Ebauche d'un portrait

Ebauche d'un portrait
Mis en scène par François Berreur
Avec Laurent Poitrenaux
  • Laurent Poitrenaux
  • Théâtre Ouvert
  • 4 bis, Cité Véron
  • 75018 Paris
  • Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 24,50
Evénement plus programmé pour le moment

Jean-Luc Lagarce, comédien, metteur en scène et dramaturge de la seconde moitié du XXème siècle tenait un journal intime.

A l’intérieur, il confiait ses doutes, ses angoisses, son espoir. Même s’il a connu beaucoup de succès, il avait une cruelle peur de la feuille blanche et des difficultés à écrire au rythme qu’il aurait espéré. Atteint du sida, il évoque également dans cette pièce sa descente aux enfers, ses sept années de lutte pour retenir sa vie qui lui échappait.

Jean-Luc Lagarce a notamment écrit sur la cruauté du monde et l’importance des artistes dans la société. Il est l’auteur de « Music Hall », « Juste la Fin du Monde » et « Le Pays Lointain ».

 

Note rapide
10/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
7 nov. 2013
10/10
168 8
Jardin d'hiver : joli lieu qui se laisse désirer au fond d'une ruelle, derrière le Moulin Rouge. La dernière fois que j'étais venue, pour entendre la correspondance entre Noelle Renaude et Barbara Métais-Chastanier, j'avais eu l'impression, dès l'attente dans le couloir-bar, de sauter à pieds joints dans « le milieu du théâtre », à la fois feutré et démonstratif. Tout le monde se connaît, chacun sait à qui il a affaire quand il salue avec les mots et le sourire de circonstance.

Même chose cette fois, en concentré : nous sommes reçus par Attoun et Attounette en personnes. Judith Magre et ses lunettes noires. Dominique Reymond assise à ma gauche. Laurent Poitrenaux est déjà en scène, prêt à commencer. Mais on attend. Quoi? Une bise mouillée, à Attounette sans doute, claque dans l'entrée : « Je suis confus, je pensais que c'était 19h30 ». Mathieu Amalric entre tout essoufflé. La petite salle est comble. On peut commencer.

Les jours et les morts défilent sur un écran, avec une typographie de machine à écrire, fil info d'un autre temps. Pas si lointain, mais estampillé années 80 et SIDA. Ce n'est pourtant pas le propos : les inquiétudes de Lagarce sur une possible trace laissée dans la lignée théâtrale qu'il s'est construite, ou simplement chez ses proches, l'impossibilité de l'amour, idéal ou béquille, la solitude donc, voulue peut-être, subie beaucoup, le quotidien du jeune homme sans le sou qui se bat poliment contre tout, qui attend, espère, ravale, reprend, reprise, ne capitule jamais tout-à-fait... tout ça dépasse du format Journal 1977- 1995.

Poitrenaux, seul en scène, utilise toutes les gammes de sa voix, toutes les possibilités que lui offrent sa moue et ses lunettes. Il bouge peu dans l'espace intime recréé par les objets réels de Lagarce. Ça et là, il fait apparaître la musique. Il ne nous ennuie pas, malgré l'égrenage des jours et la maladie qui guette. Le public est suspendu aux formules qui piquent, au fil dérisoire des pensées jetées là, brutes et drôles. Je tente pourtant de résister à la mélancolie qui sourd, comme un ressac inquiétant. Je retrouve ce qui m'avait poussé à aller au bout du journal, comme s'il y avait un quelconque suspense. Non, Lagarce ne peut pas mourir à la fin, enfin pas comme ça, pas sans savoir qu'on l'aimerait, comme si on le comprenait.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor