• Classique
  • Théâtre le 13ème Art
  • Paris 13ème

Le Misanthrope

Le Misanthrope
De Molière
Mis en scène par Morgan Perez
  • Théâtre le 13ème Art
  • 30, avenue d'Italie
  • 75013 Paris
  • Place d'Italie (l.5, l.6, l.7)
Itinéraire
Billets de 12,00 à 36,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Un misanthrope au coeur d’un hotel, lieu de tous les secrets et de toutes les intimites.

L’alexandrin ne bouge pas et devient la langue d’une jeunesse assommee par les codes et les faux semblants. Dans cette adaptation de Moliere, Morgan Perez tient a respecter la versification du texte de l’epoque melee a des costumes et un decor actuel.

Ce pari audacieux, retranscrit toute la modernite de cette piece du XVIIeme siecle qui traite d’amour, de jeunesse et d’hypocrisie.

Dans cette nouvelle version, Morgan Perez souhaite mettre en scene un misanthrope entoure d’une jeunesse doree et enclin aux memes questionnements qu’a l’epoque sur la notion du "paraitre" dans la societe. 

Note rapide
6/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
17 mars 2018
6/10
17 0
En 1966, lorsque la pièce est jouée, elle ne reçoit pas un accueil très chaleureux. Elle remet en cause les privilèges donnés à certains bourgeois. Chacun cherche à découvrir qui se cache derrière le personnage d’Alceste alors joué par Molière.

Les historiens choisiront de retenir que c’est l’auteur lui-même trahit pour son ami, Racine et peut-être trompé par sa très jeune épouse, Armande. Une amitié et une jalousie très bien mis en scène par Morgan Perez.

L’espace scénique se divise en deux. Nous avons d’un côté deux panneaux assemblés face caché au public et l’autre trois panneaux avec une scène ouverte au public. Le premier sert d’espace de danse mis ingénieuse en lumière. L’autre montre, une chambre/salon avec canapé, table et lit. Les échanges verbaux se font presque exclusivement dans cet espace. Les panneaux sont gris clair avec du mobilier moderne aux couleurs neutre. Quelques touches de couleurs habillent les comédiens. Chacun porte une écharpe de teintes différentes avec une position particulière. Seule Agathe Fredonnet porte une robe bleue. Un ton résolument moderne qui fait toujours sonner juste les vers de Molière. Même la musique qui marque aussi bien les différentes scènes d’accompagnement sonore, tombent toujours justement. La modernité se fait aussi par la présence des téléphones portables pour les missives. Mais comment ne pas connaître le destinataire et l’expéditeur avec cet objet ? Un objet qui parle assurément aux jeunes, cœur de cible du spectacle. Il serait intéressant de savoir si ces derniers se retrouvent dans les personnages sur l’importance des apparences, les médisances, la complaisance et les premiers émois loin de la religion et des biens pensants. Arrivent-ils à s’identifier ?

Une interprétation résolument moderne à destination du jeune public afin qu’il se sente plus proches des personnages classiques. Mais rassurez-vous les adultes aussi y trouveront leur compte.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor