Critiques pour l'événement Richard III d'après William Shakespeare
15 févr. 2015
2/10
73 0
Après Hernani présenté au Théâtre de Belleville en 2013, la Compagnie Nova est de retour avec son adaptation de Richard III, projet en travaux depuis plus de deux ans.

Dans le soucis de s'approprier le texte, Margaux Eskenazi et Agathe Le Taillandier, respectivement metteur en scène et dramaturge, se sont lancées dans une nouvelle traduction - ou "re-traduction" selon leurs termes - et ont osé tailler dans les ronces et y injecter une écriture moderne et dépourvue de grâce pour en tirer une adaptation de l’œuvre magistrale de Shakespeare. Entreprise drôlement présomptueuse.

Les six jeunes comédiens de la compagnie, tour à tour travestis et grimés, enveloppés dans des peaux de bêtes ultra-kitch ou drapés de satin et de paillettes, se battent, se traînent et se pavanent dans un grand bac à sable ou litière géante tapissée de gravier noire : la cour d'Angleterre. Idir Chender est à peine crédible dans le rôle du tyran le plus séduisant de la littérature. Torse nu sous un manteau de fourrure, il s'échine à camper un personnage libidineux, boiteux et provocateur, terriblement caricatural. Les performances grotesques et hystériques de ses comparses donnent l'impression générale d'un projet à l'état de répétition, où toutes les propositions n'ont pas été triées et ne sont pour la plupart pas justifiées. Mais le pire dans cette adaptation est sans doute le manque de générosité de la prestation scénique qui élève rapidement un mur entre le public et les protagonistes s'agitant vainement dans le gravier

Le texte, mâchouillé et déclamé, est noyé dans un tourbillon de cris et de gags bouffons, rendant la tragédie shakespearienne inaccessible à un néophyte et définitivement indigeste.