• Classique
  • Petit Théâtre de Naples
  • Paris 8ème

Le Tartuffe

Le Tartuffe
De Molière
  • Petit Théâtre de Naples
  • 22, rue de Naples
  • 75008 Paris
Itinéraire
Billets de 8,50 à 39,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Tartuffe, virtuose de l'hypocrisie et de la langue de bois, passe aux yeux d'Orgon pour un saint homme...

Orgon impose Tartuffe à sa famille comme maître à penser et pour se l'attacher il lui offre sa fille et sa fortune.

La femme d'Orgon tend un piège à Tartuffe et fait voir à son mari ce qu'il refusait de croire. Tartuffe, démasqué, n'a pas dit son dernier mot.

Note rapide
8/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
7 mai 2017
8/10
11 0
Une intéressante vision colorée secoue et actualise la pièce de Molière au Petit Théâtre de Naples, par la Compagnie Icare de Naples, sous la direction de Patrick Rouzaud assisté de Sonia Ouldammar. Je l'ai trouvée d'une grande actualité, en cette avant veille de second tour d'élections présidentielles, qui devraient voir une nouvelle armée de faux dévots s'incliner devant le monarque nouveau.

Je ne vous raconte pas l'intrigue, vous l'avez étudiée au collège. Ce n'est pas la pièce de Molière qui me fait le plus vibrer, à cause de la façon dont elle se termine, qui adoucit le propos et lui retire sa crédibilité.
Les costumes très colorés ramènent l'action dans les années 1920, la mise en scène joue avec la salle, la distribution avec le genre des comédiens. Avoir donné le rôle titre à une femme m'a d'abord surpris, et puis j'ai trouvé que ça renforce le propos et la faculté de manipulation du personnage. J'ai apprécié les intermèdes musicaux.
J’ai eu beaucoup de plaisir à retrouver le jeu de Laurent Gérardin (Orgon), Thomas Besset (Cléante) et Nathalie Missègue (Tartuffe) que j’avais vus l’an dernier dans Les Justes, ils sont la colonne vertébrale de la pièce, appuyés par Sonia Ouldammar (Elmire), qui était aussi dans la distribution de Les Justes et j’avais vue cet hiver dans Trahisons. Je sentais dans leur diction la précision et le respect scrupuleux de l’alexandrin et du texte de Molière.

La salle a une acoustique particulière, les spectateurs sont dans un espace qui résonne, les rideaux noirs de la scène absorbent le son. J’entendais du coup d’autant plus clairement les voix qu’elles étaient graves, et qu’elles étaient proches du fond de scène, du coup les voix de femmes jouant en bord de scène, voire dans la salle, me parvenaient brouillées.

Il m’en reste le plaisir d’avoir retrouvé des comédiens dont j’apprécie le jeu, une mise en scène imaginative, et une pièce qui remet à leur place les vieux conservateurs.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor