Traits d'union

Traits d'union
  • Manufacture des Abbesses
  • 7, rue Véron
  • 75018 Paris
  • Blanche (l.2)
Itinéraire
Billets de 14,00 à 40,00
À l'affiche du :
6 juillet 2017 au 19 mai 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:00
    • 21:00
Achat de Tickets

Une comédie de Murielle Magellan : deux histoires d'amour, l'une naissante, l'autre retrouvée, englobées dans le monde de la littérature.

Traits d'union est une pièce de théâtre en quatre mouvements dans laquelle le jeune auteur, David Karrer va rencontrer Marthe Dorval et Philippe Rochant, deux auteurs de talent, reconnus par la profession. 


En effet, Christina, leur secrétaire commune, le trait d'union, va les mettre en relation afin que David accède au succès qu'il mérite.

Note rapide
7,5/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
50%
2 critiques
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
Il y a 5 heures
9/10
0 0
Une pièce en quatre temps, où se croisent deux paires d'âmes débutantes et confirmées, l'une et l'autre confrontées à l'éternelle remise en question de leur travail, à la recherche constante d'accomplissement personnel et aux péripéties qui s'entremêlent de l'une à l'autre.
Cet aperçu du monde littéraire, qui pourrait être celui de n'importe autre milieu, se veut humaniste, un brin cynique et touchant. Pour réussir, le talent ne suffit pas, le travail doit être une constante et il faut un peu de solidarité, aussi. Tel est le message d'une pièce enjouée, parfois drôle, portée par des acteurs passionnés, les comédiennes surtout dont le jeu est d'une délicatesse enchanteresse.
12 avr. 2019
7/10
1 0
« Traits-d’union » de Murielle Magellan dans une mise en scène de Marie-Caroline Morel à la Manufacture des Abbesses est une comédie douce amère sur le monde de l’édition et ses travers.

Un jeune écrivain, David Karrer, passionné par l’écriture, à l’avenir prometteur, nègre de son état pour vivre, fait l’expérience de l’entrée, par la grande porte, dans le monde de l’édition.
Avec l’aide de sa secrétaire Christina, il réussit à faire lire son recueil de poésie à un auteur sur le devant de la scène : Philippe Rochant. En toute sécurité, sa secrétaire a également pris l’initiative de faire lire son manuscrit à une autre auteure, Marthe Dorval, avec laquelle elle débute un partenariat.

Christina est le « trait d’union » à plusieurs facettes, dans cette histoire où l’amour viendra perturber son déroulement.
Christina, bienveillante et gentille, est le soleil de cette aventure, toujours souriante, toujours prête à aider son prochain, n’hésitant pas à mettre sa vie de côté pour faire avancer « les dossiers ».

Outre les histoires d’amour classiques qui viennent pimenter l’intrigue de la pièce, nous avons en sujet de fond, l’insertion de cette jeunesse dans le monde du travail.
Car écrire professionnellement est bien un travail ; et pour tout écrivain qui se respecte, il faut certes travailler, travailler, pour lutter contre le fameux syndrome de la page blanche, mais il faut être édité pour être lu !
Notre jeune David, à la pétulance avérée, ne connaît pas ce syndrome. Cela serait plutôt le contraire, il serait prolifique de ce côté-là, avec tous ses ouvrages en cours d’écriture pour différentes personnes en mal d’inspiration.
Mais notre jeune innocent et fougueux, David, est en mal de reconnaissance, et il trépigne d’impatience devant les jours qui passent, avant d’avoir le plaisir intense de voir un de ses livres dans la devanture d’une librairie.
Dans un premier temps, il s’enflamme quand ces deux auteurs lui disent aimer son écriture et qu’ils veulent l’aider pour qu’il soit édité.
Mais entre-temps, une histoire d’amour contrariée viendra semer le trouble dans cette prometteuse carrière, et la passion de notre pauvre écrivain en herbe retombera aussi vite qu’un soufflé en manque de cuisson.

Le mot clé dans cette histoire est l’expérience, nous sommes tous passés par ce chemin, qui malheureusement garde ses mêmes sentiers, celui de la demande d’expérience pour accéder à un poste.
La sempiternelle réponse toujours à la mode : mais il faut bien commencer un jour pour avoir de l’expérience…
Le cœur de David bat pour l’écriture, mais il bat aussi pour les femmes, pour l’amour qui lui donne des ailes. Jusqu’où ira-t-il pour ne pas se les brûler ?

J’ai été surpris par cette mise en scène, cette mise en musique, de Marie-Caroline Morel, où les mots, les notes, ont autant d’importance que les silences, comme si le temps se suspendait entre deux répliques.
Un contraste tout à fait étonnant avec son jeu dans le rôle de Christina, où elle apporte de la joie, de la fraîcheur, du réconfort pour tous ceux qui l’entourent.
Jean-Pierre Couturier dans le rôle de Philippe Rochant rend bien ce côté imbu, mégalo, de l’écrivain reconnu : une vrai tête à claques que l’on a bien envie de baffer tout au long de la pièce.
On se demande bien d’ailleurs comment il a pu avoir une histoire d’amour passionnée avec Marthe Dorval jouée par Johanne Ricard. Elle a en apparence une douceur qui cache bien son jeu. Son côté féline donne de l’attrait à son personnage quelque peu énigmatique.
Et notre héros de la littérature des temps modernes, entraîné dans une spirale infernale du succès pour exister, dans la fougue et la passion, est très bien rendu par Alexis Gourret dans le rôle de David Karrer.
9/10
39 0
Cette jolie pièce est un agréable cheminement aux virages surprenants parmi les choix de vie de quatre personnages qui se confrontent à la recherche du succès comme à celle de l’amour.

Murielle Magellan s’y prend à merveille pour conter l’amour, le vrai, celui qui plie mais ne rompt pas, comme celui farouche et brulant qui s’impatiente d'exposer sa flamme. Les chants d’amours et de retrouvailles parmi les désirs ardents qui attendent, sont situés dans l’univers de la création littéraire. La description y est habile, sans concession et attachante. Entre le besoin d’écrire et la nécessité commerciale, entre le pouvoir de l’argent et le désir d’art, quelles places et quels compromis ?

La mise en scène de Marie-Caroline Morel est vive et alerte. elle sait ressortir la passion des situations et des sentiments de la pièce où le texte prévaut.

Les comédiens Jean-Philippe Ancelle (convaincant écrivain établi et amoureux), Emmanuel Gaury (fougueux en artiste débutant et amoureux transi), Lou Lefèvre (admirable de finesse dans son personnage) et Johanne Ricard, jouent avec une sympathique sensibilité et une efficace adresse ces quatre personnages attachants.

Un bon moment et un beau texte.
10 juil. 2017
6/10
26 0
Trait-d'union est une comédie romantique avec des histoires amoureuses attendues dans le milieu de la littérature contemporaine.

Ce que j'ai aimé, c'est le caractère et les remarques bien tranchées sur les éditeurs et les lecteurs de l'écrivain déjà bien connu et dit 'bankable', qui peut se permettre de faire la 'Diva'.
Les autres personnages sont plus effacés et c'est dommage car j'ai même eu l'impression que les deux jeunes (la secrétaire et le poète) n'étaient pas à l'aise dans leur rôle surtout au début de la pièce.

Les histoires d'amour sont sans surprise mais ça se regarde avec bienveillance.

Ce qui m'a manqué c'est une vraie fin à l'histoire.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor