Le désir attrapé par la queue

Le désir attrapé par la queue
Mis en scène par Thierry Harcourt
  • Musée de l'Armée
  • 129, rue de Grenelle
  • 75007 Paris
  • La Tour Maubourg (l.8)
Itinéraire
À l'affiche du :
13 avril 2019 au 14 juillet 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 00:30
    • 14:30
    • 16:30
Achat de Tickets

Saviez-vous que Pablo Picasso, artiste prolifique, avait également écrit des pièces de théâtre ?

Jouée par la première fois en 1944, lors d’une représentation privée avec les proches amis de l’artiste et dans une mise en scène d’Albert Camus, la pièce évoque la faim, le froid et l’amour qui font alors écho aux privations ressenties sous l’Occupation.

Dans le cadre monumental de la salle Turenne et en complément de votre visite de l’exposition, venez assister à une reprise inédite de cette pièce surréaliste, méconnue du grand public, dans une mise en scène du comédien-auteur Thierry Harcourt.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
16 avr. 2019
8,5/10
2 0
« Le Désir attrapé par la queue » de Pablo Picasso, mis en scène par Thierry Harcourt dans le cadre de l’exposition « Picasso et la guerre » dans la très belle salle Turenne de l’Hôtel National des Invalides, est une histoire surréaliste, sur fond de l’occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale, écrite en janvier 1941.

Cette photo est le point de départ du travail effectué par Thierry Harcourt pour sa mise en scène de cette pièce qui raconte une histoire comme il aime les mettre en scène. Une histoire sur fond de guerre, d’occupation de l’ennemi.
Une photo qui rassemble les « amis intellectuels » et les artistes qui entouraient le peintre, et qui ont participé à la lecture de la pièce en juin 1944.
Mais cette histoire a une écriture particulière, déstabilisante, qui nous met dans un état d’éveil permanent : celle de l’écriture automatique.
Pablo Picasso qui était aussi prolixe en écriture (une autre pièce « Les quatre petites filles » fait le pendant à celle-là) qu’en peintures, bien que ses peintures aient pris le dessus sur ses écritures, a concocté une pièce en six actes ayant pour thèmes, la faim, le froid et l’amour. Ces thèmes faisant écho aux privations que les français pouvaient ressentir pendant la guerre ; une pièce de théâtre comme un acte de résistance.

Un texte qui fait tout de suite penser à l’écriture de Raymond Queneau. Mais celle de Picasso était précise et chaque mot avait sa valeur, sa pensée précise et ses répétitions dans le texte voulues et contrôlées ; tout comme les didascalies dont Thierry Harcourt s’est servi pour les mettre en scène.
D’ailleurs afin de mieux appréhender, de mieux recevoir cette pièce, Thierry Harcourt a par la voix de Pablo Picasso ajouté quelques répliques de présentation des personnages et de l’action que nous allons suivre.

Le texte est un mélange de surréalisme et de poésie, à l’avant-goût du théâtre de l’absurde, qui met en scène « Gros pied » qui est amoureux de « La Tarte » sans compter « Oignon » qui a les mêmes vues que lui sur « La Tarte ». Mais « La Tarte » aime « Angoisse grasse » et « Angoisse maigre »… alors…
D’autres personnages aux noms farfelus sont aussi de la partie comme le Bout Rond, les Rideaux, la Cousine ou encore le Silence…

Des scènes remplies d’humour et de dérision à la vision d’une farce ubuesque qui permettent de lutter contre les sévices subis et imposés par l’occupation allemande : sa façon d’exorciser les démons allemands.

Un texte sans queue ni tête, sans ponctuation, très difficile à apprendre, mais que les comédiens ont restitué, joué à la perfection.
Le travail en amont fait autour de la table avec Thierry Harcourt y est pour beaucoup et le résultat est saisissant.
Le rythme très soutenu du jeu, sur une scène ouverte aux quatre côtés, donne encore plus de fantaisie et une vision subtile du texte ; dans la partie chantée, une chaleur se dégage tout particulièrement avec la voix puissante de Laurent Arcaro.

Pour jouer cette farce, il fallait des comédiens de talent et Thierry Harcourt s’est entouré d’une troupe remarquable avec Delphine Depardieu dans le rôle de Simone de Beauvoir, Axel Blind dans le rôle de Raymond Queneau, Laurent Arcaro dans le rôle d’Albert Camus, Stéphane Peyran dans le rôle de Jean-Paul Sartre et Robin Betchen dans le rôle de Pablo Picasso.
Leurs costumes donnaient une touche, une atmosphère, bien réaliste de cette époque funeste.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor