Opération Roméo - Tchécoslovaquie, 1984

Opération Roméo - Tchécoslovaquie, 1984
  • Théâtre 13-Seine
  • 30, rue du Chevaleret
  • 75013 Paris
  • Bibliothèque François-Mitterrand (l.6, l.14, RER C)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Michal, ancien directeur des “Films Tchécoslovaques”, a été déclassé et travaille désormais aux archives. De plus en plus souvent, il éprouve le besoin de s’isoler sur le toit de son immeuble, son “aéroport ”…

En ce jour, cependant, il fête l’anniversaire de sa femme Alena, en compagnie de leur fils Viktor, étudiant en médecine.

Derrière la légèreté de la fête, l’humour et la bonne entente familiale, se cache la menace permanente de la Sécurité d’État : Le père d’Alena est, en effet, un écrivain dissident. Le couple se sait sur écoute, toujours observé, jusqu’au moment où la Police sonne à leur porte…

Chacun se dévoile alors petit à petit, jusqu’à faire tomber les masques, les personnages sont en apnée, au bord du précipice. Ils se débattent en milieu fermé, manient l’humour pour ne pas sombrer, cachent leur jeu, se dévoilent progressivement et se révèlent finalement dans toute leur vérité, comme si leurs vrais visages étaient à jamais éclairés par la lumière crue d’une lampe d’interrogatoire.

Note rapide
6/10
pour 2 notes et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
29 sept. 2017
6/10
7 0
Une journée d’une famille en Tchécoslovaquie en 1984, Elle est la fille d’un écrivain dissident, Lui est ancien directeur des films, renvoyé aux archives, leur Fils étudie la médecine.
Une journée particulière, celle de son anniversaire à Elle, l’occasion de faire tomber les masques et dévoiler les vérités.

Je découvre souvent de belles choses, parfois d’un abord difficile, au Théâtre 13, toujours avec enthousiasme et passion, là, pour la première fois, quand j’ai regardé ma montre, seules 20 minutes s’étaient écoulées. Pourtant le sujet, « la vie des autres » sur les planches, m’attirait vraiment. C’est ainsi. Du coup je me suis concentré sur les glitchs de mise en scène, la poubelle qui ne revient pas, la piste du vinyle qui joue plusieurs morceaux différents, les sens qui se ferment. Pendant le premier univers. Je revenais aux grandes bases.

Le texte ? glaçant. La scénographie ? intéressante, mais un peu chargée. La mise en scène ? manque de rythme. Le jeu des acteurs ? pas très crédible.

Et puis le deuxième univers est arrivé, emmené par Jacques Bondoux en fonctionnaire appliqué, l’ennui s’est envolé autant que les sens s’ouvraient, mon attention est redevenue aiguë, j’étais dans la pièce. J’avoue avoir été particulièrement sensible à la séquence des obsèques d’Andropov, hypnotisante. Si vous êtes intéressés par ce qui se passait derrière le rideau de fer avant l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir, allez voir la pièce, vous la verrez comme la plupart du public l’a vue, vous y retrouverez certainement une ambiance oppressante et lourde, où tout le monde suspecte tout le monde, où tout le monde observe tout le monde, où tout le monde espionne tout le monde.

Si par contre vous avez envie de vibrer, de pétiller…
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor