top5 (5)

Gaspard Proust

Gaspard Proust
De Gaspard Proust
Avec Gaspard Proust
  • Gaspard Proust
  • Olympia
  • 28, boulevard des Capucines
  • 75009 Paris
  • Opéra (l.3, 7, 8)
Itinéraire
Billets de 59,00 à 70,00
À l'affiche du :
11 décembre 2018 au 23 décembre 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:30
    • 20:00
Réservation de tickets

Comédien et humoriste suisse de 39 ans d'origine slovène, Gaspard Proust se définit lui-même comme un cartésien désabusé. Cet humoriste associe impertinence et élégance dans un seul-en-scène vitriolé.

 

Gaspard Proust ose absolument tout et ne fait rien comme les autres. Son deuxième spectacle était attendu avec impatience !

Il revient en 2016 avec un nouveau one man show à la Comédie des Champs-Élysées.

 

426

La critique de la rédaction : 7.5/10. Gaspard Proust a un humour violent, agressif, démesurément cynique pourtant tellement efficace !

Bizarrement, son anticonformisme, son pessimisme, son grand mépris de l’homme, de la femme, des homosexuels, des musulmans, des communautés ne rendent pas ce misanthrope détestable. La mise en scène aurait pu arrondir les angles mais il se fait attendre avant de commencer la représentation, décroche son téléphone en plein milieu, n’hésite pas à dire qu’il ne prend aucun plaisir et veut finir au plus vite son spectacle…

On lui pardonne toutes les horreurs car il est très drôle, a su nous séduire avec son humilité et sa fragilité. Cet humoriste a un style et une posture qui sortent définitivement du lot.

Dans les différentes séquences, il part de clichés, de thèmes pas toujours originaux comme le couple, la religion, François Hollande, Manuel Valls ; heureusement, les punchlines sont bien amenées, intelligemment formulées et souvent assez surprenantes pour nous faire rire. Dommage que le spectacle s’essouffle, cassant la bonne dynamique dans les 15 dernières minutes, moins réussies.

Très bon one man show. Mieux que son premier.

Note rapide
8,6/10
21 pour 21 notes et 16 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
19%
15 critiques
Note de 8 à 10
81%
Toutes les critiques
11 déc. 2017
9/10
92 0
Un vrai bijou de cynisme, un one-man show encore meilleur que le premier.

Il lance à la face de son auditoire ses 4 vérités et comble de la provocation le public l’a payé pour le faire. Du grand art, un enfant de DESPROGES qui ringardise ces pâles humoristes « bankables » que l’on cherche à nous faire passer pour des génies
1 déc. 2017
9/10
99 0
Quand on a un humour aussi corrosif, il faut avoir un immense talent !
Quand on passe les 14 premières minutes de son spectacle derrière le rideau, il faut avoir un immense talent !
Gaspard Proust ose absolument TOUT parce qu'il a un immense talent !
Et on y va pour être à la fois horrifié et séduit par … son immense talent !
17 nov. 2017
9/10
97 0
Gaspard, veux-tu m'épouser ?

C'est un peu court me direz-vous et pourtant face à tant de finesse cachée derrière l'acide, le gras, le sel et le piment je n'ai qu'une envie partager tous mes repas avec cet homme ! Vous n'aurez pas de saveur fade ou tiède avec Gaspard Proust et c'est ça qu'on aime.
Ça fait TELLEMENT de bien un texte intelligemment écrit et pas des vannes au kilomètre sans intérêt, TELLEMENT de bien de pouvoir rire de tout sans pisses-froid ou censeurs !
Que ceux à qui ça ne plait pas aillent voir ailleurs et laissez-nous notre plaisir de tout maltraiter pour mieux combattre la bêtise.

Le seul tout petit bémol qui enlève le dernier point pour mettre 10/10 c'est le tunnel final sur les singes, un peu long et semble vouloir revenir à de bons sentiments.
21 sept. 2017
9/10
132 0
Ça pique, ça grince, ça dérange parfois mais c'est tellement bien écrit qu'on ne peut que saluer le talent de Gaspard Proust.

Pour rire mais pas que...
4 avr. 2017
8/10
147 0
Pas de titre particulier au spectacle si ce n'est qu'il est nouveau, comme le mentionne l'affiche. La salle est comble et c'est sur un effet spécial très particulier que la soirée démarre : des bruits d'ovation laissant supposer l'arrivée d'un artiste rock, une volée de cloches et un rai de lumière rouge filtrant sous un rideau de scène noir.

Cette manière de commencer est très originale. Mais très vite le "ton" Gaspard Proust, pour ceux qui le connaissent, ne fait aucun doute. C'est bien lui qui nous parle depuis les coulisses. Rien que sa question : elle est rentrée la clientèle ? nous prévient à qui on a affaire.

Nous allons rester longtemps dans le noir, comme si on l'écoutait à la radio en fait. On sera soulagé lorsque la lumière reviendra mais ne vous figurez pas que quelques autres effets de scénographie s'enchaineront. L'humoriste ne sort jamais de scène, n'a aucun élément de décor (on ne peut pas dire que la table sur laquelle repose une bouteille d'eau en soit un), aucune musique, aucun effet, aucun changement de lumière, ou alors imperceptible.

On aura finalement une double prouesse : coté artiste, en ne s'accordant qu'à peine une seconde de répit ici ou là, coté public en ne lui laissant pas le temps de souffler non plus.

Le débit de Gaspard Proust est plus qu'impressionnant. Non seulement il parle vite, mais il cause riche, avec un lexique extrêmement travaillé. Les phrases sont longues, presque autant que celles de l'écrivain homonyme dont il a pris le nom, par simplicité énonciatrice, pour ne pas courir le risque que son nom, Gašper Pust, soit écorché, avec un sens de la formule qui fait mouche à tous les coup parce que les réflexions sont argumentées.

Aucun sujet ne semble tabou, ni la politique (les ultimes développements du Pénélope Gate émailleront sans aucun doute les prochaines représentations), ni l'argent, la religion, le sexe, le mariage pour tous. Il ne rit de rien mais le public s'amuse de tout. La moindre hypocrisie est pour lui pain béni. Même le terrorisme en prend pour son grade. L'artiste s'appuie sur les derniers faits d'actualité pour conclure que le but des militaires est tout de même de faire peur aux barbus ... lesquels pourraient bien débarquer ce soir, ici et maintenant, évidemment puisque c'est la guerre.

On se dit alors qu'il vaut peut-être mieux qu'on reste tous dans le noir. Il fait peur parfois parce que ce qu'il dit est si juste qu'on en a froid dans le dos. On est souvent au-delà de l'humour. Je n'étonnerai personne en disant qu'on l'adore autant qu'on peut détester cet homme qui lorsqu'il se prétend féministe, nous rassure qu'il vient de lâcher la meilleure blague du spectacle.

Surtout quand il se moque de ce qui n'est pas drôle, en faisant ressurgir du passé des séquences qu'on préférerait oublier. C'est que l'artiste est sans limites et que son talent nous oblige à tout lui pardonner.

Le rideau est toujours baissé. L'acidité de Gaspard Proust inonde tour à tour Alex Lutz, que plus personne ne regarderait sur Canal+, Guillaume Gallienne, dont l'exhibitionnisme de la libido est salué de 5 Césars, de Dany Boon célèbre pour son sketch sur le kway, avant de s'égoutter sur les lecteurs de Libé ou de Télérama, sans doute cachés quelque part dans la salle en les prévenant de ne pas chercher de signification particulière à la ligne rouge, si ce n'est qu'elle est franchie.

Le seul à avoir grâce à ses yeux est Laurent Ruquier, qui est toujours mon producteur, glisse-t-il, mais qui pourrait le menacer de le déplacer aux Grosses têtes, ce qui serait la punition suprême.

Vous avez besoin de rire, moi d'argent. Marché conclu.

Et le public s'en donne à coeur joie. Il faut dire que sa description des végétariens ou "liens", abstinents du gluten, du lactose et autres bonnes choses, est bien sentie. Ces dévoreurs de graines et de topinambours se seraient régalés pendant la guerre.

On pardonne forcément à ce petit-fils de rescapée de Ravensbrück de gratter sur toutes les plaies. Etre né et avoir grandi en République socialiste de Slovénie, et avoir passé douze ans en Algérie ont du lui forger le caractère autant que d'avoir été banquier en Suisse.

Savourons notre chance que la gestion des fortunes ne l'ait pas fait davantage rêver que d'escalader les sommets. Il a tant de fois changé de vie qu'on pourrait craindre que le virus ne le reprenne. Mais alors comment rirons-nous et de quoi ?

A l'heure où retourner sa veste est un euphémisme on ne souhaite qu'une chose, qu'il ne change pas.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu d'acteur
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor