L.A Dance Project

L.A Dance Project
Mis en scène par Benjamin Millepied
  • Théâtre des Champs-Élysées
  • 15, avenue Montaigne
  • 75008 Paris
  • Alma Marceau (l.9)
Itinéraire
Billets de 15,00 à 95,00
À l'affiche du :
31 octobre 2019 au 3 novembre 2019
Jours et horaires
Ajoutez la pièce à votre agenda en sélectionnant une date. Attention, vos espions pourraient l'apprendre !
l m m j v s d
    • HORAIRES
    • 17:00
    • 20:00
Achat de Tickets

Benjamin Millepied a pensé son L.A.Dance Project comme un collectif d’artistes. Il compose ses soirées en invitant des chorégraphes amis ou en choisissant des pièces emblématiques qui ont marqué l’histoire récente de la danse et qui partagent l’affiche avec lui.

Ce programme, au Théâtre du Beauvaisis, nous propose à côté de Hearts and Arrows de Benjamin Millepied, II Acts for the blind de Roy Assaf et Quintett de William Forsythe. La danse de Benjamin Millepied allie la virtuosité du passé classique à l’urgence de la création actuelle. Sa compagnie L.A. Dance Project est devenue un foyer de création chorégraphique international, avec des danseurs solistes d’exception. De ce travail, Benjamin Millepied dit avoir « rêvé d’un compagnonnage d’artistes et d’un collectif de créateurs parce que la danse est disséminée partout. Un projet autour de la danse et de tout ce qu’elle peut représenter aujourd’hui ».

Né en France, Benjamin Millepied est initié à la danse dès l’âge de huit ans par sa mère, Catherine Flori, professeur de danse contemporaine. Il a effectué l’essentiel de sa formation à la School of American Ballet. Après le prix de Lausanne en 1994, il reçoit le Mae L. Wien Award du meilleur espoir, et est engagé dans le corps de ballet du New York City Ballet. Il fait ses débuts de chorégraphe en 2001. L’année suivante, il fonde l’ensemble Danses Concertantes. Huit années durant, la compagnie présente des créations et des pièces du répertoire classique sur les scènes du monde entier.

En 2012, Benjamin Millepied fonde sa propre compagnie à Los Angeles, le L.A. Dance Project, collectif de créateurs qui cherche à présenter la danse sous toutes ses formes, en multipliant les collaborations avec des jeunes artistes en devenir et des figures emblématiques du paysage artistique. En janvier 2013, Benjamin Millepied est nommé à la succession de Brigitte Lefèvre comme directeur de la danse de l’Opéra national de Paris.

274

La critique de Valérie (rédac' AuBalcon) : 8/10. Il y avait foule au TCE pour assister à la représentation de L.A. Dance Project, on se serait presque cru à un concert d'une rockstar tellement de personnes cherchaient des billets à acheter pour assister au spectacle.

Quatre ballets présentés et des émotions différentes pour chacun.
Une troupe de 8 danseurs, tous au top évidement et arborant des tenues plutot sobres, changeant de tenue entre chacun des ballets.

Hélix de Justin Peck est sans aucun doute celui qui m'a le plus enthousiasmée avec ses portés improbables mais tellement bien intégrés dans la chorégraphie, il est malheureusement à mon gout trop court mais intense à souhait.

Quintett de John Forsythe n'a pas su trouver le chemin de mon coeur, il faut dire que le thème musical ultra répétitif a fini par me faire oublier d'apprécier les danseurs. Mais même la chorégraphie m'a semblé plus hachée que pour les autres.

Les deux autres ballets sont passés à la vitesse de l'éclair tellement j'étais sous le charme des chorégraphies, j'ai aimé Duets de Martha Graham car il m'a fait voyager dans ma tête et aussi On the other side chorégraphié par Benjamin Millepied lui même car la musique est là juste pour servir la danse dans toute sa splendeur. Certains mouvements semblent si simples et pourtant sont si complexes à éxécuter et il n'y a eu aucun raté à mes yeux. Il y a eu des duos, des trios, des quatuors fabuleux où les corps se cherchent, se trouvent, se repoussent et se retrouvent dans un ensemble tellement harmonieux.

J'ai apprécié ce moment au TCE avec la joie de découvrir quatre ballets contemporains qui ont chacun un caractère particulier et qui peuvent être interprétés par une même compagnie.

Note rapide
8/10
pour 3 notes et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
25 mai 2016
9/10
56 0
La soirée s’est ouverte par une chorégraphie du Maître qui une musique de David Lang. Benjamin Millepied a conçu Reflections le 23 mai 2013 au Théâtre du Châtelet.

Cette pièce pour cinq danseurs est le premier volet d’une trilogie intitulée Gems et inspirée par le célèbre joaillier Van Cleef & Arpels. Le premier tableau débute par un pas de deux aux portés très aériens, lumineux et légers. On peut y voir toute la pureté et l’éclat d’un joyau. Sur le plateau nu, les deux corps entrent en fusion tandis que les notes du piano tintent comme du cristal. Les pirouettes se succèdent avec délicatesse et nous entraînent dans un tourbillon enchanteur. En pleine effervescence, les deux danseurs s’imprègnent l’un de l’autre, s’enlacent, se lassent, se séparent, se retrouvent. Dans le deuxième tableau, court mais intense, c’est un homme seul qui enchaîne les pirouettes et les piqués dans une gestuelle vive et précise tandis qu’il laisse déjà la place à deux danseurs dans une demi-pénombre.

Ils fuient et repoussent le désir. Il y a une certaine forme d’attirance irrépressible qui se conclut par une parfaite harmonie corporelle dans le silence le plus total. Lorsqu’un couple s’empare du plateau, évoluant dans un rectangle de lumière légèrement excentré, le dynamisme nous saisit et cela ira crescendo car dans l’ultime tableau, Stéphanie Amurao, Anthony Bryant, Aaron Carr, Nathan Makolandra et Robbie Moore se lancent dans des courses poursuites effrénées. Les cinq danseurs se repoussent, s’attirent, se cherchent, se trouvent, se rejoignent aussi pour mieux se fuir ensuite avant de céder la place à une phase d’apprivoisement qui ramène une grande douceur. Visuellement sensible et touchant, ce tableau final est sublime et allie urgence et vitalité. La profonde chorégraphie de Benjamin Millepied a donné le la de cette belle soirée.

Les réjouissances se sont poursuivies avec Harbor Me du chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui que nous espérons retrouver prochainement dans la Cour d’honneur à Avignon en juillet prochain pour Babel 7.16. En attendant, c’est une chorégraphie pour trois danseurs qui nous a été donné le voir. La première mondiale a eu lieu le 8 avril 2015 au Théâtre du Châtelet et existe dans deux versions : une masculine et une féminine. Nous avons eu l’immense bonheur d’assister à l’époustouflante prestation physique de Stéphanie Amurao, Julia Eichten et Rachelle Rafailedes. Chacune personnifie un élément naturel (le feu, l’eau ou l’air) tandis que la scène devient la terre dans une danse circulaire mettant en scène les interactions qu’il existe entre ces trois éléments et les transformations que cela implique. Par extension, nous pouvons appliquer tout cela aux êtres humains. D’ailleurs, dans le programme, le chorégraphe nous livre une interrogation profonde et juste à laquelle la réponse n’est pas si simple : « Une personne peut-elle en protéger une autre, ou seulement la changer ou la détruire ? ».

Dans une lumière filtrée, sur un sol faisant appel à l’évocation d’une forêt, les corps se frôlent, s’imitent, cohabitent, se préservent, se modifient. Alternant les passages en solo ou en trio, la confrontation naturelle s’expose dans une incroyable sensibilité. Nous assistons à la puissance du feu qui consume l’air tandis que ce dernier parvient à englober l’eau cherchant à éteindre le feu. C’est cet aspect cyclique, véritablement pertinent, qui nous subjugue. Les variations de lumière, qui plongent le plateau tantôt dans des touches orangées et chaudes à un blanc presque vert pâle, glacial et polaire, subliment la recherche d’un équilibre, d’une harmonie. La fluidité des mouvements participe à une alchimie fragile entre les éléments comme entre les êtres jusqu’à parvenir à un état de grâce. Avec cette pièce, Sidi Larbi Cherkaoui atteint la perfection et nous bouleverse totalement. Harbor Me contient cette force inouïe de séduction qui en fait un moment unique et sublimissime, un instant d’exception inoubliable.

Enfin, le Quintett de William Forsythe a clôturé cette soirée. La pièce pour cinq danseurs, représentée pour la première fois à Francfort le 9 octobre 1993, est une chorégraphie joyeuse et sauvage, presque animale, sur une musique de Gavin Bryars qui tourne en boucle durant de longues minutes. L’aspect répétitif s’étire et donne toute sa force à la production. Aaron Carr, Julia Eichten, Morgan Lugo, Nathan Makolandra et Rachelle Rafailedes se lancent tour à tour dans des solos, des duos, des trios, des quatuors ou un quintet traduisant la force tourbillonnante des sentiments humains les plus présents dans notre existence : la joie, l’espoir, l’amour mais aussi la perte et peur. Ce sont toutes les composantes du sentiment amoureux au sens le plus pur du terme qui sont mises en mouvement au rythme d’une entêtante musique. De taquineries en solitude, les corps et les âmes se cherchent, se trouvent, se perdent. L’ensemble transpire le lyrisme et s’inscrit dans une circularité sans fin, un cercle infini comme pour contrer la prise de conscience de notre propre fin. Absolument poignant.

Cette pièce circulaire est le parfait point d’orgue de la soirée. Le L.A. Dance Project conçu par Benjamin Millepied a su sublimer trois chorégraphes contemporains incontournables. Grâce, précision et émotions étaient au rendez-vous et il aurait été bien dommage de rater cette rencontre marquante.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Originalité
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor