Expo Éblouissante Venise

Expo Éblouissante Venise
  • Grand Palais
  • 3, avenue du Général Eisenhower
  • 75008 Paris
  • Franklin-D.-Roosevelt (l.1, l.9), Champs-Elysées-Clemenceau (l.1, l.13)
Itinéraire
Billets à 14,00
À l'affiche du :
26 septembre 2018 au 21 janvier 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 10:00
    • 20:00
Réservation de tickets

Héritière d’une tradition multiséculaire, la civilisation vénitienne brille de tous ses feux à l’aube du XVIIIe siècle, dans le domaine des arts plastiques, des arts décoratifs, de la musique et de l’opéra.

Grâce à la présence de très grands talents, parmi lesquels et pour ne citer qu’eux, les peintres Piazzetta et Giambattista Tiepolo, le vedustiste Canaletto, les sculpteurs Corradini et Brustolon, Venise cultive un luxe et une esthétique singuliers.

La musique y vit intensément à travers les créations de compositeurs comme Porpora, Hasse, Vivaldi, servies par des chanteurs de renommée internationale comme le castrat Farinelli ou la soprano Faustina Bordoni.

 

27

La critique de la rédaction : 7.5/10. Agréable cette visite de Venise en voguant parmi les oeuvres d’art du XVIIIe siècle.

Nous voyons aussi bien des sculptures que des tableaux, des dessins, des maquettes... C’est très beau.
Je ne suis jamais allé à Venise mais cela m’en a donné envie, sur les peintures l’architecture, les magnifiques bateaux, le folklore ont tellement de charme.

Le parcours et les textes des cartels sont assez classiques.
Ma conjointe qui m’accompagnait a elle été déçue d’en voir peu sur le carnaval, le verre de Murano, les miroirs.

Malgré cela, le voyage en vaut la peine. Passez davantage de temps dans la partie basse de l’exposition, elle est plus intéressante !

Note rapide
6,6/10
pour 5 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
80%
1 critique
Note de 8 à 10
20%
Toutes les critiques
23 nov. 2018
9,5/10
7 0
Ce n'est pas une exposition mais un voyage flamboyant que nous propose la scénographe Macha Makeïeff au Grand Palais.
Une traversée pleine de surprises à travers la Venise du 18e siècle.

La peinture et la sculpture sont ainsi enrichies des Arts du spectacle. La Sérénissime était en effet une scène permanente où le théâtre, la musique et la danse occupaient une place prépondérante.

A la lumière cristalline des toiles de Canaletto succède la lumière vibrante des peintures de Guardi !

Entre ces deux génies, Tiepolo père et fils, Piazetta, Grassi, Longhi et tant d'autres prouvent qu'aucune autre ville n'aura rayonné dans toute l'Europe comme la Cité des Doges au 18e siècle.

Eblouissant !
21 oct. 2018
7/10
6 0
Découvrir la Venise du XVIII ème siècle, voilà l'objet de cette exposition qui peut paraître mélanger les genres mais justement c'est là tout l'intérêt : voir les différentes facettes d'une ville qui a une réputation éblouissante : c'est le statut à part dans l'Europe de cette République avec son Doge, qui attire tous les regards envieux de ses voisins.

On y découvre de nombreuses disciplines artistiques : architecture, musique (Farinelli est évidement mis en valeur), sculpture et bien sur la peinture qui représente quand même la plus grosse partie de l'expo avec les superbes toiles de Tiepolo et Canaletto, mais aussi d'artistes moins connus. Le rayonnement des artistes vénitiens sur l'Europe du XVIII ème est incontestable !

La scénographie est plutot bien faite quoique classique, j'ai trouvé la parcours un peu court mais sans doute est ce parce que nous passons en revue de nombreux aspects qui méritent d'être approfondi, en tout cas, le visiteur peut ensuite aller chercher des informations par lui même pour poursuivre l'immersion dans l'univers de la Sérénissime suite à cette initiation agréable.
9 oct. 2018
5/10
9 0
On sort de cette exposition avec des sentiments un peu mélangés. D'une part, la scénographie assez immersive et le nombre d'oeuvres de grande qualité nous permettent de saisir un peu l'atmosphère de la Venise du XVIIIe s., période tiraillée entre décadence et derniers feux de génie, avant la fin de la république sous les assaut de Napoléon.

Malheureusement, on en reste un peu à une approche purement esthétique et finalement assez superficielle. Absence quasi complète de contexte historique et notices minimalistes, voire parfois simplement absentes, tout cela manque un peu de rigueur. Certes, tous les spectateurs ne regretteront pas ces lacunes, mais il me semble qu'il vaut mieux donner un peu trop d'information que trop peu.
Autre point un peu gênant pour cette exposition qui se veut généraliste, la part du lion est en fait réservée à la peinture. Bien sûr, les oeuvres de Tiepolo ou Canaletto (pour ne citer que les artistes les plus connus) sont superbes, mais pourquoi négliger à ce point les arts décoratifs (une chaise et une commode, c'est peu), la sculpture, et surtout la littérature (Casanova n'est même pas évoqué, c'est dire...). La musique s'en sort un peu mieux avec une petite section, mais cela reste au niveau du lieu commun (les castrats et les orphelines de la Pietà jouant du Vivaldi...).

Bref, on n'apprend pas grand chose, même si le plaisir des yeux est présent. Et finalement cela donne envie d'en savoir plus, ce qui n'est déjà pas si mal...
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Oeuvres
Emotions
Intérêt intellectuel
Compréhensibilité
Mise en exposition