Rencontre avec Pierre Pica

Rencontre avec Pierre Pica
  • Théâtre de la Cité internationale
  • 17, boulevard Jourdan
  • 75014 Paris
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Derrière un titre on ne peut plus sérieux, une performance qui n’est pas piquée des hannetons sur les particularités linguistiques d’une tribu d’Amazonie que Pierre Pica, linguiste proche de Noam Chomsky, étudie depuis quinze ans : les Mundurukus, dont la singularité réside dans le fait de ne compter que jusqu’à cinq !

Au-delà, pas de mot, mais le règne de l’approximatif. Un monde apparemment inconnu, qui en dit pourtant long sur les facéties du cerveau humain.

Avec toujours ce même désir de partager et de donner à entendre autrement « la voix du spécialiste », Émilie Rousset propose à Emmanuelle Lafon et Manuel Vallade de superposer les voix, créer volontairement des décalages entre la parole de l’interviewé et celle des deux comédiens, virtuoses du langage invités à retranscrire les entretiens à l’oreillette.

Quand érudition et humour font enfin bon ménage !

Note rapide
7,8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
26 oct. 2018
7/10
3 0
Après une trentaine d'heure d'entretien, Emilie Rousset choisit quelques extraits pour les mettre au cœur d'une mise en scène assez atypique.

On pourrait s'attendre pour un échange de voir une table avec un interlocuteur de chaque côté. Elle propose tout autre chose. Déjà, l’interversion des rôles, son rôle est interprété par Manuel Vallade et le rôle de Pierre Pica par Emmanuelle Lafon. Tout deux portent une oreillette dans laquelle sont diffusés les morceaux choisis par la metteuse en scène qu’ils doivent prononcer au fur et à mesure. Une série de conversations va se succéder, entrecoupées de séquences sonores. Cela peut être aussi bien des grésillements comme le premier contact entre le chercheur et l’artiste car l’un était à Paris et l’autre dans la forêt amazonienne, la liaison était alors assez peu stable. Ou encore, des bruits de la nature qui font échos aux quelques plantes présentes sur scène. Sur le sol une zone blanche séparée en deux par des stores qui vont être ouvert vers la fin du spectacle.

Ce qui détonne surtout c’est le déplacement des comédiens. Leur caractère mouvant n’est pas forcément en lien avec le texte. Une grande liberté leur a été donnée afin de s’approprier l’espace. Ainsi quand il marche à quatre pattes c’est pour référence à une panthère car on trouve des panthères dans la forêt.

On se perd parfois entre le texte et la mise en scène. Mais on se laisse porter sans jamais s’étonner de la pertinence des réflexions qui nous incite parfois à rire. En tout cas, c’est un voyage surprenant et intelligent sur la représentation du monde.
8,5/10
1 0
Alors ?
"Rencontre avec Pierre Pica" est un projet créé dans le cadre du Festival d'Automne et du programme New Settings de la Fondation d'entreprise Hermès. Dans une démarche de "re-enactment", c'est-à-dire de reconstitution d'un évènement, le metteur en scène Émilie Rousset retranscrit sa conversation avec le linguiste. Cet ancien élève de Noam Chomsky est le spécialiste de la syntaxe comparative. Il a fait des recherches sur la langue indigène des Munduruku, une ethnie vivant au Brésil, et a constaté la relativité du calcul. Si certains n'aiment pas le vin, pourquoi d'autres ne pourraient pas aimer les nombres ? Le ton est donné : chacun son paradigme.

Au cas où cela vous échapperait, cette pièce ravira les intellos et les matheux-conceptuels. Il est drôle d'écouter un discours sur les quantités approximatives et de se rendre compte qu'en tant que spectateur, grosso merdo, on ne comprend pas tout. Pierre Pica est interprété par une femme, les phrases ne sont pas toujours finies, les monologues perdent la connexion internet, mais on hoche quand même la tête signifiant "mmh, mmmh, un système analogique ? Ouais, ok". Les comédiens, équipés d'une oreillette, jouent avec beaucoup de distance cette reconstitution. Ils se tiennent droit et fixent le public. Cela en est presque désincarné, comme leur discours. "Sortis de leur contexte d'origine, ces éléments de discours savants se trouvent dans une zone temporaire de compréhension flottante, pas loin de se transformer en pataphysique, la science des solutions imaginaires d'Alfred Jarry" (extrait d'un article du magazine Art press d'octobre 2018).

Rigide sur une chaise à se masturber intellectuellement pour finir à quatre pattes, cet entre-deux absurde est tout simplement génial.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor