Le Nécessaire Déséquilibre des choses

Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

La compagnie  est l’une des compagnies phares de la marionnette française. Avec sa nouvelle création, la compagnie se réinvente avec un spectacle pour grands plateaux sur le désir.

Le désir avance masqué. Il est une pensée secrète, enfouie dans notre inconscient. Oser dire le désir est alors un acte fou, une transgression sociale, un geste parfois désespéré, souvent courageux. Pour nous parler du désir, Les Anges au Plafond nous plongent dans une épopée fantasmagorique, un poème épique.

On y croise Éros et Thanatos, René Char, Phèdre, Yánnis Rítsos, Le Minotaure… Marionnettes portées, ombres, projections, pop-up, scénographie en mouvement, l’univers poétique et engagé des Anges au Plafond se décline, accompagné par la composition musicale de Jean-Philippe Viret (Victoire du Jazz 2020).

 

Le Grand R

La Roche-sur-Yon

 

 

Note rapide
7/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
23 nov. 2021
7/10
2
Quand on vient voir un spectacle sans vraies attentes, on ne peut qu'être agréablement surprise au vue du travail, de l'inventivité et de l'ingéniosité humaine. Il faut dire que la compagnie Les Anges au Plafond savent ravir la raison et notre sagesse. Pour cela, les artistes possèdent un grand savoir faire rôder après quelques années de création en tout genre. Pourquoi voler ces capacités au spectateur ?

C'est pour lui permettre de laisser ses émotions, son imaginaire et sa rêverie prendre le dessus. Après tout, on nous emmène dans une inspection du pourquoi du comment du désir, de l'amour, de la jalousie...
Le chemin pour tenter de comprendre est semé d'embûches. Des choses si complexes devraient-elles se comprendre si facilement? Progressivement on va aboutir à une autre interrogation : peuvent-elles se comprendre?  Quel plaisir de suivre des aventuriers qui pénètrent dans le corps humain pour faire des prélèvements en tout genre et observer. Cela m'évoque aussitôt les film américain "Le Voyage de Richard Fleischer" sorti en 1966.

La comparaison s'arrête uniquement à des personnes qui sonde un individu. Notre duo va nous faire rire, réfléchir, interroger.. Et pour cela, sous nos yeux ébahis, se dessinent de grandes fresques, s'animent des chairs de marionnettes et d'animaux , se déroule un peep-show des plus atypiques... Les mythologies croisent Rolland Barthes dans une mise en scène rigoureuse et culottée de Brice Berthoud et Marie Girardin. Les manipulateurs Camille Trouvé et Jonas Coutancier incarnent à merveille les explorateurs innocent et courageux. Sur le plateau tout le monde participe aux déplacements et mouvements des objets, des personnes. Même le régisseur plateau, Philippe Desmulie, donne de sa personne.

Il prend part d'ailleurs à un sublime numéro d'ombre composé de tous les artistes. Un moment d'une grande beauté dont il serait dommage de se passer. L'originalité est poussée jusqu'à la présence d'un quatuor composé de Jean-Philippe Viret à la contrebasse, Mathias Lévy au violon, Maëlle Desbrosse à l'alto et Bruno Ducret au violoncelle, qui s'affiche un peu partout. Une femme, Amélie Madeline, structure le spectacle en indiquant à quelle acte nous nous trouvons avec son titre. Impossible de passer à côté de ces inscriptions percutantes et pertinentes. Un ensemble qui surprend tout comme il fascine.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Rire
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor