Les Misérables

Les Misérables
De Victor Hugo
  • Espace Paris Plaine
  • 13, rue Général Guillaumat
  • 75015 Paris
  • Porte de Vanves (l.13)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Misérables s'adresse à tous les coeurs et toutes les âmes.

C'est l'histoire de la rencontre, pleine de douceur et d'humanité, entre Cosette et son père de substitution, Jean Valjean.

L’histoire de la résistance contre la pauvreté et la violence, de deux vies qui basculent. Les épreuves sont nombreuses mais la tendresse et l'amour peuvent soulever des montagnes.

 

Note rapide
8/10
pour 2 notes et 2 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
2 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
22 nov. 2017
8,5/10
58 0
« C'était trop bien ! »
Voici le cri du cœur de Kenza, huit ans, adressé à son animatrice du centre de loisirs de Saint-Ouen, qui s'était déplacé en force pour assister à cette représentation des Misérables.

Voulez-vous que je vous dise ?
C'était exactement mon opinion . Oui, c'était trop bien !

William Mesguich, le metteur en scène et Charlotte Escamez, l'auteure de l'adaptation, ont réussi une véritable gageure, à savoir faire de ce merveilleux roman-pavé du grand Victor Hugo un spectacle musical d'une heure, avec quatre comédiens, et ce, à destination des plus jeunes.

Le grand mérite de cet amoureux du grand Victor (j'avais écrit ici même le plus grand bien de son adaptation du «Dernier jour d'un condamné »), ce grand mérite est d'avoir eu l'idée de resserrer et d'axer la trame narrative sur le personnage de Cosette.

Ici, c'est Cosette qui raconte.

Son enfance, les Thénardier, la rencontre avec Jean Valjean, avec Marius, les barricades.... C'est également elle qui bouclera la boucle de très jolie façon, et je n'en dira évidemment pas plus.

Ici aussi, et c'est le signe d'un spectacle pour enfants réussi, le principal est de faire en sorte que trois des plus importants principes fondamentaux du théâtre fonctionnent pleinement : la distanciation, la catharsis et la double énonciation.
On ne peut tromper un public de petits : réussir à les faire se tenir tranquilles, complètement captivés par ce qu'ils voient, et faire en sorte qu'on entende les mouches voler, ceci est un signe qui ne trompe pas.

William Mesguich ne s'est pas encombré de décors. Simplement quelques charriots avec quelques accessoires bien choisis.
Une nouvelle fois, le texte et les comédiens se suffisent à eux mêmes.

Il faut néanmoins mentionner les très jolies illustrations sépia à la Tim Burton projetées en fond de scène. C'est à Sandrine Replat, alias Senyphine qu'on doit ces très beaux dessins.

Bien entendu, tout ceci servirait à peu de choses sans les quatre musiciens-comédiens, à moins que ce ne soit le contraire.

Oscar Clark a composé la musique des chansons. Douze petits moment bien choisis du roman.

Avec sa guitare, il accompagne ses camarades, dans un style mélangeant pop et influences jazz, blues rock.
Ca fonctionne parfaitement. Le premier de ces titres « Papa dort, dors Papa » est particulièrement émouvant.
Oscar interprète également le méchant inspecteur Javert et le beau Marius.

La mezzo-soprano Magali Paliès , diplômée entre autres de la maîtrise de Radio-France, campe une Thénardier haute en couleurs. C'est bien simple, elle fait peur !
La comédienne est parfaite dans ce registre (elle crache à la perfection...)
Elle sera également Gavroche, qui entonnera bien entendu « Je suis tombé pas terre, c'est la faute à Voltaire... »

Jean Valjean est interprété par le baryton Julien Clément, habitué des grands rôles du Répertoire.
Son personnage est très touchant, la figure du père est impressionnante. Le chanteur est également un remarquable comédien.
Les gamins ne s'y trompent pas, qui se ruent sur lui à la sortie du spectacle pour obtenir des autographes !

La soprano Estelle Andrea sera quant à elle une très attachante Cosette. Sa formation auprès de Mady Mesplé et de Yves Sotin en fait elle aussi une remarquable interprète.
Que d'émotion dans sa voix, que de couleurs, que de subtilités.
On l'aura compris ce quatuor est très cohérent !

On l'aura compris, c'est vraiment de la belle ouvrage, et un bon moyen de faire approcher Hugo par les jeunes têtes plus ou moins blondes. Et de replonger leurs aînés dans ce chef-d'oeuvre.

Alors, n'avions-nous pas raison, Kenza et moi ?
12 nov. 2017
8/10
29 0
Certes ce n’était pas une mince affaire que de faire un choix dans le roman d’Hugo, on connait « Les misérables », le cinéma, la télé, le théâtre aussi, mais au fait l’a-t-on vraiment lu ?

Cette adaptation musicale et théâtrale est réussie, et les grandes lignes et pensées du poète sont respectées. On pourrait se croire dans nos livres d’images, avec les illustrations en noir et blanc projetées en décor, on est à Montreuil, à l’auberge, à Fontainebleau, sur les barricades...

William Mesguich sait qu’il peut compter sur ses comédiens, et il a bien raison ! Magali Paliès passe de l’affreuse Thénardier par sa gestuelle, son costume au sympathique Gavroche. Estelle Andrea est la fillette meurtrie et la jeune femme aimée de Marius, elle campe aussi une émouvante Fantine, Julien Clément endosse avec sincérité le manteau de Valjean, Oscar Clark a le redoutable privilège de jouer l’infâme Javert et le tendre Marius.

De belles voix, nuancées, qui donnent vie - grâce à la musique d’Oscar Clark - à ce monument de la littérature.

Un très bon moment à passer en famille, avec les enfants, Hugo les aimait tant !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor