Le père

Le père
  • MC93, Maison de la Culture de Seine-Saint-Denis
  • 9 Boulevard Lénine
  • 93000 Bobigny
  • Bobigny - Pablo Picasso (l.5)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

À quoi tient une vie d’homme ?

La vie qu’on a imaginée, les promesses nourries dès l’enfance, de plus en plus étoffées, et l’aventure de l’âge adulte ?

Adversité, bonheur, malheur résonnent sans fioriture dans le texte de Stéphanie Chaillou, incarnés en un personnage d’agriculteur d’une poignante humanité interprété par Laurent Sauvage.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
17 sept. 2018
8,5/10
42 0
Un choc esthétique !
Voici ce que nous propose Julien Gosselin, dans ce spectacle qui fut créé en novembre 2015, au théâtre national de Toulouse.

Le metteur en scène, qu'on a connu depuis dans de « grosses productions » comme Les particules élémentaires, d'après Houellebecq, ou la transposition théâtrale du pavé de Roberto Bolaño 2066, le metteur en scène privilégie également les formes plus resserrées.

Dans le cas présent, il a choisi d'adapter le roman de Stéphanie Chaillou, « L'homme incertain », dans lequel un agriculteur qui a fait faillite et qui a dû revendre sa ferme questionne la dureté et la cruauté de la réalité.

On le sait, Gosselin aime la radicalité, celle-là même qui va demander des efforts de la part des spectateurs.
Pour lui, « plus on radicalise, plus on peut toucher » .

Cet homme, ce paysan qui se raconte, va commencer son monologue dans le noir absolu.
Pendant dix bonnes minutes. L'imparfait de l'indicatif.

Le texte prend alors toute son ampleur, toute sa force, toute sa moelle.
Avec en « fond sonore » (Julien Feryn a réalisé une véritable œuvre musicale itérative qu'on pourrait écouter par elle-même), des accords éthérés de cordes, de voix synthétiques, bientôt rejoints par des percussions, le tout de plus en plus amplifié, jusqu'à un niveau assourdissant. Les infra-basses font alors vibrer les gradins.

Bien entendu, le comédien Laurent Sauvage sera lui aussi sonorisé, sa voix devenant elle aussi de plus en plus forte, à mesure que la rage, la colère éclatent.

Il n'apparaîtra qu'au bout de quelques minutes, très peu éclairé, comme un fantôme, un spectre. Il nous raconte l'histoire de cet agriculteur, qui s'approche de nous au fur et à mesure de son récit désespéré.

Cette première partie est alors saisissante d'intensité. Nous sommes placés comme dans une bulle de récit qui finit par éclater.

Puis, dans un second acte, le comédien reviendra dans un carré de pelouse éclairée au ras du sol par des néons très crus, un morceau de prairie révélé par un procédé que je ne décrirai pas pour ne pas déflorer la surprise esthétique.
Là encore, ce sera un vrai choc !

Laurent Sauvage dit les mots de Stéphanie Chaillou, nous fait partager l'échec de cet homme, sa honte, sa déception.
Il nous dira également la souffrance générée par le regard des autres, celui des membres de sa famille, de ses enfants, notamment.

Le comédien est sévère, ne bougeant pratiquement pas. Le micro a alors disparu.
Sa parole est intense, grave. Lui aussi abordera la radicalité contenue dans le roman, et qui n'a pu que plaire à Gosselin. Il nous livre un moment fort.

Ce choc esthétique (je me répète) ne peut laisser personne indifférent.
Il faut être particulièrement inspiré, il faut pouvoir ressentir aussi intimement un texte exigeant, parfois austère par certains côtés, pour pouvoir mettre en images et en sons de façon si prenante cette œuvre.

Déjà, en 2015, Julien Gosselin nous démontrait sa capacité à générer des images fortes, qu'il nous jette à la figure comme une claque visuelle, et sa fulgurante maîtrise à faire exister un ou plusieurs comédiens au sein d'un dispositif scénographique et dramaturgique sophistiqué.
Ici, la technique est vraiment au service d'un texte.

Ce spectacle, même si on est un peu effrayé par un fort niveau sonore et des effets stoboscopiques certes utilisés à très bon escient, fait partie de ceux qui impriment des images qui restent dans l'esprit des spectateurs.
C'est un spectacle, c'est un théâtre contemporain que je vous conseille vivement.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor