Et l'amour creusa mon ventre

Et l'amour creusa mon ventre
  • Théâtre de la Manufacture des Abbesses
  • 7, rue Véron
  • 75018 Paris
  • Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Un jour Tom rencontre Adèle. Il ne la verra jamais plus.

Un triangle amoureux débridé, où le fantasme rivalise avec la réalité, où chaque parole abrite un secret.

Un entremêlement de scènes comiques, poétiques, et cruelles.

 

Tom

Où suis-je ?

Adèle

A quelques centimètres d'aimer, qui sait ?

Mais son cœur est fendu, et la passion y germe, définitive, irrémédiable.

Note rapide
4/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
15 nov. 2018
9/10
0 0
Et l'Amour creusa mon ventre, une pièce de théâtre de Julien Köberich.
C'est une grande fraîcheur qui définit le mieux le spectacle donné du jeudi au dimanche à la Manufacture des Abbesses.
D'abord le texte de ce « Et l'Amour creusa mon ventre ». Julien Köberich propose une spontanéité des dialogues qui permet de faire passer avec une légèreté certaine un propos théâtral qui n'est pas frappé d'originalité : un homme, deux femmes, un amour impossible, un amour résigné, un amour installé, des regrets … et la vie qui continue.

Ce texte fluide, les acteurs – dont l'auteur – le traitent en mettant le spectateur dans une boucle de vie quotidienne. La fraîcheur est ainsi au rendez-vous : vous vivez les péripéties amoureuses d'amis à vous, qui n'ont pas de retenue, pas de procédés dans l'expression. La vie simplement décrite derrière un texte plutôt travaillé.
Le défi est de ne pas lasser avec une trame aussi classique et même un peu banale. En restant dans ce cadre, pour les dialogues comme pour le jeu d'acteurs, la pièce imposait une vraie surprise de mise en scène pour convaincre. Deux procédés tiennent en halène.
Le premier est l'utilisation à la fois prenante et pas excessivement pesante des dialogues numériques, par SMS principalement. C'est le prolongement du parti pris de « la vie telle qu'elle est » sous une forme très agréablement accessible.
Le deuxième procédé est celui qui nous a tenu en halène : les scènes qui marquent l'évolution des rapports des trois personnages sont livrées dans le désordre. Cette « temporalité non linéaire » qui s'affranchit de la chronologie des scènes vise à inciter le spectateur à mettre les scènes données dans l'ordre qu'il désire.
Le spectateur bénéfice cependant du repère de numérotation de ces scènes et, à chaque transition, est ainsi assisté pour replacer l'échange dans la trame générale. Ce travail s'impose de lui même : comment ne pas chercher à comprendre comment on en est arrivé à une situation ? Quand la scène initiale est jouée avec une chronologie inversée, le suspens est paradoxalement amené par le fait de connaître « la suite ».
Après le spectacle, le spectateur peut comprendre que, finalement, la banalité de la vie peut s'exprimer sans que l'ennui soit au rendez-vous. Les procédés de mise en scène donnent leur chance à ces dialogues purs et à la fraîcheur du jeu des acteurs. Au quotidien simplement.
Alors ?
Après un coup de foudre dans une cabine d'essayage, Tom ne s'en remet pas.

Adèle devient sa muse avec qui il échangera - temps moderne oblige - des poèmes par texto. Problème : il a déjà quelqu'un, Floriane, qui est plus branchée Tinder que minnesinger. Entre celle qui est d'une lourdeur grotesque et celle qui est presque muette, discrète, mystique, le jeune homme est tiraillé par deux femmes radicalement opposées. Cet antagonisme féminin confronte deux langages. Difficile de ne pas être attiré plus par l'une, sauf à aimer la vulgarité. Floriane demande à Tom de "l'aménager à son goût". C'est cruel, car il y a tout à changer pour qu'elle puisse avoir une once de ressemblance avec Adèle.

L'idée de la transformation de sa compagne en son idéal est séduisante. La simplicité de l'intrigue et l'utilisation du monde contemporain et littéraire a le mérite d'être une pièce très accessible. Le spectacle est travaillé, les comédiens dévoués et la mise en scène, tout en cordage, est originale. Mais à trop tirer sur la corde, on aboutit à une pièce caricaturale.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor