L'avenir dure longtemps

L'avenir dure longtemps
  • Maison des Métallos
  • 94, rue Jean-Pierre-Timbaud
  • 75011 Paris
Itinéraire
Billets de 13,00 à 25,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Le 16 novembre 1980, Louis Althusser, célèbre philosophe marxiste, communiste convaincu, professeur à l’École normale supérieure de Paris, étrangle sa femme, Hélène.

Louis Althusser est reconnu « non responsable » de son acte, selon l’article 64 qui permet aux criminels atteint de démence de « profiter » de soins psychiatriques, plutôt que de suivre le circuit judiciaire et pénitentiaire habituel.

En 1985, Louis Althusser écrit L’Avenir dure longtemps, une autobiographie qui sera publiée après sa mort. Son besoin est vital : écrire cet avenir-là, c’est avant tout tenter de redevenir responsable de sa vie. Retrouver une identité.

Être à nouveau un sujet devant le tribunal de ses lecteurs. Pourtant l’interrogation reste totale : pourquoi a-t-il tué Hélène ?

Le metteur en scène Michel Bernard donne vie aux tourments d’Althusser sous les traits d'Angelo Bison qui nous livre une performance d’acteur d’une rare intensité.

 

 

Note rapide
7,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
25 mars 2018
7,5/10
3 0
Le 16 novembre 1980, philosophe marxiste, communiste convaincu, professeur à l’École normale supérieure de Paris, il étrangle sa femme, Hélène. Il est reconnu « non responsable » de son acte selon l’article 64 qui permet aux criminels atteints de démence d'être interné. Cinq ans plus tard, il écrit une autobiographie, "L’Avenir dure longtemps" qui ne paraîtra qu'après son décès. Michel Bernard a décidé d'adapter et de mettre en scène ce texte. Il veut montrer la folie qui vit en chacun de nous mais qui se présente différemment. 

On peut se poser la question pourquoi cet homme a tué son épouse. La réponse nous sera donnée à travers le récit d'une vie d'un homme en quête d'une identité et en lutte contre lui-même. Angelo Bison dans une incroyable performance a mis de côté sa personnalité pour s'imprégner des mots de Louis Althusser. Assis sur son siège, les yeux brillants, il donne vie aux mots qui vibrent de vraisemblance. Les spectateurs restent captifs à l'histoire racontée. La scénographie de Thomas Delord, simple et efficace, accompagne à merveille le jeu d'Angelo Bison. Une grande fenêtre avec des projections de nature ou de ville, sur le sol un grand tapis blanc et une toile blanche de photographe sur laquelle le comédien est assis via un tabouret. C'est simple, c'est soft et c'est tout ce qu'il fallait. 

Une histoire étonnante qui ne pourra vous laisser insensible.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor