Un dimanche au cachot

Un dimanche au cachot
  • Le Tarmac
  • 159, avenue Gambetta
  • 75020 Paris
  • Saint-Fargeau (l.3B)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

C’est dimanche, il pleut, une jeune fille est là, prostrée sous une voûte de pierre.

Une jeune fille échappée d’un centre de rééducation. Elle est à l’endroit même où, dans un autre temps, une autre jeune fille s’était enfuie de la plantation où elle était esclave…

Ainsi, deux aliénations s’enchevêtrent dans le brouillon de la mémoire, deux temps sur un même lieu se superposent dans le roman de l’écrivain martiniquais Patrick Chamoiseau, deux jeunes voix féminines réunies dans une même révolte.

Dans son adaptation, José Pliya a gardé la voix de l’Oubliée, la voix marronne de la petite chabine, l’esclave rebelle échappée de l’habitation des maîtres. Dans la mise en scène de Serge Tranvouez, elle apparaît dans un rectangle de lumière, cerné d’un noir obscur, comme si au-dehors, tout était ténèbres. Elle y demeurera le temps du spectacle, avec, à ses côtés, en retrait, un musicien, témoin, confident, présence.

Sa parole est nue, abrupte. Elle est la « voix des oubliés de l’histoire ». Elle conduit la lumière au cœur de la blessure majeure. Elle porte les mots et la langue superbe du poète romancier qui, dans cette nudité théâtrale, prennent toute leur dimension poétique et libératrice.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
12 juin 2018
9,5/10
27 0
Attention : autant vous l'écrire tout de suite, cette pièce, ce Dimanche au cachot est un véritable et indispensable coup de point dramaturgique !
Voilà, c'est dit, ça c'est fait !

Elle nous apparaît, surgie de l'obscur, la chabine...
La voici, cette esclave métisse martiniquaise à la peau claire, cette jeune femme qu'un béké a voulu priver d'identité, et dont il a voulu renier l'humanité.

Celle dont on ne connaîtra le prénom qu'à la fin de la pièce va nous raconter son enfermement.
Un enfermement physique, dans ce cachot de quatre mètres carrés, à l'intérieur duquel on ne peut se tenir vraiment debout. Un espace de torture.

Un enferment mental, également, programmé par le Maître de l'Habitation.

Le sang du mois est passé, elle est enceinte d'un nègre marron. Lui, il a tenté de fuir avec les jambes, il a osé le marronnage.
Elle, elle va résister autrement.

José Pliya a adapté le roman éponyme de l'immense auteur, chantre de la créolité et de la créolitude qu'est Patrick Chamoiseau.
Il s'est concentré sur ce personnage, et sur ce huis clos.

Un espace plus que fermé, contraint, étouffant, qui verra néanmoins une belle sortie.

C'est un vrai bonheur de retrouver la langue imagée, poétique, la langue musicale de Chamoiseau, cette magnifique langue française d'au-delà de l'océan qui chante, qui rafraîchit et enchante nos oreilles.

La chabine est « égrappée », la métisse est seule, mais une bête longue est tapie dans l'obscur, un serpent se tient dans le noir.

Cette langue, c'est Laëtitia Guédon qui va la porter, haut et fort, qui va en faire le vecteur du refus, de la résistance, de la véritable fuite.
De sa voix grave un peu éraillée, elle va nous dire les mots de l'auteur. Les mots doux, tendres, chauds, mais également et peut-être surtout les mots durs, hurlés, ceux de la violence, de la tentative de déshumanisation, et ceux de la résistance.

La comédienne est en complète symbiose avec le musicien Blade Mc Alimbaye, qui met en espace sonore ces mots et illustre avec ses notes, ses sons, et ses samples bouclés de sa voix le propos de la pièce.

Le metteur en scène Serge Tranvouez a matérialisé ce cachot par un carré de sable, recouvert partiellement de galets sombres, qui crissent sous les pieds de Melle Guédon. Le tout est délimité par un fin périmètre lumineux.
C'est très beau, scénographiquement parlant.

Il a demandé également à la comédienne un sacré travail corporel.
D'ailleurs, son apparition sur le plateau est saisissante.
Elle émerge tout doucement du noir dans une position très inhabituelle, presque impossible, très oblique, très penchée.
Cette ouverture, qui matérialise d'entrée l'inconfort et la tension est un vrai choc.
On a du mal à comprendre ce qu'on nous donne à voir, pour le public, c'est une première source d'interrogation.

Laëtitia Guédon a les mains et les bras couverts de peinture noire. Le personnage est une chabine, certes, mais aucune origine, aucune négritude n'est reniée. Le symbole est très fort.

Elle jouera en tension de façon permanente, vocale et physique.
Il est impossible de la lâcher des yeux et des oreilles.

Cette tension atteindra son paroxysme lors d'une scène de lutte à l'intérieur du cachot, avec « l'Africaine ». (Je vous laisse découvrir...)
Le metteur en scène a fait de ce moment un temps dilaté, ralenti.
La fureur, le chaos sont comme filmés en slow-motion, la voix se fait plus grave, les mouvements sont tout relâchés. Ce parti-pris très judicieux fonctionne à la perfection.

Cette pièce, programmée pour deux jours au Tarmac, dans le cadre du festival « Outre Mer Veille », est un moment important de théâtre.
Il ne sera donné que deux fois, dont ce soir encore, mardi 12 juin.
Tentez votre chance auprès de la billetterie.
Un vrai coup de poing, vous dis-je !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor