Oreste à Mossoul

Oreste à Mossoul
Mis en scène par Milo Rau
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

La tragédie grecque permettrait-elle de traiter plus justement des conflits contemporains ?

En effectuant des recherches pour Empire - spectacle créé en 2016 - à la frontière entre l’Irak et la Syrie, à portée de vue de la ligne de front des combattants de Daech, Milo Rau a eu l’idée de monter une Orestie moderne.

Immergé au sein des paysages dévastés des villes de Mossoul et de Sinjar, au nord de l’Irak, conscient de la proximité des combats, le dramaturge et metteur en scène a éprouvé le sentiment puissant de se trouver au cœur d’une scène de guerre contemporaine et, en même temps, en pleine tragédie classique.

Dans ce secteur âprement disputé impliquant des rebelles syriens, des troupes occidentales — françaises et américaines notamment —, leurs alliés kurdes, l’armée syrienne et les combattants de l’État islamique, Milo Rau a aussitôt pensé à l’engrenage inexorable de la violence à l’œuvre dans la trilogie d’Eschyle prise dans un cycle de vengeances sans fin.

Mais au-delà de ces règlements de compte, ce qui se trame en profondeur dans Oreste à Mossoul, c’est la fondation mythique d’un nouvel ordre démocratique où triomphent la justice et la réconciliation. De là, l’enjeu de ce spectacle répété et joué à Mossoul en Irak — qui fut, après sa prise en 2014, déclarée capitale du califat de l’État islamique —, mais aussi en Europe avec des comédiens européens et irakiens. Avec cette création, fruit d’investigations menées sur place, Milo Rau interroge au plus près un aspect brûlant de notre histoire immédiate.

Note rapide
8/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
13 sept. 2019
8/10
1 0
Milo Rau nous propose un parallèle entre le drame de Mossoul et l'Orestie. Le drame de cette ville avec la tragédie grecque.

Le parallèle est excellent.
Les acteurs sont sur scène et on alterne avec des vidéos tournées à Mossoul avec les mêmes acteurs et des irakiens. On y rencontre un photographe, des musiciens, des acteurs. L'histoire de l'Orestie est contée et on alterne avec des scènes plus de reportage sur la ville, les habitants et le ressenti de tous en découvrant la ville.
Personnellement, j'ai adoré le parallèle entre l'Orestie et Mossoul. J'ai moins aimé certaines vidéos qui font un peu trop reportage à mon idée.

On voit la mort d'Iphigénie. La mort d'Agamemnon est filmée sur scène. Le dîner avant le meurtre est très bien fait. On voit les acteurs dans un restaurant. C'est très actuel. La mort de Clytemnestre est aussi filmée sur scène.
La pièce comporte une violence parfois excessive comme aime le faire Milo Rau.
Mon sentiment est positif mais je regrette certaines vidéos trop journalistiques et une violence qui est exposée. Beaucoup de sujets sont abordés comme l'homosexualité, la liberté, le pardon et l'histoire détaillé de la ville est donnée.

La pièce est à voir pour son originalité et sa bonne idée de montrer les deux.
Belle mise en scène.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor