Stück Plastik

À l'affiche du :
13 décembre 2018 au 31 décembre 2018
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
Réservation de tickets

Pour soulager leur quotidien, un couple d’humanistes de gauche, bienveillants et proches du burnout, décide d’engager Jessica pour les aider, faire le ménage, la vaisselle, la cuisine et s’occuper de leur fils en pleine crise d’adolescence.

Mais comment vont-ils pouvoir continuer à être de “ bonnes personnes ” maintenant qu’ils sont des patrons ?

Puis, c’est l’artiste conceptuel Serge Haulupa qui veut Jessica pour une de ses performances. Que doit-elle faire ? Ce qu’elle fait tous les jours : nettoyer la merde des autres, mais cette fois en public. Un flirt avec l’Humiliation ? Oui, mais c’est au nom de l’art, et l’art, c’est la vie, non ?

 

Théâtre Studio

16 rue Marcelin Berthelot
91340 Alfortville

Note rapide
8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
15 nov. 2018
9,5/10
6 0
Nous sommes invités chez un couple de "bobo" (bourgeois, bohème) bien-pensant. Michael, médecin hospitalier et Judith, assistante de Serge, un artiste conceptuel…
Michael et Judith débordés par leurs métiers respectifs, décident d’engager une jeune femme, Jessica, pour gérer les tâches ménagères et s’occuper de leur fils, Vincent, adolescent en pleine crise existentielle.
Mais comment diriger, accepter d’être « les patrons » et de ne pas se sentir « arrivistes » ? Dilemme difficile ...
Derrière leurs idées qu’ils considèrent non conformistes et humanistes, se cachent les faiblesses de leur âme.
Judith est autoritaire et présomptueuse.
Michael est soumis, faible, désabusé.
Vincent est déboussolé en quête d’identité.
Serge artiste mégalo va nous démontre que L’ART et la vie c’est pareil…

Jessica navigue tant bien que mal au milieu de ces êtres individualistes, parfois dédaigneux et insupportables mais surtout un peu perdus.
Sous couvert de l’intérêt porté envers Jessica, persuadés de bien agir, tout ce beau petit monde va l’humilier...
Jessica aura-t-elle sa revanche ?

Les dialogues sont pertinents, mordants et d’un humour caustique, mais aussi pleins de vérité et de poésie.
Serge, notre artiste conceptuel nous déclame une magnifique tirade sur la dépression qui vaut vraiment le détour.
Judith et Michael se noient dans des arguments saugrenus pour légitimer leurs exigences vis à vis de Jessica.
Nous rions de la bêtise de ces êtres un peu prétentieux, arrogants et surtout déboussolés.
Nous en allons de surprises en surprises…
La mise en scène est vivante et pittoresque. C'est une belle satire d'une société aisée de nouveaux riches "intellos et artistes gauchisants...."
Les comédiens Serge Biavan, Maxime Coggio, Paul Moulin, Maïa Sandoz et Aurélie Verillon sont talentueux, pleins de finesse et de sensibilité. On ressent une grande complicité entre eux.
C’est un vrai régal. Bravo à tous.
Afficher le commentaire
7 nov. 2018
8/10
7 0
Comment faire pour être en accord avec ses convictions ? Est-ce si difficile, apparemment oui pour Michael et sa femme Judith.

Il est médecin, elle, assistante d’un artiste plasticien. Ce sont des bobos de gauche, ils ont leurs idées sur tout, mais leur profession les engloutissent complétement, ils sont donc obligés de prendre une femme de ménage, elle s’occupera également de leur gamin de 12 ans, Vincent, râleur et surtout accroché à sa tablette pour filmer toutes les scènes de la vie conjugale compliquée de ses parents et autre chose aussi…

Jessica est donc embauchée. C’est une femme simple, et selon les clichés n’a pas d’éducation ! Judith fait toute une histoire sur la propreté, celle de sa maison mais surtout celle de Jessica.

Michael se sent incompris, délaissé. Serge Hauluppa l’artiste plasticien, ami du couple, a une théorie bien arrêté sur la dépression. C’est vraiment trop banal, on fait du burnout !

Serge est intéressé par Jessica, il veut la filmer lorsqu’elle nettoie, il en rajoute d’ailleurs !

Tout ce petit monde baigne dans l’hystérie, la mise en scène de Maïa Sandoz joue sur l’absurde, la violence des propos. A nous de décrypter le message, sur l’art contemporain et ses dérives, sur l’esclavage moderne.

La pièce est très bien interprétée, chacun sa personnalité, son délire. Une comédie acide qui fait réfléchir.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor