La controverse de Karakorum

Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Guillaume de Rubrouck, moine franciscain envoyé par Saint Louis en 1253 auprès du grand Khan à Karakorum pénétra dans l’Empire Chinois, près de vingt ans avant Marco Polo.

Saint Louis espérait rallier l’Empereur à sa croisade pour reconquérir Jérusalem. Rubrouck nous a laissé un manuscrit, Itinerarium as partes orientales, relatant son voyage et la controverse de Karakorum de 1254 organisée par l’Empereur. Ce dernier demanda à chacun des représentants des religions (bouddhistes, soufis, nestoriens, chrétiens) d’argumenter en interdisant de se servir de "paroles désagréables ou injurieuses […] sous peine de mort". La conclusion fut qu’il y a peut-être un Dieu ou plusieurs, mais toutes les religions ont en commun la louange par le chant et la vocalisation par l’homme de la parole divine… 

Guillaume revient sans l’allié Khan. Ce manuscrit nous dévoile un texte intime, les impressions et la pratique régulière du chant grégorien de Guillaume pour exprimer sa foi. 

Ainsi, avec la complicité des autres musiciens de La Camera delle Lacrime, Bruno Bonhoure et Khaï-dong Luong invitent le spectateur à un voyage dans les langues, les mélodies, les rythmes et les fêtes musulmanes, chrétiennes, bouddhiques, profanes des pays traversés, mais aussi des territoires physiques et spirituels laissés derrière Guillaume de Rubrouck.

 

Eglise de Luzarches (Festival de Royaumont)

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor