Le paradoxe des jumeaux

Le paradoxe des jumeaux
  • Théâtre de la Reine Blanche
  • 2bis, Passage Ruelle
  • 75018 Paris
  • La Chapelle (l.2)
Itinéraire
Billets à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

La pièce met en scène deux immenses physiciens du début du 20ème siècle : Marie Curie, qui comprit la radioactivité et découvrit le radium et le polonium et Paul Langevin, qui travailla sur un très grand nombre de sujets majeurs, dont l’électromagnétisme, le mouvement Brownien et la relativité.

Après la mort de Pierre Curie, Marie et Paul tombent amoureux l’un de l’autre. Mais Paul est marié, et la presse d’extrême droite mène une campagne politique d’une violence inouïe contre l’« étrangère ». Pendant cette période terrible, Marie est soutenue par Bronia, sa soeur aînée, qui rêve de la ramener dans la Pologne de leur enfance, en lutte pour son indépendance.

Une histoire de science et d’amour.

 

Note rapide
7,2/10
pour 5 notes et 4 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
40%
2 critiques
Note de 8 à 10
60%
Toutes les critiques
25 déc. 2017
7/10
33 0
Marie Curie est une de mes scientifiques préférées, seule femme de mon Panthéon où tronent entre autres Heisenberg et Schrödinger, aussi j'avais beaucoup d'attente à l'idée de voir cette pièce.

A l'occasion des 150 ans de la naissance de Marie Curie, Elisabeth Bouchaud et Jean Louis Bauer proposent cette création autour de la scientifique.

L'histoire se déroule après la mort accidentelle de Pierre Curie et le premier prix Nobel de physique qui a été remis au célèbre couple : on y découvre la femme derrière la scientifique acharnée. Soutenue par sa soeur Bronia, elle poursuit le travail qu'elle menait avec son époux. Paul Langevin, un disciple de Pierre lui rend visite et expose régulièrement ses avancées notamment le paradoxe des jumeaux. C'est au cours d'une de ses visites que le rapprochement intime entre Marie et Paul s'opère. S'ensuivra un scandale qui marquera Marie à jamais.

La mise en scène de Bernadette le Saché permet de vivre une tranche de la vie de Marie qui s'étale sur quelques années entre ses deux prix Nobel grâce à une utilisation des différentes zones de la scène avec des jeux de lumière bien pensés.

Elisabeth Bouchaud est fabuleuse en Marie Curie, quand elle apparait pour la première fois sur scène, le choc est saisissant et la petite robe noire stricte laissant la place à la jolie robe blanche m'a permis de découvrir l'amoureuse qui malheureusement sera fort blessée de son aventure.

Sabine Haudepin est une Bronia forte qui soutient avec chaleur sa soeur. J'ai été moins séduite par contre par l'interprétation de Karim Kadjar en un Paul Langevin exubérant, limite comique qui ne correspond pas à l'image que j'en ai.
9/10
5 0
C’est désormais une habitude au Théâtre La Reine Blanche. Les spectacles étonnent et détonnent par le choix d’une transmission toujours accessible et passionnante offrant un plaisir curieux et savoureux des représentations artistiques qui en sont faites.

LE PARADOXE DES JUMEAUX s’inscrit dans cette démarche avec réussite. Cette pièce de Jean-Louis Bauer et Élisabeth Bouchaud reprend des éléments marquants du parcours hors normes de l’illustre Marie Curie, physicienne aux deux prix Nobel, pour nous présenter la femme, la scientifique et l’amoureuse. Trois facettes d’une femme d’exception, éclatante d’exemplarité qui ne renonça jamais aux combats pour sa reconnaissance sociale et professionnelle tout en préservant une vie affective et romanesque libre et assumée.

Le Paradoxe des Jumeaux est la dénomination d’une des théories de recherche de Paul Langevin. Ce physicien reconnu l’expose à Marie Curie au cours des nombreuses discussions, après la mort de Pierre Curie, qui scellèrent leur aventure éphémère au scandale retentissant à l'époque.

Malgré la sincérité de l’amour de Marie pour Paul, la dénonciation de leur liaison fomentée par l’extrême droite de ce début du 20ème siècle, xénophobe et anti progressiste, est publiée dans tous les journaux et jouera l’effet de couperet.

Sentiment d’abandon mêlé à la soif de vaincre, cible machiste et xénophobe qui ne se soumet pas, Marie Curie, Maria Skłodowska-Curie, n’abandonnera pas. Aidée par sa sœur ainée Bronia, elle restera et sera jusqu’au bout de sa vie la « femme d'orgueil, de passion et de labeur » dont parle Françoise Giroux dans sa biographie de Marie Curie.

La mise en scène de Bernadette Le Saché donne au texte la portée émotionnelle nécessaire pour une théâtralité aboutie, servant la dramaturgie autant que le message.

Élisabeth Bouchaud (majestueuse Marie), Sabine Haudepin (adorable Bronia) et Karim Kadjar (fougueux Langevin) interprètent avec talent et une parfaite complémentarité cette passionnante histoire aux allures de témoignage documenté, nous faisant découvrir autant que rêver cette vie singulière et magistrale, riche de sensations.

Un spectacle au charme de la découverte d’une destinée singulière. Une écriture captivante et une interprétation habitée, un temps de théâtre intelligent et agréable.
29 nov. 2017
9/10
2 0
Enfin une pièce sur Marie Curie !
Une grande chercheuse souvent mise dans l'ombre de son mari. Une très belle pièce a la fois subtile et audacieuse sur la scientifique ET la Femme.
22 nov. 2017
5,5/10
5 0
Sur fond d'espace-temps (où nos valeurs n'ont plus les mêmes références), cette histoire d'amour entre les deux physiciens ne m'a pas convaincue.
Même si l'interprétation des acteurs est bonne, j'ai trouvé que la pièce manquait de dynamisme et ne donnait pas beaucoup d'émotions.
Un peu déçue !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor