Les Costumes Trop Grands

Les Costumes Trop Grands
De Jean-Baptiste Maillet, Romain Bermond
Avec Jean-Baptiste Maillet
  • Jean-Baptiste Maillet
  • Romain Bermond
  • Théâtre Paris-Villette
  • 211, avenue Jean Jaurès
  • 75019 Paris
  • Porte de Pantin (l.5)
Itinéraire
Billets de 9,00 à 18,00
Evénement plus programmé pour le moment

Un coup de foudre propulse un homme dans une histoire qui le dépasse. Il se retrouve face à ses peurs, ses fantasmes, ses rêves.

Le personnage principal doit avancer avec des costumes trop grands pour lui.

Nous sommes tous un jour ou l'autre amenés à porter un costume trop grand. Parfois volontairement, en se construisant un personnage de toutes pièces pour plaire, réussir ou encore correspondre à une image sociale performante et artificielle. D'autres fois, c'est le cours des choses qui nous place dans des situations qui nous dépassent...

Alors il ne s'agit plus d'un costume qui est trop grand mais bien de nous qui devons grandir.

 

Un roadmovie poétique, drôle et émouvant !

Note rapide
9/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
5 janv. 2015
9/10
135 0
Une semaine après avoir visionné Stéréoptik à la Villette, je retrouvais avec plaisir ce duo musico-graphico-poète : Romain Bermond et Jean-Baptiste Maillet.

Deuxième opus du diptyque, « Les costumes trop grands » propose une formule très similaire au premier spectacle, une sorte de suite imaginaire aux histoires surréalistes que nous racontaient dans « Stéréoptik » ces deux magiciens du bricolage. Avec ce même talent, on est emporté au fil du trait, découvrant sur grand écran un monde qui prend forme sous nos yeux. Encore une fois, on a le sentiment de revenir à la source des effets spéciaux faits maisons et ces deux bonhommes muets à la scène nous font vivre un fabuleux voyage entre poésie et humour.

Dès le début on prend à partie un spectateur qui deviendra le héros du spectacle, en fait par un procédé simple, l’homme est photographié selon les mécanismes originels de la photographie. Ça nous rappelle qu’avant les smart phones et Instagram, la photographie est avant tout un procédé mécanique de captation de la lumière. Et c’est ce qui est mis en œuvre pour prendre en photo l’homme dont le visage deviendra le centre de l’histoire racontée. On se retrouve alors fascinés comme des enfants de comprendre enfin comme ça marche une photo !

Une compagnie à suivre et dont on espère qu’elle nous donnera de nouvelles occasions de découvrir avec délectation d'autres mondes dessinés et encore inconnus, des dessins animés mais surtout vivants.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor