top5 (27)

Le Cercle des illusionnistes

Le Cercle des illusionnistes
De Alexis Michalik
Mis en scène par Alexis Michalik
Avec Jeanne Arènes
  • Jeanne Arènes
  • Maud Baecker
  • Michel Deville
  • Arnaud Dupont
  • Vincent Joncquez
  • Mathieu Métral
  • Théâtre de la Renaissance
  • 20, boulevard Saint-Martin
  • 75010 Paris
  • Strasbourg-Saint-Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 50,00
Evénement plus programmé pour le moment

En 1984, alors que se déroule le championnat d'Europe des Nations, Décembre vole un sac dans le métro.

Dans le sac, il trouve la photo d'Avril jolie. Il la rappelle, ils se rencontrent dans un café. Il va lui raconter l'histoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur, magicien du XIXe siècle. Cette histoire les mènera tous deux sous le coffre de la BNP du boulevard des italiens, dans le théâtre disparu de Robert-Houdin, devant la roulotte d'un escamoteur, derrière les circuits du Turc mécanique, aux prémices du kinétographe, et à travers le cercle des illusionnistes.

 

Après le succès du Porteur d'Histoire en 2013, une autre belle création d'Alexis Michalik.

 

Pour cette pièce et 'Le Porteur d'Histoire', Alexis Michalik a été récompensé du Mini-Molière AuBalcon du meilleur auteur (2014).

 

816

Nos illusionnistes nous fascinent grâce à une mise en scène à couper le souffle. Dans cette jolie pièce, plusieurs histoires se jouent en parallèle, en se partageant la scène. Pour notre plus grand plaisir, nous sommes transportés d'époque en époque, de lieu en lieu, du magasin d'antiquité au coffre fort d'une banque, en passant par plusieurs pays, l'Italie, la France, l'Angleterre...

Les acteurs, eux, se transforment d'un personnage à un autre avec une fluidité remarquable, parfois sans quitter la scène !

Mi-historique, mi-fiction, ce spectacle très intéressant a aussi des vertus didactiques. Nous en apprenons plus sur le monde mystérieux de l'illusionnisme en suivant les aventures de Jean-Eugène Robert-Houdin, magicien français du XIXème siècle puis celles de Georges Méliès, l’un des premiers à oser truquer les films de cinéma.

Comme il faut apprendre en s’amusant, nous avons le droit à beaucoup d’humour au fil de la pièce, à de la poésie, de l’amour et bien sûr quelques petits tours de magie !

Note rapide
Meilleures critiques
Meilleure critique positive
11 févr. 2014
8,5/10
538
1
Un très bon moment de détente, parfois féerique, parfois simplement magique, toujours très talentueux !
Je vous recommande chaudement de ne pas rater ce beau spectacle !
Meilleure critique négative
30 mars 2014
3/10
535
1
J'avais bien aimé "Le Porteur d'histoire", je me suis bien ennuyé en voyant la dernière pièce de Mr Michalik.
Mise en scène trop sophistiquée, trop de changements de décors, trop, trop, ... Bref, la légèreté du joli conte vue avec "Le Porteur d'histoire"...
Lire la suite
Toutes les critiques
7,5/10
22 0
Alors ?
Le cercle des illusionnistes est une pièce écrite et mise en scène par Alexis Michalik, créée après "Le porteur d'Histoire" et avant "Intra Muros" et "Edmond". Allons droit au but : elle concentre les mêmes ficelles que ces autres pièces : le rythme effréné, le prologue philosophique, la quête de ses origines, l'amour des histoires, le peu de comédiens pour beaucoup de personnages, les flash-backs incessants, les voyages et l'accent du sud pour le benêt.

Un personnage déclare à propos de l'invention de ce qui sera le cinéma qu'une fois l'effet de surprise passé, le public retournera au théâtre (rire jaune du public). Avec Michalik, l'effet de surprise passe mais la magie continue d'opérer. Il va de soi qu'une personne qui confond l'auteur avec Frédéric ou Christophe Michalak appréciera d'autant plus qu'il découvre une pièce de Michalik pour la première fois. Le théâtre, la magie, le cinéma et le foot : les thèmes abordés séduisent. Le premier car le public sait pourquoi il est spectateur, le deuxième car il apporte une grande part de poésie, le troisième car il redéfinit les frontières de l'art et le quatrième car il est traité avec humour et sans mépris.

Ces quatre thèmes ne sont pas dénués de lien d'ailleurs. Si le coup de foudre entre un orphelin qui a mal tourné et une femme ingénieur qui boit une menthe à l'eau est trop emmiellé, cette romance n'est qu'un prétexte pour nous raconter les vies de Jean-Eugène Robert-Houdin et Georges Méliès. Critique garantie sans trucage.
16 août 2018
3/10
49 0
Ah quelle lourdeur ! Séduit par le génie d'Intramuros, j'ai couru voir cette pièce qui compte parmi les plus appréciées de la capitale. Mais dès le lever de rideau, on sait que le génie est parti bien loin.

Le jeu des comédiens est très inégal notamment les deux personnages principaux dont leur jeu s'est clairement trompé de registre. L'histoire est extrêmement confuse, due à des changements incessants de décors et de personnages. Difficile de différencier tel ou tel magicien quand il apparait sur la scène et donc de profiter des subtilités du scénario. En parlant de ces changements de décors, ils sont très audacieux, mais cette audace disparait progressivement et laisse place à un ennui grandissant.

La pièce est très prévisible et on finit par abandonner à tenter de comprendre les détails qui régissent l'univers du Cercle des illusionistes. Ajoutez à cela quelques effets spéciaux complètement ratés et une scène de fin clichée (au secours!) et vous obtenez une pièce finalement très fade.

La pièce aurait été une réussite si elle n'était pas éclipsée par d'autres œuvres traitant le sujet de la magie de manière beaucoup plus intéressante. La mise en scène audacieuse est finalement noyée par une histoire et des acteurs un peu bas de plafond.
4 août 2018
3/10
47 0
Théâtre étouffant, une vraie étuve !
Je n’ai pas réussi à suivre le fil du scénario, tout cela me semblait un peu brouillon.
J'ai attendu la fin avec plaisir, la soirée n'a pas été une réussite.
26 juil. 2018
4,5/10
74 0
Après avoir été enthousiasmée par Edmond j'ai attendu en vain d'accrocher au Cercle des illusionnistes... Est-ce le thème, un peu creux ?
Le rythme, si rapide par moment que cela donne le tournis, souligné par des changements d'accents et par la voix parfois criarde de certains acteurs ? Le fait est que finalement j'avais hâte d'arriver au bout, sentiment sans doute accentué par l'inconfort des fauteuils et la chaleur étouffante de juillet.

Je suis donc restée sur ma faim, insensible à la magie. Un bon point tout de même aux acteurs (mis à part le bémol mentionné plus haut) qui assurent une belle performance technique.
19 juil. 2018
4/10
55 0
Quelle déception !
Après la poésie narrative du « Porteur d’histoire » et la fantaisie littéraire de « Edmond », le joli thème de la magie annonçait une nouvelle réussite d’Alexis Michalik.
Malheureusement, cette fois, la magie n’opère pas ! C’est bavard, confus, trop long, ni drôle ni intéressant, ennuyeux, même les tours de magie tombent à plat.
Michalik se prend les pieds dans le tapis de son propre style dont le brio incontestable ne peut être le seul propos d’une pièce réussie.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor