de la Huchette et d'aller vous replonger dans cette histoire très touchante, qu'il est bon de redécouvrir dans son entièreté, dans cette version mise en notes.
C'est un bien beau moment théâtral et musical !

-----
* Les chiffres que j'ai énoncés plus haut, concernant le commerce négrier, sont tirés du remarquable ouvrage de Marcus Rediker intitulé « A bord du négrier, une histoire atlantique de la traite », paru en 2017 et édité dans la collection Points-Histoire.

Une indispensable somme sur ce douloureux sujet.
9 juin 2019
8/10
2 0
Le roman des aventures d'Huckleberry Finn de Marck Twain est fidèlement adapté et mise en scène par Hélène Cohen. La co-adaptation et composition musicale Didier Bailly. L'histoire est convaincante. L'auteur aborde l'esclavage et la ségrégation raciale dans la société américaine de l'époque avec conviction. C’est une critique féroce contre une société injuste et cruelle. Les trois acteurs débordant d'énergie s'investissent totalement dans cette histoire sur l'égalité raciale. Un émouvant spectacle musical qui donne à réfléchir.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor