• Avignon
  • En tournée dans toute la France

Le Misanthrope vs. politique

Le Misanthrope vs. politique
De Molière
  • En tournée dans toute la France
Itinéraire
Billets à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Le Misanthrope, c’est la souffrance d’un homme blessé qui se condamne à passer de la philanthropie à la misanthropie. Alceste aimait les humains, mais ses déceptions profondes liées au comportement sournois et mensonger de ses congénères le feront basculer.


Adaptation actuelle, cinématographique, les personnages se perdront dans le monde de la politique, mais chaque vers de Molière sera respecté jusqu’au dernier.

 

Note rapide
8/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
50%
2 critiques
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
29 juil. 2017
9/10
38 0
Vu à Avignon, juillet 2017

Début un peu difficile, il faut se mettre dans le bain d'un milieu politique avec le texte d'origine, donc quelques répliques qui ne correspondent pas toujours. Mais on s'y fait. Tout simplement parce que ça finit par coller. Les personnages du Misanthrope sont terriblement universels. Ils conviennent à toutes les époques.

Alceste est ici incarné par Pierre MARGOT, animal en colère qui vocifère. J'étais plus habituée à un Alceste à la colère froide mais pourquoi pas. Aurélie NOBLESSE est une Célimène sublime. Je crois même avoir mieux compris le personnage grâce à cette version moderne. Un grand bravo à cette comédienne que je découvre !

Très belle mise en scène qui joue sur les sons, les lumières (la table qui s'illumine au moment des commérages et avec l'alcool qui coule à flot, j'adore !), les portables, les interphones, de très bonnes trouvailles !

Les personnages transposés dans le monde ministériel sont très crédibles. On s'en effraie même... Mon Dieu... Comme c'est crédible !

Une très bonne pièce qui revient l'année prochaine au festival. Et que je reverrai avec plaisir.
15 mai 2016
10/10
47 0
Entre Cyrano et Alceste mon coeur balance. Je connais par coeur une grande partie de chacune des deux pièces. Je joue (trop souvent pense mon entourage) dans la vraie vie ce rôle d'Alceste et cela me vaut parfois des désagréments mais comme lui je ne veux pas changer.

Il est difficile de me surprendre avec ce texte et pourtant c'est ce que Claire Guyot a réussi ultra brillamment avec toute son équipe. En sortant du Vingtième Théâtre, je suis autant enthousiaste que j'ai pu l'être après le Don Juan d'Anne Coutureau à la Tempête.

Je sens que je vais encore mettre un 10 sur 10 sur le site du Balcon qui reprend mes chroniques. Et je parie qu'un théâtre va bientôt reprogrammer cette mise en scène qui ne peut pas s'arrêter comme ça le 8 mai prochain.

Une telle intelligence se doit d'être remarquée et approuvée.

Il ne faut pas croire qu'installer Molière dans un décor moderne (qui fonctionne très bien, on peut féliciter le décorateur Jean-Michel Adam) et faire porter aux comédiens des vêtements contemporains (très bon choix de la costumière Nadia Rémond qui par exemple habille Célimène en tailleur pantalon, code masculin s'il en est) suffisent pour installer la pièce dans une forme d'actualité. Ce sont les partis pris de mise en scène et la formidable interprétation des comédiens qui sont essentiels.
J'ai retrouvé l'atmosphère intrigante des cabinets ministériels ou des antichambres des grandes collectivités territoriales. L'affrontement entre utopie et raison est éternel. Alceste fait l'éloge de la franchise et dénonce flatteries, injustices, fourberies et trahisons en feuilletant la presse. Philinte le met en garde contre toute vélléité : le monde par vos soins ne changera pas.

Le "conseiller technique" est manifestement en train de peaufiner un discours politique reprenant l'idéologie qui fera gagner le candidat qu'il soutient. En 2016, sa "plume" est désormais électronique. Le chef de cabinet signe des parapheurs. Et quand le téléphone sonne l'un comme l'autre peut mimer un "je ne suis pas là" peu honnête ...
Alceste clamera tout au long de la soirée son intransigeance face au pouvoir et à ses compromissions. Son indignation et sa souffrance font craindre le pire. Molière aurait écrit la pièce hier son héros fera un vrai burn-out. Mais pour son bien, ou pour un mal de plus, il tombe amoureux de Célimène, la jeune et jolie veuve du Président.

Il va tenter de la convaincre de l'accompagner dans sa quête de rédemption pour un monde plus juste et plus honnête, mais vous connaissez la pièce ...

Que dire pour vous convaincre ? Molière est décidément une valeur zénitale. La qualité du texte demeure intact. La violence des propos ne s'est pas flétrie.

Whisky, coke et petites pépés, téléphones portables, ascenseurs, sac de sport ... tout cela n'est qu'accessoires permettant de transposer l'univers du XVII° jusqu'à aujourd'hui. Il n'y a là rien de racoleur comme pouvait l'être un autre Misanthrope sur une scène nationale, chantant à tue-tête un standard rock en fracassant des chaises.

Claire Guyot nous révèle un "Misanthrope" réellement politique. Ses acteurs sont prodigieux et le combat entre vérité et hypocrisie est universel. C'est dans cette version là (même si le texte n'a pas bougé d'une virgule) qu'il faut montrer Molière aux lycéens.
2 mai 2016
5,5/10
182 0
Alors bien sur le Misanthrope n'est pas la pièce la plus hilarante de Molière.
Si sur le fond elle se transpose aisément dans le temps, l'adaptation est très pesante.

Je n'ai pas été conquise, mais je dois bien l'avouer, je suis toujours rétissante aux adaptations contemporaines de textes classiques.

Je salue toutefois la prouesse des comédiens qui restituent le texte intégral.
Il faut tout de même s'accrocher aux deux heures de spectacles.
6 avr. 2016
7,5/10
84 0
Il faut grimper en courant les pentes de Ménilmuche pour aller voir cet excellent "Misanthrope", fidèle à Molière et intelligemment contemporain, servi par des acteurs qui comprennent leur texte, le respectent jusque dans la prononciation, mais savent le faire vibrer avec bonheur pour lui permettre d’être reçu cinq sur cinq par le public de 2016.

Un grand bravo ! J’ajoute que pour ceux qui se sont fourvoyés au "Tartuffe" de l’Odéon-Ateliers Berthier, infidèle à Molière et recontextualisé sans esprit, ce "Misanthrope vs politique" est un grand bol d’air !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Émotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor