• Classique
  • Théâtre de l'Odéon
  • Paris 6ème

La ménagerie de verre, avec Isabelle Huppert

La ménagerie de verre, avec Isabelle Huppert
De Tennessee Williams
Mis en scène par Ivo van Hove
Avec Isabelle Huppert
  • Isabelle Huppert
  • Théâtre de l'Odéon
  • place de l'Odéon
  • 75006 Paris
  • Odéon (l.4, l.10)
Itinéraire
Billets de 8,00 à 40,00
À l'affiche du :
25 novembre 2022 au 22 décembre 2022
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 15:00
    • 20:00
Achat de Tickets

“La scène est la mémoire”. Elle est peuplée d’un trio de figures : une mère, Amanda, et ses deux enfants, Laura et Tom. Amanda s’imagine encore en grande dame de la bonne société du Sud.

Tom, qui se voudrait poète, subvient aux besoins de la famille en travaillant dans une usine de chaussures et saisit le moindre prétexte pour filer au cinéma. Quant à Laura, son aînée de deux ans, d’une timidité maladive, voire inquiétante, elle ne quitte pas l’appartement et consacre des heures à entretenir sa collection d’animaux en verre filé... 

Trois solitudes presque à huis clos, trois fragilités, trois façons de rêver d’une autre existence. Un soir, une solution semble se présenter en la personne de Jim O’Connor, “gentil jeune homme ordinaire” qu’Amanda verrait bien se fiancer à Laura. Mais Jim n’est qu’un rêve illusoire de plus, sans doute le dernier... L’intrigue de La Ménagerie de verre est simple et insaisissable comme un souvenir raconté par Tom, qui fait du plateau le lieu où convoquer son passé.

Avec La Ménagerie de verre, qui fut en 1945 son premier grand succès, Williams réussit une synthèse bouleversante entre l’héritage du symbolisme et l’écriture du quotidien. Du même coup, il invente le memory play, qui redonne à voir l’un des pouvoirs fondamentaux du théâtre : donner corps aux fantômes.

Après Vu du pont d’Arthur Miller, autre memory play, Ivo van Hove revient à l’Odéon avec ce chef-d’œuvre fondateur et offre à Isabelle Huppert l’un des rôles mythiques du répertoire américain.

 

 

Note rapide
8,8/10
pour 6 notes et 6 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
17%
5 critiques
Note de 8 à 10
83%
Toutes les critiques
28 nov. 2022
9,5/10
1
Puissant, Éloquent, Réjouissant
En 1944 Tennessee Williams 1911-1983 devint subitement célèbre en transformant un scenario refusé par la MGM , en pièce. « La ménagerie de verre ».
Ivo van Hove nous offre une mise en scène puissante et éloquente qui nous émeut et nous enchante.
En 1944 Tom, alter égo de Tennessee Williams, va nous conter ses souvenirs des années 1930 vécues entre sa mère Amanda et sa sœur Laura, tous trois abandonnés par le père parti pour vivre ses rêves.
Tom, nous accueille en bord de scène, nous amuse d’un petit tour de magie puis renverse le cours du temps.
*Je vous offre la vérité affublée du masque plaisant de l’illusion.
Les rideaux s’ouvrent et apparait un appartement modeste, sobre et situé en sous-sol. Il est relié au monde extérieur par un petit escalier escarpé. L’image du père absent hante les murs revêtus de chaux ocre. Une atmosphère un peu suffocante règne dans ce refuge.
Amanda, Isabelle Huppert, s’affaire avec fougue dans sa cuisine. Elle vit dans le souvenir de ses années de gloire et de jeunesse pour oublier son infortune et se démène avec énergie pour le bonheur de ses enfants.
Laura, Justine Bachelet recroquevillée près de son électrophone a peur du monde, elle demeure à l’image de sa collection de petits animaux en verre « sa ménagerie de verre » fragile et délicate.
Antoine Reinartz incarne avec brio Tom, il travaille à l’entrepôt pour soutenir sa famille, mais il rêve de partir vivre sa vie en toute liberté. Il se gave de cinéma. Que cache-t-il derrière ce hobby ? Tom est mystérieux sur sa vie privée.
*j’en ai assez du cinéma, de regarder les autres partir. Je veux partir moi aussi.
Tous trois vivent en vase clos mais un jour la rencontre d’un ami d’enfance, Jim, interprété avec brio et charisme par Cyril Gueï va secouer ce petit monde.
Les sortira- t- il de leur torpeur ?
Jim apprivoise Laura dans une magnifique scénette à la lueur des bougies, c’est transperçant, émouvant et percutant.
*Vous croyez être la seule à avoir des préoccupations de ce genre…
*Être désillusionné est une chose, être découragé en est une autre.
Laura va-t-elle s’identifier à sa petite licorne qui a perdu sa corne malencontreusement ?
*Maintenant il se sentira à l’aise avec les autres chevaux, ceux qui n’ont pas de cornes.
Cette pièce évoque la fragilité des êtres, leurs frustrations, leurs malaises mais est pleine d’espoir, l’espoir de se construire, de s’accepter et de s’accrocher à ses rêves et de vivre.
La scénographie, la lumière nuancée, les clairs obscures de Jan Versweyveld ainsi que le son, la musique originale de Georges Dhauw intensifient les émotions.
La mise en scène d’Ivo van Hove orchestrée avec vigueur, vitalité et justesse, nous entraine dans un huis-clos poignant et bouleversant. « Une ménagerie de verre » dont on se souviendra longtemps.
Justine Bachelet nous réjouit et nous chavire par sa gestuelle, ses expressions, la chaude tonalité de sa voix et son talent.
Isabelle Huppert est excellente, elle se donne sans limite dans le rôle de cette mère exubérante, directive et souhaitant un avenir heureux sa progéniture.
Antoine Reinartz et Cyril Gueï nous captivent par la sincérité de leurs jeux.
Bravo pour ce magnifique moment de théâtre.
14 juin 2021
10/10
4
Avant d'aller voir une pièce mise en scène par Ivo Van Hove, on se prépare toujours psychologiquement au pire. Au pire et, paradoxalement, au meilleur.

Dans la Ménagerie de verre, il n'y a que le meilleur : un texte empreint d'une douce mélancolie, une mise en scène moderne, mais pas trop, et des acteurs formidables du début à la fin.

Le décor d'abord : la scène est la mémoire de Tom, le narrateur. Alors comme dans un souvenir, les contours sont flous, les couleurs sépias, les détails peu nombreux. On est à Saint Louis, dans les années 1930, mais on pourrait être à Paris ou à Milan, en 1950 comme en 1990. Les visages du père, dessinés sur les murs, envahissent l'espace de manière subtile, comme une ombre toujours pesante que Laura efface petit à petit dans ses rares moments d'allégresse.

La mise en scène, ensuite. Le rideau qui tombe régulièrement contribue à l'effet "souvenir", tant quand on se souvient, ce n'est que par bribes. Les sons, que ce soit la musique ou la pluie qui tombe, contribuent à l'ambiance nostalgique sans nous plonger dans un regret excessif. La lumière joue aussi parfaitement son rôle ; bref, la mise en scène est soignée mais pas précieuse, exactement ce qu'il faut pour une pièce de Tennessee Williams.

Les acteurs, enfin. C'est un poncif de dire qu'Isabelle Huppert est incroyable mais sa prestation dans la Ménagerie de verre le confirme. Sa diction rapide est sans faute, son rôle de mère fantasque et paumée convaincant. Elle est accompagnée par de très bons acteurs qui ne déméritent pas non plus, Cyril Guei étant toujours juste et Nahuel Perez Biscayart, que je découvre, touchant sans excès de sentimentalisme.
26 mai 2021
9/10
6
Après beaucoup de rdv ratés, je vais enfin voir la pièce.
A vrai dire, je n'aime pas l'écriture de Tennessee Williams, mais belle distribution et une mise en scène formidable. J'ai adoré le décor avec tous ces visages du père parti.
Pas très utile de résumer l'histoire. Le huis clos est très bien rendu. Les acteurs sont fabuleux. J'ai adoré Cyril Gueï et Justine Bachelet.
La mise en scène est assez typique d'Ivo Van Hove. Elle contribue au plaisir. Belle idée la pluie et sa musique (la pluie sur scène est un classique d'Ivo Van Hove...). Atmosphère feutrée, peu de lumière.
Après cette période de sevrage, j'ai ADORÉ.
23 mars 2020
4,5/10
36
Etats Unis, dans les années 30 à Saint Louis : alors que le pays est secoué par une crise économique sans précédent, une famille en équilibre instable nous est présentée. Le père est parti, laissant Amanda, la mère, seule avec deux enfants, qui se réfugie dans son passé au temps de la splendeur sudiste : Tom l’ainé, qui travaille pour faire bouillir la marmite familiale et Laura, qui vit dans son monde intérieur, seuls son frère et sa mère peuvent la faire revenir dans la réalité vacillante. L’espoir qu’elle rencontre un ‘galant’ va bouleverser cette famille.
Tennessee Williams nous livre les clés qui régissent les relations complexes au sein de cette famille en plongeant dans leur intimité. Cette pièce fut son premier succès et c’est sans doute ma préférée.
Que j’avais hâte de retourner à l’Odéon, pour voir une pièce que j’aime beaucoup avec ma Queen préférée Isabelle Hupert et aux manettes un metteur en scène qui ne m’a jamais déçue : Ivo Van Hove ! Il faut dire que j’avais de fortes attentes après être tombée sous le charme de Cristiana Réali et de sa famille au théâtre du Poche Montparnasse l’hiver dernier dans la même pièce, je m’apprêtais donc à plonger à nouveau avec délice dans l’univers de Tennessee Williams.

Ma foi, j’ai été assez déçue. Je crois que c’est la mise en scène qui m’a fait le plus mal au cœur.
D’abord il y a ces très nombreuses baisses du rideau, certes rapides, mais qui hachent la pièce de façon désagréable. Les actions les plus fortes du texte se déroulent souvent au ras du sol perdant ainsi tout leur effet dramatique car il n’y a pas d’accessoires sur scène : pas une chaise, ni un lit. On vit au ras du sol !

Il y a aussi ce décor : on a l’impression d’être enfermé dans une boite dont les parois ont l’air recouvertes d’une substance peu ragoutante maronnasse alors oui c’est bien pour le coté étouffant mais le plaisir des yeux en prend un coup au moral.

Déception aussi coté comédien, alors Isabelle Huppert est à son habitude sublime et éblouissante avec un jeu intense, mais parfois trop, bien trop, intense qu’elle efface un peu, beaucoup, ceux qui lui donne la réplique. C’est Justine Bachelet qui en fait le plus les frais, elle est totalement insignifiante comme si son personnage Laura était littéralement vampirisé par sa mère. Bref je suis déçue.

Il y a le texte de Tennessee Williams heureusement.
19 mars 2020
10/10
20
Excellente pièce, on est plongé dans l'ambiance "vieux sud du Mississipi", c'est très prenant.

En bref, Amanda élève seule ses deux enfants (la famille Wingfield, Tom & Laura), dans une ville du Mississipi. Tom est le seul salaire de la famille, il travaille dans une usine de chaussure. Laura est maladivement timide. Amanda est sur leur dos. Un jour, Tom invite un de ses amis ouvrier d'usine diner. C'est un évènement pour la famille.

C'est magnifique. Un huit clos familial, ou chacun s'échappe comme il peut pour faire face à la morosité du quotidien :
- Amanda : vit dans son passé de midinette, ou elle était courtisée par des galants
- Tom : s'échappe tous les soirs au cinéma ou au spectacle
- Laura : vit dans sa tête, à travers sa ménagerie de verre (des petites figurines en verre)

On sent très bien l'ambiance chaude et lourde du vieux sud en été. La pesanteur quotidienne. C'est très réaliste. Les personnages sont tous tiraillés entre la vie dans leur tête (leurs rêves) et leur quotidien (leurs devoirs). Ils ont de la tendresse les uns pour les autres, mais en même temps ils s'engueulent. C'est une vraie famille.

J'ai particulièrement aimé :
- les décors : la grotte maronasse dans laquelle ils vivent. Ca m'a fait penser aux appartements en souplex, à Paris. Les peintures sur les murs sont terrifiantes/magnifiques. Lorsqu'il pleut, les bruit des gouttes est magnifiques.
- la musique : Barbara chanté par Laura, c'est magnifique.
- le jeu des comédiens : bravo à Tom pour tous ses mouvements, à Laura pour son interprétation du handicape, Amanda pour son rôle de mère bourgeoise déchue (et son orgasme qu'elle mime!). J'ai moins aimé le rôle de l'ami de Tom, un peu trop caricatural dans le Ricain "Yes we can". J'ai eu moins d'émotion.

Je recommande vivement, je suis restée toute émue pendant longtemps <3
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor