Zohar ou la Carte Mémoire

Zohar ou la Carte Mémoire
De Laurent Gutmann
Mis en scène par Laurent Gutmann
Avec Elsa Bouchain
  • Elsa Bouchain
  • Fabien-Aïssa Busetta
  • Laureline Le Bris-Cep
  • Théâtre Paris-Villette
  • 211, avenue Jean Jaurès
  • 75019 Paris
  • Porte de Pantin (l.5)
Itinéraire
Billets de 9,00 à 18,00
Evénement plus programmé pour le moment

Zohar a perdu son père et elle tient à tout prix à se souvenir de lui, car l'oublier, ce serait le faire disparaître complètement.

C'est en tout cas ce que le fantôme de son père lui fait comprendre.

Sa mère, elle, aimerait voir sa fille aller de l'avant, ne pas s'enfermer dans le passé. Elle aimerait refaire sa vie et voir un nouvel homme prendre la place laissée vide par son défunt mari.

 

Entre une mère qui lui dit : "oublie !" et le fantôme d'un père qui lui dit : "souviens-toi !", Zohar devra trouver sa voie.

 

263

La critique de la rédaction : 7.5/10. Un joli conte pour enfants et adultes qui parle très justement de la mémoire et l’oubli.

Une petite fille nommée Zohar nous relate comment elle a vécu la mort de son père. Sa maman et elle ne vivent pas le deuil de la même façon. Pour se reconstruire et démarrer une nouvelle vie, sa maman va faire des choix pas toujours bien compris ni acceptés par sa progéniture.

L’auteur-metteur en scène Laurent Gutmann nous plonge d’abord dans l’univers tout étriqué d’une maisonnette puis dans une grande demeure froide et impersonnelle, un peu effrayante, de l’autre côté de la montagne.

La distribution est très bonne avec une Zohar touchante ; une mère émouvante, effacée, fébrile qui subit sa vie ; et Jean-Claude énigmatique, en doux dictateur.

Si nous avons tant apprécié ce conte, c’est parce que nous passons d’une émotion à une autre en un clin d’œil. L’ensemble est plutôt triste car nous nous prenons pleinement d’empathie pour les mésaventures de Zohar. À plusieurs reprises une petite larme a manqué de nous échapper, mais un rire salvateur nous était alors arraché, puis nous retrouvions le sourire.

Comme tout conte qui se respecte, nous en tirons une morale, nuancée avec intelligence. Zohar ou La Carte Mémoire est tout aussi intéressante pour les adultes qui savoureront les répliques candides de l’héroïne (naïves sans jamais tomber dans la niaiserie) et pourront réfléchir sur leur relation au passé.

Allez-y avec vos enfants !

Note rapide
7,4/10
pour 5 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
80%
1 critique
Note de 8 à 10
20%
Toutes les critiques
10 nov. 2015
8,5/10
62 0
Zohar est fille unique. Elle vit simplement avec son père et sa mère dans une petite maison, au milieu d’un joyeux n’importe quoi, pleine d’innocence et d’insouciance, comme beaucoup d’enfants de son âge. Mais un jour, sa mère lui annonce que son père vient de mourir. Alors Zohar se souvient pour le faire vivre dans son cœur et ne cesse de débuter ses phrases par « maman, tu t’souviens... ? ». Mais un jour, sa mère tombe sous le charme de Jean-Claude, un vendeur ambulant, et elles partent toutes les deux s’installer chez lui, de l’autre côté de la montagne. Comme Zohar ne peut pas emporter grand-chose, elle décide de créer sa propre carte mémoire avec différents souvenirs liés à son père (du sel pour les dîners, la musique qu’il jouait au piano, un morceau de chemise pour l’odeur du papa du soir...), qui bientôt va lui apparaître sous la forme d’un fantôme bienveillant. Qui de la mémoire ou de l’oubli gagnera et fera avancer Zohar sur le chemin de la vie ? Est-ce que son père cessera de vivre dans son cœur s’il ne devient plus qu’un « rêve évanoui » ?

Laureline Le Bris-Cep arrive dans la salle de façon très décontractée. Après avoir interrogé quelques personnes du public sur leur prénom, elle nous confie que, comme son père et avant lui, toutes les générations précédentes, elle se nomme Zohar, ce qui signifie l’éclat ou la splendeur. Et c’est une pièce éclatante à laquelle nous allons assister après une musique passée à l’envers comme on remontrait le fil des souvenirs. Très vite tiraillée entre sa mère qui lui dit d’oublier et le fantôme de son père qui lui conseille de se souvenir, la jeune actrice incarne à merveille l’adolescente partagée, héroïne de ce récit initiatique aux allures de conte sur le délicat passage de l’enfance au monde adulte, entre mémoire et oubli, quand il faut se construire alors que l’on est en manque de repères rassurants. Elle dégage énormément d’empathie et nous nous attachons fortement à ce personnage qui doit trouver sa place et grandir mais, pas trop vite si possible. Sa mère est interprétée avec beaucoup de crédibilité et de sensibilité par Elsa Bouchain, formidable, dont le sacrifice nous émeut grandement. Fabien Aïssa Busetta est également très performant dans le double rôle du père dont le fantôme veille sur sa fille avec tendresse et de Jean-Claude, un homme possessif presque tyrannique. La scénographie de Pierre Heydorff nous fait passer, grâce à une tournette, d’une petite maison rassurante, cocon familial de l’enfance, à un grand espace aseptisé, nouveau logement de la famille recomposée où tout est d’un blanc immaculé, dans une atmosphère lumineuse mais vide et silencieuse. Une source secrète est même présente côté jardin où Zohar oubliera tout, jusqu’à son identité, avant que la carte mémoire ne serve de support pour remonter les souvenirs à la surface et que la vie ne continue.

Enfin un sujet grave traité avec délicatesse et subtilité, raconté aux enfants, ou plutôt aux « adultes à partir de sept ans » comme le confie si justement Laurent Gutmann, auteur et metteur en scène de cette pièce sensible et touchante qui ravira un large public. Un spectacle dont nous nous souviendrons longtemps, résistant au temps qui passe et qui font basculer de beaux moments dans l’oubli.
25 oct. 2015
7/10
76 0
Une très jolie pièce pour enfants mais qui convient aussi parfaitement à un public adulte.

Le thème du deuil d'un parent est abordé avec sérieux, parfois peut-être un peu trop ´durement' pour des enfants (selon moi). Je fais notamment la comparaison avec Le Poisson Belge, sensiblement sur le même thème, mais où la mort est abordée avec beaucoup plus de légèreté. Dans Zohar, rien n'est à demi mot !

La mise en scène est particulièrement agréable.

Une jolie pièce à voir en famille.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor