Une actrice

Une actrice
Mis en scène par Pierre Notte
Avec Judith Magre
  • Judith Magre
  • Pierre Notte
  • Théâtre de Poche Montparnasse
  • 75, boulevard du Montparnasse
  • 75006 Paris
  • Montparnasse (l.4, l.6, l.12, l.13, Trans N)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 35,00
À l'affiche du :
1 octobre 2018 au 17 décembre 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:30
    • 21:00
Réservation de tickets

Un écrivain rencontre une actrice.

Il veut écrire un livre sur elle. Elle s’y oppose. Il veut la faire parler, les gens qu’elle a connus, son travail, sa carrière. Mais elle refuse, elle veut vivre au présent, ici et maintenant.

Philippe Minyana s’appuie sur ses rencontres avec Judith Magre et ses récits, ses rendez-vous avec Aragon, Sartre et Beauvoir, Céline et Giacometti.

Il s’appuie sur son amitié avec Pierre Notte, et leur passé commun à tous les trois prend vie dans un échange incisif et tranché, mordant et drôle, que ponctuent trois chansons interprétées sur scène par Marie Notte.

 

Note rapide
7,5/10
pour 5 notes et 5 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
40%
3 critiques
Note de 8 à 10
60%
Toutes les critiques
9,5/10
4 0
... Oui, ce moment est un moment rare que j’ai adoré. Un spectacle que je recommande très vivement pour approcher le temps d’un temps de théâtre cette grande dame, cette artiste extraordinaire au charme fou.
Afficher le commentaire
28 mars 2018
9/10
13 0
Une actrice de Philippe Minyana mise en scène par Pierre Notte.
Quel bonheur se retrouver Judith Magre, au premier son de sa voix nous sommes ensorcelés. Rayonnante, son regard profond nous captive.
Tout d’abord, elle nous conte l’histoire d’André, magnifique monologue de Philippe Minyana.
*le jour du dos d’albâtre
*le jour de la tasse cassée et des mouches. « L’homme rentre, les mouches sortent, il fait peur aux mouches»
*puis le jour du sourire tordu…
Coup de foudre vite étouffé par la fine pluie du temps. Ce texte est plein de finesse, d’humour et de vérité. Pierre Notte l’accompagne au piano on perçoit très vite une grande complicité entre eux.
Après un petit intermède, la discussion va s’installer entre un journaliste voulant écrire un livre (Pierre Notte) et une grande star du théâtre (Judith Magre). Elle nous conte son enfance, ses amours, ses rencontres avec Simone de Beauvoir, Céline, Prévert, Genet, Aragon …Giacometti qui lui disait :
*ne regarde pas les beaux hommes, ils vont te griller
Elle nous amuse et nous transperce
Le maquillage c’est le meilleur moment, je le range dans une boîte à outils rouge.
Les textes me faisaient frissonner.
On dit les mots et des chemins lumineux s’ouvrent à moi.
La limite entre la fiction et la réalité est impalpable. C’est tout l’art de Judith Magre.
Cette interview est entrecoupée par quelques chansons interprétées par Marie Notte. Chansons chères au cœur de Judith Magre dont les yeux s’humidifient discrètement au détour des mélodies.
La comédie
«Un jour il pleut et l’autre pas
Et c’est fini la comédie
Toujours le jour vient et s’en va
C’est réussi la comédie »
C’est beau, on rit, on sourit, on s’émeut, c’est d’une grande tendresse.
25 mars 2018
7,5/10
13 0
Ce sont ses mémoires, oups que dis-je… Judith Magre ne veut pas entendre parler d’un quelconque livre, d’un tel hommage à celle qui veut vivre ici et maintenant…

C'est donc une rencontre bien agréable où resurgissent les souvenirs de sa vie d'actrice. À travers ces rendez-vous avec Aragon, Simone de Beauvoir, ses rapprochements personnels mais nous n’en saurons pas plus…, Pierre Notte échange avec Judith sur sa vie, sa carrière, il veut tout simplement qu’elle parle, qu’elle se confie. C'est fait avec douceur et beaucoup d'amour et cela se ressent durant cette entrevue.

Quelques coupures musicales viennent agrémenter ce moment de partage.
24 mars 2018
8,5/10
43 0
Tout d'abord et avant tout, on peut être soulagé !

Lorsqu'on a proposé le projet de ce spectacle à Judith Magre, elle a tout d'abord déclaré que de toute façon, elle serait morte au mois de mars.

Judith Magre, c'est cela ! Une dose d'humour féroce, une dose de provoc', une dose de de feinte indignité, une dose d'infinie politesse, une dose de malice évidente, ajoutée évidemment à la dose la plus connue qu'on lui connaît : son immense talent !

C'est l'histoire d'un écrivain qui a entrepris d'écrire une biographie consacrée à une grande comédienne, son idole.

Ces personnages de la pièce de Philippe Minyana, on les connaît, puisqu'ils se nomment comme les comédiens. Et pour cause !

L'écrivain, c'est Pierre Notte.
La comédienne, c'est Judith Magre.
Nous allons donc assister à une sorte d'interview, en vue de la publication d'un bouquin.

Mais tout d'abord, Melle Magre, de sa voix reconnaissable entre toutes, suave, grave, avec des envolées dans les aigus, Melle Magre va nous raconter une histoire.
Un récit de vie qui va commencer par un dos, aperçu au petit matin et se terminer par un enterrement.

Histoire de rappeler le métier de la Dame, histoire de bien se rendre compte de quoi on parle. De remettre les pendules à l'heure, quoi...
Voilà ce que c'est qu'une actrice !

Ce qu'elle a dit m'a fasciné ! Impossible de ne pas être suspendu aux lèvres vermillon de la comédienne ! Elle nous régale, nous enchante et nous ravit.
C'est une leçon de comédie, qu'elle nous donne. Une nouvelle fois.
Et ces yeux ! Ces yeux qui vous transpercent littéralement lorsqu'il vous fixent !

Et puis le corps de la pièce commence véritablement. L'interview à proprement parler.
Le jeu du chat Pierre et de la souris Judith va débuter.

Une joute oratoire à fleurets mouchetés, un délicieux moment de questions réponses.

Lui, il veut absolument ces réponses, il a un bouquin à écrire. Elle, elle ne veut pas forcément les lui donner.
Il veut des anecdotes croustillantes, les lui racontera-t-elle ?

Entre ces deux-là, sous cette apparente opposition, va se jouer un tout autre jeu.

Nous avons devant nous deux êtres qui se sont rencontrés, et surtout qui se sont trouvés.
Sur la scène du Petit Poche, c'est à un moment de tendresse et d'affectueuse complicité auquel nous allons assister.

Il va s'agir d'amour au sens noble, au sens littéral du terme.
Au fil de cette interview, les deux vont se dire qu'ils s'aiment. A mots couverts, à mots plus ou moins feutrés.
Il est très rare de pouvoir dire à l'autre qu'on l'aime, en tant qu'être humain, en tant que personne.
Le verbe « aimer » est tellement galvaudé...

Le texte de la pièce (n'oublions pas qu'il s'agit d'une pièce de théâtre...) est issu des rencontres que l'auteur, Philippe Minyana, a véritablement eues avec Judith Magre.
On rit énormément, et puis tout de suite après un sourire, nous voici tout émus, alors que l'on ne s'y attendait pas forcément.
Des confidences s'échappent, des souvenirs, également. Des deux côtés, d'ailleurs...

Un troisième personnage, Marie Notte, sœur de l'écrivain à la scène comme à la ville, viendra ponctuer le texte de chansons fort joliment interprétées (La comédie, You don't own me, La mémoire qui flanche...)

C'est donc un vrai moment tendre et affectueux qui nous est proposé.
La tendresse et l'affection, nous dit Pierre Notte, sont deux mots un peu surannés, mais qu'il aime beaucoup.
Comme il a raison !
21 mars 2018
7,5/10
14 0
Judith Magre élégance et charme comme d'habitude, parle à bâtons rompus avec Pierre Notte, de sa vie, ses amours, sa carrière, mais ne veut pas d'ouvrage sur elle !

J'avoue avoir été décontenancée par ce spectacle, je vous laisse juge pour la première partie, qui m'a laissé un sentiment de malaise, mais bon !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor