top5 (28)

Le Cercle des illusionnistes

Le Cercle des illusionnistes
De Alexis Michalik
Mis en scène par Alexis Michalik
Avec Jeanne Arènes
  • Jeanne Arènes
  • Maud Baecker
  • Michel Deville
  • Arnaud Dupont
  • Vincent Joncquez
  • Mathieu Métral
  • Théâtre de la Renaissance
  • 20, boulevard Saint-Martin
  • 75010 Paris
  • Strasbourg-Saint-Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Billets de 18,00 à 50,00
À l'affiche du :
5 juillet 2019 au 21 septembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 18:00
    • 21:00
Achat de Tickets

En 1984, alors que se déroule le championnat d'Europe des Nations, Décembre vole un sac dans le métro.

Dans le sac, il trouve la photo d'Avril jolie. Il la rappelle, ils se rencontrent dans un café. Il va lui raconter l'histoire de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur, magicien du XIXe siècle. Cette histoire les mènera tous deux sous le coffre de la BNP du boulevard des italiens, dans le théâtre disparu de Robert-Houdin, devant la roulotte d'un escamoteur, derrière les circuits du Turc mécanique, aux prémices du kinétographe, et à travers le cercle des illusionnistes.

 

Après le succès du Porteur d'Histoire en 2013, une autre belle création d'Alexis Michalik.

 

Pour cette pièce et 'Le Porteur d'Histoire', Alexis Michalik a été récompensé du Mini-Molière AuBalcon du meilleur auteur (2014).

 

Nos illusionnistes nous fascinent grâce à une mise en scène à couper le souffle. Dans cette jolie pièce, plusieurs histoires se jouent en parallèle, en se partageant la scène. Pour notre plus grand plaisir, nous sommes transportés d'époque en époque, de lieu en lieu, du magasin d'antiquité au coffre fort d'une banque, en passant par plusieurs pays, l'Italie, la France, l'Angleterre...

Les acteurs, eux, se transforment d'un personnage à un autre avec une fluidité remarquable, parfois sans quitter la scène !

Mi-historique, mi-fiction, ce spectacle très intéressant a aussi des vertus didactiques. Nous en apprenons plus sur le monde mystérieux de l'illusionnisme en suivant les aventures de Jean-Eugène Robert-Houdin, magicien français du XIXème siècle puis celles de Georges Méliès, l’un des premiers à oser truquer les films de cinéma.

Comme il faut apprendre en s’amusant, nous avons le droit à beaucoup d’humour au fil de la pièce, à de la poésie, de l’amour et bien sûr quelques petits tours de magie !

Note rapide
Meilleures critiques
Meilleure critique positive
11 févr. 2014
8,5/10
572
1
Un très bon moment de détente, parfois féerique, parfois simplement magique, toujours très talentueux !
Je vous recommande chaudement de ne pas rater ce beau spectacle !
Meilleure critique négative
30 mars 2014
3/10
566
1
J'avais bien aimé "Le Porteur d'histoire", je me suis bien ennuyé en voyant la dernière pièce de Mr Michalik.
Mise en scène trop sophistiquée, trop de changements de décors, trop, trop, ... Bref, la légèreté du joli conte vue avec "Le Porteur d'histoire"...
Lire la suite
Toutes les critiques
12 sept. 2019
7/10
0 0
Bonne pièce (sans plus), vu après les 3 autres, donc moins "agréablement surpris" par la "technique" Michalik, donc un peu déçu ...
9,5/10
1 0
C'est drôle, c'est virevoletant, c'est instructif, c'est un beau moment qui nous fait oublier tout le reste et qui nous rappelle combien le théatre, le cinéma, la musique, la peinture, la photographie... nous enrichissent chaque jour et nous rendent plus heureux ! Je suis en train de finir son premier roman, "Loin" qui va sortir fin août.

Ses oeuvres incarnent : "Comment avoir l'audace de prétendre être en vie si l'on vit sans oser ?"
24 juil. 2019
7/10
2 0
« Le cercle des illusionnistes » écrit et mis en scène par Alexis Michalik au théâtre de la Renaissance est une histoire d’Amour romantique sur plusieurs étages, comme les poupées russes « matriochkas ».

Cette pièce qui se joue de théâtre en théâtre, dans le monde entier, depuis sa création le 22 janvier 2014 à la Pépinière-Opéra a toujours autant de succès, pensez avec pour un mardi soir un théâtre plein, malgré la canicule dans un théâtre non climatisé. Les applaudissements et les bravos en sont les témoins.

« Le cercle des illusionnistes » est le deuxième opus de la tétralogie d’Alexis Michalik. Sur le succès de son « Porteur d’histoire » qui marque un tournant dans l’écriture théâtrale, la patte Michalik reconnaissable entre toutes, cette pièce fut récompensée par trois Molières dont celui du meilleur auteur.
Une pièce complexe où les histoires se chevauchent, s’emmêlent, se croisent, à en perdre un peu la tête dans ce tourbillon de magie, d’illusions, de cinéma.
Une histoire dans l’histoire, c’est l’esprit Michalik : jouer avec le temps, jouer avec notre attention, lui qui aime comme dans le cinéma les flash-back comme éléments moteurs. Il aime mêler l’historique au fictif, il aime tout simplement raconter des histoires : il est un créatif pur.
Il a dû aimer construire des puzzles quand il était enfant…

Tout commence dans les années 80, en 84 plus précisément lorsque qu’en toile de fond de cette rencontre amoureuse entre Avril et Décembre, nos deux tourtereaux, se déroule le championnat d’Europe des nations avec le grand Platini.
Décembre qui vit de vol à la tire, des sacs en particulier, contacte la jolie propriétaire de son dernier larcin : Avril qui lui a mis la tête à l’envers. Ils se rencontrent dans un café et c’est la naissance d’une idylle, d’un amour qui va les faire voyager dans d’autres mondes. Celui du célèbre magicien du 19e siècle, le roi de l’illusion nommé Jean-Eugène Robert-Houdin et celui de Georges Méliès, un jeune homme adepte lui aussi de l’illusion, de l’artifice et de la magie : le créateur du spectacle cinématographique qui révolutionna le monde du cinéma avec entre autres ses premiers effets spéciaux. En quelque sorte un passage de flambeau.

Six comédiens sur scène, en alternance sur les quatorze de la distribution : deux femmes et quatre hommes interprètent les vingt-six rôles que compose cette aventure joyeuse et périlleuse. Ce soir ce sont Charles Cabon (Georges), Adrien Cauchetier (Décembre – une belle présence), Matthieu Hornuss (Jean), Constance Labbé (Avril), Charline Paul (Catherine - mon coup de cœur) et Michel Robbe (l’horloger) qui ont charmé et entraîné les spectateurs dans ce cercle aux illusions multiples.
Un travail de comédien toujours sur la brèche, qui n’a pas le temps de se reposer avec les changements de rôles, de décors, à vue dans un rythme intense voulu par la mise en scène de l’auteur aidé par Anaïs Laforêt. Cela ne peut fonctionner que dans cette ambiance folle, folle de vie, d’amour, de passion. Qu’ils soient dans une roulotte, dans une banque ou dans une cave transformée en salle de spectacle, nos gaillards s’en donnent à cœur joie dans la rigueur et la précision de leurs jeux pour nous tenir en haleine, sans jamais relâcher la pression, jusqu’à la scène finale.
Comme toujours dans ses spectacles, Alexis Michalik donne une part belle à la musique avec son complice Romain Trouillet qui aura l’honneur d’être cité dans le texte : un clin d’œil de remerciement bien mérité. Les lumières de Pascal Sautelet ne sont pas en reste ainsi que la scénographie et les vidéos, ô combien importantes, d’Olivier Roset et les costumes de Marion Rebmann. Qui dit magie, dit magicien et les tours ont été réglés par Romain Lalire.

Maintenant que j’ai vu les quatre pièces d’Alexis Michalik, « Le porteur d’histoire » restera mon coup de cœur avec un faible pour « Edmond » que j’ai vu récemment. J’avais été également « réquisitionné » par « Intra muros ».
L’univers d’Alexis Michalik est particulier mais incontournable. C’est un grand auteur, à l’esprit de Troupe, qu’il faut absolument découvrir pour ceux qui n’auraient pas encore franchi le pas.
22 juil. 2019
6/10
3 0
"Le Cercle des Illusionnistes" d’Alexis Michalik au théâtre de la Renaissance, jusqu’au 21 septembre du mardi au samedi à 21h, aussi à 18h le samedi.

-26 ans : 10€ en catégorie 1 selon disponibilités, à acheter au guichet 1h avant le spectacle.

Voilà, j’ai vu les quatre pièces d’Alexis Michalik. Après "Edmond", "Intra Muros" et "Le Porteur d’histoire", "Le Cercle des Illusionnistes". Une belle déception qui a commencé dès le début par l’utilisation d’un micro. On ne savait finalement pas s’il était réservé au seul narrateur où à d’autres personnages. Il s’activait ou se désactivait parfois au milieu d’une réplique sans que l’on comprenne pourquoi, créant une confusion inutile.

N’arrangeant rien, l’acoustique de la salle était très mauvaise. J’étais au fond de l’orchestre au lieu d’être au troisième balcon comme initialement prévu. Et heureusement, sinon je ne suis pas certain que j’aurais pu suivre la pièce ! Je vois deux raisons possibles à ce problème sonore : le ventilateur à ma droite qui ne faisait pourtant pas un bruit fou, et les acteurs eux-mêmes qui manquaient simplement de coffre, au point de vous forcer à tendre sérieusement l’oreille pour suivre des dialogues simples.

Les acteurs ne distinguent d’ailleurs pas particulièrement. Je retiendrai d’eux leurs exagérations répétées : allant du faux accent italien, au le supporter de foot balourd en passant par la bourgeoise coincée qui font sourire dans un premier temps, mais tombent rapidement dans l’excès. Le texte et la mise en scène s’appuient exactement sur les mêmes mécaniques que "Le Porteur d’histoire" mais pas avec la même efficacité. Le début est poussif. On s’emmêle un peu dans les personnages. Les tours de magies ne fonctionnent qu’à moitié car on voit les acteurs disparaître derrière leur écran de fumé. Dès lors que l’on arrive dans la partie plus « historique » de la pièce il y a du mieux mais cela ne dure pas jusqu’à la fin. Une fin qui s’imbrique d’ailleurs assez mal avec le reste de la pièce.

Ce spectacle me laisse donc avec une déception forte en comparaison de l’émerveillement et de l’immersion des trois précédents que l’on peut toujours aller voir sans modération : "Edmond", "Le Porteur d’histoire" et "Intra Muros" !
24 avr. 2019
9,5/10
2 0
Magique, féerique, un imaginaire qui s'offre à chaque instant, un rythme fou servant une histoire qui s'étale sur plusieurs époques.

De l'atmosphère, des émotions, un beau texte servi par un jeu d'acteur éblouissant ... j'ai tout adoré !

On touche la part de rêve.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor