Peer Gynt

Peer Gynt
De Henrik Ibsen
Mis en scène par Irina Brook
Avec Helene Arntzen
  • Helene Arntzen
  • Frøydis Arntzen Dale
  • Diego Asensio
  • Jerry Di Giacomo
  • Scott Koehler
  • Théâtre des Bouffes du Nord
  • 37 bis, boulevard de la Chapelle
  • 75010 Paris
Itinéraire
Billets à 34,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Avec Peer Gynt je redécouvre un texte qui m’a passionné adolescente : un poème épique époustouflant, écrit librement, sans la moindre contrainte de lieu, d’espace ou temps, comme le scénario d’un film.

Il raconte l’épopée d’un jeune homme ambitieux et égoïste qui poursuit les femmes, boit à l’excès, et dans sa quête de gloire, abandonne sa mère et vend son âme au roi des Trolls. Et malgré tout, la pure Solveig reste fidèle et promet de l’attendre.

Dans son impitoyable fuite en avant, Peer rejette son humanité ; il réussit à faire fortune et renie ses origines pour accomplir ses ambitions, mais il reste hanté par de profondes questions philosophiques : « Qui suis-je ? », « Où se trouve le vrai moi ? ».
Menteur irrésistible, poète insolent, rêveur anticonformiste mais toujours profond dans sa poursuite de légèreté, Peer Gynt reste une énigme insoluble.

Lors de la relecture du texte d’Ibsen, je retrouve ma première impression, qui vient se mêler à mes propres expériences de vie à 18 ans. J’imagine donc un jeune Peer Gynt chanteur, qui s’échappe de son village natal et laisse tout le monde sur son chemin dans sa poursuite de célébrité ; il finit rock star à la "Iggy Pop", dans un univers théâtral imaginaire, une sorte de downtown new-yorkais des années 80.

 

Note rapide
7,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
21 févr. 2018
7,5/10
3 0
Irina Brook a de qui tenir dans l’audace de la mise en scène. D’ailleurs, c’est son père qui a permis au théâtre des Bouffes du Nord de prendre un nouvel envol en 1974 avec Micheline Rozan. Elle a été formée à New-York dans les années 80 et cela a dû fortement l’influencer.

Ce n'est pas forcément alors un hasard que l'artiste principal incarnant Peer, Ingvar Sigurdsson, a un air de Sting. Cette idée se confirme encore plus lors de la scène de concert. Et pour renforcer la force de ce personnage, la belle Solveig, Shantala Shivalingappa, au physique tout en finesse, contraste sur tous les plans. Un magnifique duo qui sublime les rapports humains et la fragilité de l'amour. 

Le décor se construit au fil des intrigues par des motifs escamotables ou recouverts d’une simple bâche. On pourrait croire qu’il manque un peu de folie ou de magie. Toutefois, quelques flocons par-ci, quelques accessoires par-là ainsi que des costumes très travaillés de Magali Castellan suffisent à faire naître la magie. Le tout se complète avec la musique aux riffs électriques, branché sur 220 volts. Les morceaux sont joués en live par les neuf très talentueux musiciens-comédiens qui revêtent de multiples identités. Iggy Pop a même spécialement écrites deux chansons qui s’incorporent à merveilles avec le reste tout comme les poèmes de Sam Shepard.

Un parcours initiatique raconté avec d'incroyables conteurs qui d'un costume ou d'un air de musique nous transporte dans un autre monde. Peer va t'il avoir les réponses à ces questions? Non, mais vous vous risquez de partir avec votre lot d'interrogations. Alors n'hésitez pas à vous injecter une petite dose de rock’n’roll aux Bouffes du Nord.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor