Critiques pour l'événement Le Chant des Coquelicots
6 mars 2016
8,5/10
64 0
Karine Manzel-Noury et Pierre Deschamps nous emmènent dans une balade pleine d'amour entre le front de la Grande Guerre pour François, et le village ou l'attend Jeanne, sa femme.

L'esprit du conte anime la multitude de personnages joués par les deux acteurs, on y croise soldats, rescapés, fantômes des disparus, sorcière, ... C'est la Guerre, c'est l'horreur, mais ici nous ne sommes pas dans le pathos mais plus dans l'espoir.

Bravo aux deux auteurs d'avoir su extraire de cette immense boucherie, des morceaux de vie, de l'optimisme. Avec pour seul décor leur deux corps, les protagonistes allient contes et mouvements chorégraphiés d'une grande finesse pour illustrer leurs propos.

Une réussite, j'ai beaucoup aimé.
9/10
90 0
Quelle très jolie balade théâtrale que ce « Chant des Coquelicots ».

De multiples émotions caressantes nous enveloppent et nous font cheminer tout le long de cette belle histoire d’amour de Jeanne et François.

Auteurs et metteurs en scène de ce spectacle qu’ils jouent, Karine Mazel-Nooury et Pierre Deschamps l’ont écrit à partir d’un recueil de paroles. Paroles données, paroles écrites, paroles filmées. Cet imposant et remarquable travail réalisé n’est pas sans rappeler celui de folkloriste, à l’instar d’Henri Carnoy, Arnold Van Gennep et Claude Duneton.

Jeanne et François s’aiment et traversent ensemble ou l’un pour l’autre les obstacles que la guerre, ses horreurs et ses privations, place sur leur chemin de vie. Ils vaincront mais que ne leur faudra t’il vivre et subir pour cette fin heureuse !

Par ailleurs excellents conteurs, les deux comédiens nous captivent et nous embarquent dans une épopée riche et superbe, nourrie de ce recueil folklorique, d’emprunts à la mythologique et à la littérature populaire. Nous sommes pris dès le début, secoués par les rebondissements, bercés ou surpris par leurs voix et leurs corps en mouvement et nous terminons ce riche moment d'histoire, sourire aux lèvres et des images plein les yeux.

Oui, quelle très jolie balade théâtrale que ce « Chant des Coquelicots ».