Le Memento

Le Memento
Mis en scène par Jean-Claude Idée
Avec Emmanuel Dechartre
  • Emmanuel Dechartre
  • Théâtre 14 Jean-Marie Serreau
  • 20, Avenue Marc Sangnier
  • 75014 Paris
  • Porte de Vanves (l.13)
Itinéraire
Billets à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Journal intime, journal de combat, carnet de bord et manifeste le Mémento de Jean Vilar qui évoque, au jour le jour, les premières années de sa prise de direction du Théâtre National Populaire : un moment essentiel de l'histoire du théâtre français.

Ce texte puissant ironique et lucide nous révèle l'autoportrait saisissant d'un artiste au prise avec la société de son pays et de son temps.

Plus généralement c'est le portrait de tout créateur écartelé entre l'État dont il dépend et le peuple qu'il sert. Mémoire qui nous aide à rêver demain, le Mémento est un témoignage sur lequel tout honnête homme peut méditer.

 

Note rapide
8/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
3 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
9,5/10
2 0
... Du théâtre documentaire intelligent, captivant et sensible où la pensée voisine avec l’émotion. Les amoureux du théâtre apprécieront sans aucun doute ce joli et délicieux instant bonheur. À ne surtout pas manquer !
31 mai 2018
8/10
11 0
Quelle belle entreprise de voir un acteur rendre hommage à Jean Vilar !

Cette pièce- lecture débute comme si l’on s’invitait en douce dans un musée : à jardin un projecteur sur lequel défilent les notes prises par Jean Vilar, au milieu Emmanuel Dechartre sur sa table dans une presque lecture et à cour quelques magnifiques costumes de scènes prêtés par la maison Jean Vilar d’Avignon. L’ambiance est posée : il est question de rendre mémoire.

Pendant 1h10, Emmanuel Dechartre nous invite avec tendresse à découvrir ou redécouvrir Jean Vilar à travers ces carnets dès 1952, année historique de de sa prise de fonction en tant que directeur du TNP. Problèmes d’intendance et administratifs, relations difficiles avec la presse, tumulte du jeu et des répétitions, tracasseries du pouvoir : voilà le lot quotidien du directeur du TNP et du festival d’Avignon. On découvre Jean Vilar de l’intérieur dans des notes jamais dénuées d’humour qui rappellent à notre mémoire le grand Gérard Philippe ou Maria Casarès. On a de la peine avec lui tant la difficile gestion des contingences et des intrigues de ce monde semblent obscurcir l’ouvrage d’ordre publique qu’il accomplit sans relâche.

On sent l'émotion d'Emmanuel Dechartre à donner voix à ce Memento. Seul bémol : les notes projetées ne correspondent pas toujours à ce qui est énoncé, on perd alors le fil et bien que participant à l'ambiance le projecteur crée plus de nuisance qu'autre chose.

Personnage fort et incontournable dans l’histoire du théâtre français, ce petit spectacle est l’occasion de s’approcher de l’homme derrière la légende et de toucher du doigt une partie de ses réflexions d’homme engagé et d'artiste. Un texte combatif qui donne malgré le poids de la tâche l’envie de voir vivre encore longtemps après lui ce théâtre du peuple. Un très bon moment!
30 mai 2018
8/10
7 0
Avignon, qui n’a pas dans l’esprit les trompettes de Maurice Jarre annonçant le spectacle ? Les photos d’Agnès Varda (qui fête ses 90 ans cette année !), et puis les souvenirs des chers disparus, Wilson, Sorano, Denner, Moreau, Darras, Noiret…

Vilar voyagera dans toute l’Europe avec le TNP, il apportera la culture française dans ses bagages, il jouera aussi au cinéma, son dernier rôle le plus marquant dans « Raphaël ou le débauché », un sénateur !

Vilar malgré ses convictions d’homme de gauche sera trahi en 1968, des slogans imbéciles, des insultes l’atteindront. Il en gardera une blessure profonde et disparaîtra deux ans plus tard.

Emmanuel Dechartre a su donner vie et émotion à ce texte, brillamment mis en scène par Jean-Claude Idée (dont je vous recommande « Les meilleurs alliés » au Petit Montparnasse). Les costumes prêtés par la Maison Jean Vilar d’Avignon, apportent une émotion encore plus grande, puisqu’ils ont été portés par d’immenses comédiens.

Le seul bémol, sur scène la servante (la lampe) est allumée en permanence et fait mal aux yeux....
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor