Un Coeur Sauvage

Un Coeur Sauvage
De Christophe Botti
  • Le Funambule Montmartre
  • 53, rue des Saules
  • 75018 Paris
  • Lamarck Caulaincourt (l.12)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 30,00
À l'affiche du :
7 janvier 2019 au 30 avril 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 19:30
    • 21:00
Achat de Tickets

Un jour, Mathan tombe amoureux et son enfance vole en éclats...

"Un Coeur Sauvage", ce sont les élans et les tourments de la jeunesse et en particulier ceux de Mathan, Virginie et François,trois adolescents prisonniers malgré eux d'un triangle amoureux. Amitié et amour. Identité et rejet.

Désir ou peur de vivre. Trois cœurs sauvages en quête d'eux-mêmes, en quête de sens...

Note rapide
7/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
33%
2 critiques
Note de 8 à 10
67%
Toutes les critiques
8/10
2 0
... Un texte qui joue de la catharsis à merveille. Une mise en scène remarquable qui le met en valeur. Un spectacle intéressant.
5 mars 2019
9/10
4 0
« Un cœur sauvage » de Christophe Botti mis en scène par Frédéric Maugey au théâtre Le Funambule est une ode à la Jeunesse, à l’Amour, à la Différence, à la Tolérance.

Cette pièce écrite en 2005 est plus que d’actualité avec cette montée de l’homophobie que l’on constate malheureusement en France de nos jours.
Comment dans ces conditions des jeunes adolescents peuvent-ils faire leur « coming out » et vivre leur sexualité au grand jour sans avoir peur des représailles, qu’elles soient familiales ou de la société. Comment accepter le suicide pour réponse ?

Sur scène, trois lycéens, adolescents de 17-18 ans que nous suivons avec tendresse et humour dans leur parcours de vie, dans leurs premiers émois, dans leurs recherches d’identité.
Prisonniers du carcan de cette société, de ses normes, dans laquelle ils vivent, avec leurs maladresses, leur vocabulaire, dans une pièce très bien écrite, ils vont oser mettre des mots sur leurs situations. Ils vont se débattre pour éclore, pour comprendre comment ils sont faits, à la découverte de leurs corps, pour vivre et grandir tout simplement au milieu de ces adultes dont un jour ils feront partie.

Faut-il renoncer à son identité pour se fondre dans le moule de cette société où le regard des autres peut-être destructeur, ou combattre, l’accepter et la revendiquer ?
D’ailleurs pourquoi combattre ? N’oublions jamais les paroles d’Aznavour dans sa chanson « Comme ils disent » : « et je précise, que c’est bien la nature qui est seule responsable si je suis un homme, oh !, comme ils disent… ».

Une fille, deux garçons : trois cœurs sauvages qui vont essayer de s’apprivoiser dans un triangle amoureux : amitié, amour : où est la frontière ?

Dans cette pièce il n’est point question de morale, au contraire leurs échanges sincères vont leur permettre de matérialiser leurs sentiments, Mathan amie d’enfance de Virginie ne ressent rien quand elle ose l’embrasser ; en revanche son cœur palpite quand il rencontre le petit ami de Virginie : François. Elle qui s’est retournée vers lui quand elle s’est sentie rejeter, bien malgré lui, par Mathan.
Mathan qui se réfugie dans le dessin pour exprimer ses sentiments qu’il a envers François.
Un François qui dans un premier temps le rejette lui aussi mais qui au fil des jours, des rencontres avec Mathan va finir par lâcher prise et être troublé par cette relation naissante.
Les mains se touchent, les lèvres s’effleurent, les bouches s’unissent, les corps s’assemblent, et c’est l’explosion, la confirmation de sa nature, s’affirmer, mais aussi le doute qui s’installe, le rejet comme défense : comment s’accepter ?
Oser franchir le pas, mais dire à 17 ans que l’on est différent de ce que la société voudrait, que l’on est homosexuel, c’est malheureusement accepter d’être harcelé, pour eux au lycée.

Dans une écriture qui nous interpelle, Christophe Botti dépeint avec réalisme les turpitudes de cette jeunesse face à son avenir. Cette jeunesse qui rêve elle aussi de fonder une famille, d’être heureuse mais à sa manière, dans son choix de vie.

Mathan est joué par Douglas Lemenu avec sensibilité et émotion ; pour sa première fois sur scène il donne vie à ce personnage tout en interrogation sur sa sexualité. Il est frais, il capte notre regard, il nous émeut.
Virginie, jouée par Léa Malassenet, est secouée entre deux « hommes », elle donne beaucoup de tendresse à son rôle en découvrant ses sentiments pour ses amis.
Thomas Violleau joue François avec intelligence et fragilité, celui qui a bien du mal à s’y retrouver dans son intimité.

Frédéric Maugey, dans sa mise en scène fluide qui va à l’essentiel, dirige ces trois jeunes comédiens tellement justes dans leurs interprétations, à l’unisson dans leurs jeux. Ils ont la passion pour moteur. Ils méritent d’être encouragés.
La musique d’Abel L donne de la couleur à ces rencontres sous les lumières de Nicolas Laprun dans une scénographie de Julien O.
« Un cœur sauvage » qui donne envie de connaître la trilogie dont il est issu avec « Un cœur en herbe » et « Un cœur de père ».
Afficher le commentaire
3 mars 2019
7/10
2 0
Un très jolie spectacle sur la quête d'identité et son acception à la période difficile de l'adolescence. On ne devrait plus à notre époque porter des jugements sur l'orientation sexuelle des personnes.

La seule chose qui devrait être important c'est que chacun trouve son moyen de s'épanouir que cela soit auprès d'un homme ou/et d'une femme (majeur/e) et que l'on devrait être heureux pour les autres. Mais la tolérance là-dessus a encore beaucoup de chemins à faire. La preuve avec ces deux personnes âgées qui ont quitté la salle, choquées car les deux comédiens sur scène s'embrassaient. Une illustration parfaite de l'intolérance qui nuit à l'épanouissement de chacun. Normal que s'identifier comme gay se trouve une charge de stresse aussi bien personnel que pour l'entourage. Beaucoup de jeunes se suicident comme Mathan qui a fait une tentative. Toutefois, il ne faut pas renoncer car l'admettre c'est une façon d'être heureux.

Un spectacle qui saura toucher le spectateur qui pourra toujours s'identifier à ces premiers émois et gérer la relation aux autres. La complicité des trois comédiens arrivent à bien mettre en exergue la complexité des sentiments. On se laisse facilement emporter dans l'histoire et sourire au dénouement heureux.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor