Jeanne Plante est chafouin

Jeanne Plante est chafouin
  • L'Européen
  • 5, rue Biot
  • 75017 Paris
  • Place de Clichy (l.2, l.13)
Itinéraire
Billets de 15,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment

Chiffonnée, tristounette, pas dans son assiette, envie de rien… Jeanne Plante est chafouin !

Elle se rêve en Callas mais chante à Palavas, dans sa robe fourreau n’attire que les lourdeaux. Mais la Diva, toute de paillettes vêtue, n’est pas d’humeur à se laisser plomber le moral, car le malheur lui hérisse le poil !

Accompagnée par Philippe DESBOIS (guitalélé, violoncelle), Jérémie PONTIER (claviers) et Jacques TELLITOCCI (percussions, casseroles), l’interprète défend avec une joie exubérante les chansons de son cru. 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
21 mars 2019
9/10
20 0
Remarquable !
J'ai assisté à un remarquable spectacle musical. Intelligent, spirituel, loufoque, burlesque.

Des gens chafouins comme Jeanne Plante, j'en veux. Plein. J'en redemande, même !
Oui, elle est chafouin, Melle Plante...
D'emblée, elle annonce immédiatement la couleur en entrant sur scène en ronchonnant...
Ca ne va pas. Même en magnifique robe rouge fendue à paillettes, même sous une perruque flamboyante et bi-directionnelle...

Elle est chonchon, rien ne va comme elle veut...
Son premier titre ne laisse planer aucun doute :

« Je chante des chansons parce que j'ai le temps.
Quand on est amoureux, on s'occupe autrement... »

L'auteure-compositeure-interprète-comédienne-danseuse va nous faire découvrir des petits bijoux.
Des petits moments de vie, cocasses, drôles, parfois crus, des instants vécus, racontés, chantés avec une grande acuité, des histoires qui parlent à tout le monde.
D'une très jolie voix de mezzo, avec parfois des intonations à la Catherine Frot, elle m'a ravit avec ses petites tranches de vie, ses chansons délicatement ciselées, parfois délicieusement presque outrancières, parfois tendres également.

L'amour. Dans tous ses états.
Jeanne Plante nous chante ces histoires d'amour décalées, cet amour qui ne tourne pas comme on voudrait, elle nous parle de la difficulté d'être amoureux, du « boulot que c'est de trouver le bon » ...

Nous allons beaucoup rire.
Melle Plante a une sacrée vis comica, une sacrée puissance comique. En plus de son talent de chanteuse, nous avons sur scène une comédienne accomplie.
Il faut dire qu'elle est mise en scène par Patrice Thibaud, membre de la bande des Deschiens de la grande époque.

Les chansons sont donc également vécues d'un point de vue dramaturgique, scénographique.
C'est un régal de voir évoluer cette silhouette allongée par la robe et la talons hauts, dans des attitudes et des déplacements souvent hilarants.

Elle n'est pas seule sur scène.
L'accompagne un trio de musiciens-compères-clowns, participant eux-aussi à la folie-douce ambiante.

Jacques Tellitocci est à ses casseroles, sur lesquelles il tape en percussionniste virtuose qu'il est. Jérémie Pontier en short de tennis est aux claviers. Il nous proposera une imitation formidable de Ray Charles, qui laissera le temps à la chanteuse de se changer.
Philippe Desbois est quant à lui titulaire du pupitre guitalélé et violoncelle.
Ces quatre-là s'entendent comme larrons en foire, c'est évident. Une joie communicative règne en permanence sur le plateau.

Mais ne nous y trompons pas : le tout est au service des chansons.
J'ai eu mes préférées.

« Le détail qui tue » consacré au détail rédhibitoire et tue-l'amour m'a fait hurler de rire.
Tout comme le titre « Je jouis », également jubilatoire.
« L'idée qu'on s'en fait » m'a tiré bien des sourires.
« La chieuse des vacances », chantée en rappel, est aussi un grand moment.

Elle reprendra « La bouillabaise » (cocuage et crustacés), la parodie de « La plage » de Brigitte Bardot, une goguette hilarante écrite par Vincent Roca.

J'ai également beaucoup aimé « Le bouton de ta veste », tendre et poétique. Ce petit bouton en bois qui est tombé sur le lit de Melle Plante.

Un invité surprise, Alexis HK, viendra chanter en duo « La maison des ronchonchons ».

C'est donc un vrai moment de grâce qui a submergé l'Européen, hier soir.
Un moment bien trop court.

Un spectacle qui mêle de façon délicieuse le fond et la forme.
Je suis tombé complètement sous le charme, l'humour, la dérision, le talent de Jeanne Plante, qui décidément fait partie de ces artistes qui nous font comprendre que la chanson est un art majeur à part entière.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor