Le Présent qui déborde

Le Présent qui déborde
Mis en scène par Christiane Jatahy
  • Le Centquatre
  • 5, rue Curial
  • 75019 Paris
  • Stalingrad (l.5, l.2)
Itinéraire
Billets de 8,00 à 40,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Avec Ithaque, créé en 2018 aux Ateliers Berthier, Christiane Jatahy avait présenté le premier volet d’une Odyssée pour notre temps.

Livré aux épreuves d’un interminable retour, Ulysse tentait de franchir les obstacles le séparant de son foyer; sur le rivage de l’arrivée, Pénélope guettait des signes de son époux.

Dans cette seconde partie, un nouveau personnage fait son apparition: leur fils Télémaque, lui-même lancé dans un périlleux voyage à la recherche de son père. Chez Jatahy, cette recherche qu’entreprend le jeune héros est aussi comme une quête d’autres odyssées inouïes et bien réelles, celles que vivent tant de réfugiés et de migrants aujourd’hui.

Dans un premier temps, l’artiste s’est rendue avec sa caméra un peu partout dans le monde, au Liban, en Grèce, en Palestine, en Afrique du Sud ou en Amazonie, afin d’y recueillir des témoignages de personnes jetées sur les routes par la guerre ou la violence. Ce versant documentaire de l’enquête se complète d’un versant fictionnel. Jatahy a invité des comédiens issus des mêmes communautés que ses interlocuteurs à jeter des ponts entre leurs récits et le poème homérique.

Ces matériaux seront confrontés en scène avec la performance vivante des interprètes. Et de même que l’exil et la migration traversent et remettent en cause les frontières, on sentira s’abattre les cloisons séparant la fiction du réel, les acteurs des spectateurs, la parole du poète et le chœur des voix anonymes, l’Odyssée mythique au seuil de l’histoire européenne et toutes les odyssées invisibles disséminées à travers notre époque.

Note rapide
6,3/10
pour 2 notes et 1 critique
1 critique
Note de 1 à 3
50%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
0 critique
Note de 8 à 10
50%
1 critique
20 nov. 2019
3,5/10
1 0
Vraie déception sur ce spectacle trop expérimental.

En bref, des migrants racontent leur périple, calqué sur l'Odyssée et toutes les difficultés d'Ulysse (le premier migrant) pour revenir à Ithaque.

Je ne suis pas très familière avec l'Odyssée, du coup, je suis passée à côté de l'art oral d'Homère, et du fait qu'aujourd'hui, effectivement, les aèdes seraient plutôt nos grands parents qui racontent leurs histoires, clope et bouteille à la main.

Cependant, j'ai trouvé qu'il y a avait beaucoup de longueurs.

- Les alternances caméra / plateau sont trop nombreuses, j'ai eu l'impression de faire sans cesse du va et viens, de m'adapter au plateau et jeu d'acteur, puis de passer à l'écra, puis retour au plateau etc. En réalité, ces deux genres se tamponnaient, et la passage de l'un à l'autre m'a fatigué
- La participation du public est une prise d'otage. C'est totalement idyllique de vouloir que le public participe, ou alors c'est hyper chiant de nous forcer à participer. C'est ce qui s'est passé avec la danse, ou on a été invité / forcé à danser avec les comédiens, qui mimaient une soirée.
- La remise en cause des frontières était interessante, mais la fin au milieu de l'Amazonie, à la recherche du Grand Père de Christiane Jatahy, n'était pas dans le sujet (à mes yeux).

Sinon, très impressionnée par le 104, super lieu et super salle !

Bon spectacle
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor