Médée, poème enragé

Médée, poème enragé
  • Théâtre des Abbesses
  • 31, rue des Abbesses
  • 75018 Paris
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Un oratorio intime et farouche que n’effraie ni la crudité ni la transgression.

« J’avance, fragile, sur les tessons de mon passé » : ainsi parle Médée la meurtrière qui, pour les beaux yeux de Jason, a trahi sa patrie. Fasciné, on marche à ses côtés sans l’absoudre ni la haïr, ni la plaindre.

Il est vrai que la magicienne, l’orientale répudiée qui rêva d’amour et d’Occident, a pour elle les pouvoirs du langage. On entend le choc des corps tombés, les cris des chambres nuptiales ; on voit le palais de Créon et les enfants conçus avec Jason sombrer dans une piscine. Le texte s’enroule en somptueux zooms et trois mouvements : Genèse, Exil, Retour.

Seul, face micro, épaule dénudée tel une amazone, mais en pantalon et chaussures masculines, Jean-René Lemoine porte sa Médée à la hauteur d’un oratorio intime et farouche que n’effraie ni la crudité ni la transgression.

Un chant des sirènes envoûtant. Ici amour et exil font entendre leur violent ressac avec une infinie délicatesse.   

 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor