Le Goujon Folichon

Le Goujon Folichon
  • Théâtre du Marais
  • 37, rue Volta
  • 75003 Paris
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment

De Gainsbourg à Juliette en passant par Fernandel et Damia, le Goujon Folichon, « cabaret de maison close », vous embarque pour un voyage sexy, vénéneux, drôle et émouvant, vers les rives du désir.

Artiste lyrique de la scène « classique », comédien burlesque, Julien est un « Fanthou » fantasque et fantastique !

Le spectacle est envoûtant. De Gainsbourg à Régine, l’art lyrique de Julien sert magnifiquement des chansons truculentes où se côtoient tragique et dérision.
Mis en scène par Caroline Loeb, le couple chant/accordéon (Gérald Elliott) est une petite perle, un couple parfait, juste et inventif… touchant!
Gérald bouscule le genre : Classique, jazz-musette, scie musicale, xylophone, acteur, chant et contre-chant, cet homme-orchestre magnifie un duo qui nous émerveille, nous bouscule au plus profond de nous-même, de nos désirs et de nos fantasmes.
La scène du Théâtre du Marais se noie dans un écrin où ce petit bijou de « Goujon » – insolent, sexy, sentimental et surtout poétique – frétille et nous embarque au grand bleu d’une maison close ressuscitée.
Close mais ouverte à tous… Émotions !

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
7,5/10
58 0
Un spectacle tout en gouaille au parfum de cabaret, une belle idée pour un résultat nous laissant un peu sur la faim.

Un répertoire à la mélancolie malicieuse passant en revue des chansons anciennes ou contemporaines illustrant et jouant avec les clichés sur les maisons closes (dont le « Goujon folichon »), les homos, les travestis et les transformistes. De Vincent Scotto à Yvette Guilbert, en passant par Gainsbourg et Léo ferré, jusqu’à Juliette Nourredine et Norbert Aboudarham. Que du beau linge !...

La mise en scène de Caroline Loeb se révèle astucieuse, sobre, élégante et efficace. Elle réussit à créer une ambiance populo où la « haute » vient s’encanailler, un brin nostalgique donnant dans la sympathie et la sincérité.

L’accordéoniste Gérald Elliott, carrément au point, accompagne avec adresse et harmonie. Et ce, malgré un mirliton que l’on aimerait pouvoir oublier tant il n’apporte pas grand-chose à la musicalité vraiment bonne de l’artiste.

Julien Fanthou, très à l’aise dans son personnage, nous rend volontiers complices grâce à un contact chaleureux avec le public. Quelques surjeux à gommer (le texte et la mise en scène suffisent amplement), un travail sur la voix pour assurer la tessiture et la puissance. Et là ! Le tour est joué !

Un petit spectacle musical divertissant, donnant l’occasion de retrouvailles ou de découvertes d’un répertoire riche et savoureux.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor