Notre Cher Anton

Notre Cher Anton
  • Artistic Athévains
  • 45 bis, rue Richard-Lenoir
  • 75011 Paris
  • Voltaire (l.9)
Itinéraire
Billets à 17,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Une évocation de la vie et de l'oeuvre de Tchekhov, à travers son journal et sa correspondance : pour donner envie à ceux qui le découvriraient de le lire ou mieux, d'aller le retrouver au théâtre ; pour réunir aussi ceux qui l'aiment, ceux qui ont eu le bonheur de le jouer... et ceux qui en rêvent !

Note rapide
8/10
pour 4 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
4 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
14 août 2018
8/10
19 0
Il y a de l’humour dans cette évocation, quelques piques dont une sur Sarah Bernhardt, Tchekhov ami de Stanislavski, ne pouvait pas être sensible au jeu suranné de Mme Sarah ! Ces voyages aussi lui donneront l’occasion de découvrir les usages et les défauts des français par exemple !

Ce cher Anton, n’oublie pas pour autant ses devoirs envers les plus démunis, ceux au ban de la société, il est médecin et son séjour à l’île de Sakhaline sera à l’origine d’une commission d’enquête.

Catherine Salviat aime l’œuvre et le dramaturge, son récit est accompagné de musique, elle chante joliment et nous fait partager son amour pour la littérature russe et l’un de ses plus grands représentant, ami de Tolstoï, Bounine, Gorki.
30 juin 2018
9/10
9 0
Notre cher Anton, conçue et interprétée par Catherine Salviat.

Magnifique, Généreux, Captivant, Émouvant.
Quel plaisir cette rencontre, Catherine Salviat nous conte avec amour, passion et brio la vie Anton Tchekhov.
Son enfance difficile, dont il dira lui-même
*" Dans mon enfance je n'ai pas eu d'enfance "
Ses études de médecine et sa rencontre avec le théâtre et la littérature.
*" La médecine est ma femme légitime, écrit-il, la littérature, ma maîtresse. Quand l'une m'ennuie, je vais passer ma nuit avec l'autre "
Ses amitiés avec Tolstoï, Gorki …
* « De ma vie je n'ai jamais respecté un homme aussi profondément, on peut même dire aussi totalement, que Tolstoï ».
Avec un grand bonheur, nous traversons ses œuvres : La mouette, Oncle Vania, Les trois sœurs, La cerisaie, Platonov…. Où Anton nous décrit une image profonde, parfois tragique mais pleine de clairvoyance de la société bourgeoise russe de cette fin du 19eme.
Catherine Salvia nous fascine, on boit ses mots. Tantôt narrateur, tantôt Anton lui-même, elle lit sa correspondance, son journal, des extraits de son œuvre.
*" Mon rôle n'est que d'avoir du talent, autrement dit de savoir distinguer ce qui est important de ce qui ne l'est pas, de savoir éclairer les personnages et de leur faire parler leur langue. " dira Anton.
Grand merci à Catherine Salvia grande dame du théâtre pour ce magnifique hommage à Tchekhov, en sortant nous n’avons qu’une envie, se replonger dans l’œuvre de ce grand Monsieur Tchekhov, né à Taganrog 1860 et décédé en Allemagne en 1904.
8/10
25 0
... Un moment de théâtre et de lectures, caustique et espiègle, chaleureux et d’un plaisir aussi grand qu’agréable. Je recommande vivement ce moment rare aux côtés d’une très grande dame de l’art.
12 juin 2018
8/10
32 0
Autant l'avouer, Catherine Salviat fait partie de ces rares comédiennes qui me plongeraient dans la plus intense des félicités rien qu'en me lisant l'annuaire inversé des entrepreneurs de pompes funèbres de Seine-et-Marne.
Alors vous pensez, des extraits du journal et de la correspondance de notre cher Anton !

L'adjectif possessif « notre » est important.
Melle Salviat nous rappelle que ce cher Anton nous appartient tous, qu'il nous a déjà enchantés, qu'il nous ravit toujours et qu'il continuera longtemps encore à nous fasciner.

La Sociétaire honoraire de la Comédie française a entrepris d'évoquer la vie et l'oeuvre de Tchekhov à partir de ses écrits intimes. Pour faire mieux connaissance avec le dramaturge russe, mais aussi le médecin, l'homme, l'amoureux, le mari.

Sur scène, deux chaises et un petit piano à queue pour enfants sur lequel trône la photo de l'écrivain, des journaux russes, des livres et des feuilles de papier bleu couvertes d'une fine écriture.

La comédienne va procéder tout à fait logiquement : l'évocation de la vie de notre Anton se déroulera d'un point de vue chronologique. Elle commence donc par l'enfance, pas très heureuse (les coups pleuvaient...)

Puis, c'est le premier émoi théâtral : une représentation de la Belle Hélène, d'Offenbach.
Pour l'occasion, et ce n'est pas si fréquent, Catherine Salviat chantera, et fort joliment.
Elle nous offrira un petit extrait de cet opéra-bouffe, à savoir l'invocation à Vénus « Dis-moi Vénus, quel plaisir trouves-tu à faire ainsi cascader la vertu... »

Un cahier à la main, la comédienne lit de sa belle voix les extraits manuscrits du textes qu'elle a recopiés.
Elle parle russe, témoin ce poème qu'elle nous interprète.

Son œil est malicieux, le plaisir qu'elle prend à lire l'un de ses auteurs préférés est évident.

Les morceaux choisis résument bien la vie de Tchekhov, cet homme engagé sur un plan évidemment littéraire et artistique, mais également en tant que médecin humaniste. Après avoir acheté une propriété dans les environs de Moscou, il n'aura de cesse que de lutter contre la misère, la famine, l'ignorance. Une grande partie de ses revenus sera consacrée à construire des routes, des écoles, et à soigner la population atteinte du choléra.

Catherine Salviat nous fait également sourire avec l'humour de l'écrivain, un humour qui peut parfois transparaître dans ses pièces. Elle nous livre quelques aphorismes, comme par exemple : « Pour de l'argent, un Allemand peut prendre un Russe pour en faire un Français !».

Les femmes, et notamment la sienne, ne sont pas oubliées.
Avec parfois, une certaine dose de misogynie : « Si vous craignez la solitude, ne vous mariez pas... »

Pendant une heure et quinze minutes, nous serons plongés dans l'âme russe, avec ce qu'elle peut avoir de fulgurances, de paradoxes, d'envolées lyriques.
« Nous nous reposerons », assure Catherine-Eléna, citant les derniers mots d'Oncle Vania.
La comédienne nous rappelle également une jolie tradition qui veut qu'avant de partir, avant de ne plus revoir avant longtemps ses amis, la coutume veut que celui qui s'en va s'assoit un moment.

Catherine Salviat nous propose donc une très belle plongée dans l'univers de l'un des plus importants écrivains de théâtre de tous les temps. Un auteur intemporel, universel, dont l'oeuvre est plus connue que la vie.

C'est Vladimir Nabokov qui aura le dernier mot : « Чехов будет жить так долго, как есть березовые леса, закаты и желание писать, пока это вечно!»
Autrement dit : «Tchekhov vivra aussi longtemps qu'il y aura des bois de bouleaux, des couchers de soleil et le désir d'écrire, autant dire qu'il est éternel !»

Le noir tombe sur la scène.
Juste avant, Melle Salviat s'est assise.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor