Genesis, Sebastiao Salgado à Lyon

Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Du 30 juillet au 16 août 2020, ne ratez pas l’incroyable hommage de Sebastião Salgado à notre planète à travers les 245 photographies en noir et blanc présentées à La Sucrière.

Genesis est le résultat de huit années de travail et d’une trentaine de voyages autour du monde pour révéler la beauté de notre planète encore préservée. À travers cinq chapitres géographiques, partez à la découverte des paysages, des animaux et des peuples qui ont échappé au monde contemporain.

 

Note rapide
8/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
24 juil. 2020
8/10
3
La Sucrière à Lyon, nous donne l’opportunité de voir jusqu’au 26 juillet 2020 le travail du photographe Sebastiao Salgado sur le thème de la nature encore préservée. Avec l’exposition GENESIS, nous sont présentées 245 photographies qui ont la particularité d’être en noir et blanc comme l’a déjà fait l’artiste dans d’autres expositions. Cinq territoires ayant échappé à l’emprise humaine sont proposés comme les froids extrêmes de l’Antarctique, les zones humides du Pantanal ou bien les communautés mantawaï d’Indonésie. Glaciers du Perito Moreno, manchots à jugulaire, albatros à sourcil noir, pétrels prédateurs côtoient iguanes marins des Galapagos, méandres du rio Jurua en Amazonie et tribus nomades Nénètses du Cercle arctique. Le travail en noir et blanc magnifie à la fois la beauté des animaux, des paysages et des hommes tout en intellectualisant le drame que vit aujourd’hui la planète. C’est donc « esthétisant » et alors ? Pourquoi se passer de ce filet moucheté projeté sur la pellicule, pourquoi se passer du graphisme accentuant les fissures des glaciers, pourquoi se passer du détail des écailles de l’iguane marin, révélées si précieusement comme un bijou ? Au-delà de l’intérêt écologique de l’exposition visant à nous rappeler les beautés de la planète que nous sommes en train de perdre, Sebastiao Salgado et son épouse Lélia Wanick Salgado, commissaire de l’exposition, nous questionnent en fin d’exposition sur l’espoir qu’il est permis d’attendre si on s’en donne les moyens. Et cela donne la présentation de photographies en couleurs cette fois-ci, sur la réhabilitation en quinze ans de l’environnement de leur propre ferme dans le Minas Gerais au Brésil, avec l’ONG qu’ils ont créée Instituto Terra. Les résultats y sont spectaculaires. Après le film de Wim Wenders « le sel de la terre », sorti en 2014, qui nous montrait le parcours de ce photographe, l’exposition GENESIS, fruit de 32 voyages sur 8 années est pour cet artiste unanimement reconnu, sa « déclaration d’amour à la planète ».
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor