Jean Moulin

Jean Moulin
  • Théâtre Déjazet
  • 41, boulevard du Temple
  • 75003 Paris
  • République (l.3, l.5, l.8, l.9, l.11)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Cette fiction historique de Jean-Marie Besset nous conte en quatre actes et dates ce qu’a vécu en héros christique, Jean Moulin, depuis son patient travail d’unificateur jusqu’à son agonie aux mains de Klaus Barbie, chef de la Gestapo de Lyon.

Par ce spectacle, Jean-Marie Besset nous démontre comment un homme de gauche s’est allié à un homme de droite ‘‘Charles De Gaulle’’ pour sauver l’honneur de la France.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
3 critiques
Note de 8 à 10
100%
Toutes les critiques
8,5/10
1 0
... Un spectacle qui contribue à l’œuvre de mémoire. Une interprétation saisissante. Je recommande vivement ce moment de théâtre riche et captivant.
23 oct. 2018
8,5/10
41 0
Entre ici, au Théâtre Déjazet, Jean Moulin !

En écrivant cette pièce consacrée à une figure majeure de l'Histoire du XXème siècle, Jean-Marie Besset nous raconte un destin.
Celui d'un héros de tragédie.

Son œuvre n'est d'ailleurs pas sans rappeler la structure de la tragédie : quatre actes regroupant vingt-deux scènes, avec une temporalité chronologique et linéaire.
Nous découvrirons le préfet de l'Eure, déjà aux prises avec les nazis, en chemise ensanglantée et aux ecchymoses sur le visage, pour le quitter aux mains de son tortionnaire et bourreau Klaus Barbie.

Nous le verrons rencontrer le Général de Gaulle, tout d'abord très méfiant, ce même Général qui l'enverra unifier en son nom propre les divers mouvements de la Résistance.

Durant deux heures et quinze minutes, va se dérouler sous nos yeux cette épopée historique.
L'histoire d'un homme, certes, mais également, et c'est là l'un des grands mérites de la pièce, l'histoire de la difficulté à rassembler les grandes figures de la Résistance.

Nous comprenons aisément que ces héros, s'ils veulent évidemment tous lutter contre la barbarie nazie et libérer la France, tous ces héros sont déjà dans la construction politique de l'après-guerre, ce qui explique les divergences parfois importantes des conceptions de la ligne à adopter après la victoire. Une victoire qui, à leurs yeux, ne fait aucun doute.
De ce point de vue, c'est un très beau travail de pédagogie.

Le metteur en scène Régis de Martrin-Donos a repris à son compte le principe de la scénographie imaginée par Eric Ruf pour sa version de Bajazet, montée voici deux saisons au Vieux-Colombier.
Sur le plateau, des armoires montées sur roulettes serviront de décors ou de meubles.

Dans un clair-obscur permanent propice à cette tragédie, les neuf comédiens (dont l'auteur) seront dirigés avec vigueur et précision.
Des scènes assez courtes, entrecoupées de noirs-plateau confèrent à tout ceci une écriture assez cinématographique.

Durant ces moments de transition, sont diffusés un grand nombre d'extraits d'oeuvres musicales classiques.

L'accent sera mis en permanence sur la dimension humaine de ces figures de la Résistance.
Oui, ce sont des hommes avec leurs immenses qualités, mais également avec leurs défauts.
Les passes d'armes entre Moulin et De Gaulle, entre Moulin et Henri Frenay (le chef du réseau Combat) sont autant de grands moments dramaturgiques, des scènes de grande tension, durant lesquels nous sommes suspendus aux lèvres des comédiens.

Des comédiens exemplaires et irréprochables.

Sébastien Rajon est Jean Moulin.
Il parvient sans problème à nous le rendre proche et humain.
Certes, l'auteur Jean-Marie Besset nous raconte une fresque historique, mais il a permis, notamment à Sébastien Rajon d'aborder cette dimension intérieure du personnage. Le théâtre permet cette plongée dans les caractères humains.
Le comédien s'acquitte de cette tâche avec une grande justesse.

Stéphane Dausse est un magnifique et étonnant Charles de Gaulle.

Sans chercher à imiter trivialement et à tout prix la gestuelle et la voix si caractéristiques du personnage, il rend son rôle tout à fait crédible.
Le metteur en scène et lui-même ont placé le curseur exactement au bon endroit, juste entre plate imitation et insoutenable caricature.

C'est du beau boulot.

Tout comme celui de Gonzague Van Bervesselès et Laurent Charpentier qui jouent notamment deux nazis, sans tomber dans l'outrance glottophobique et donc elle-aussi caricaturale.

C'est donc au final une pièce qui permet à la fois de remettre en perspective historique un épisode important de la dernière guerre mondiale, mais qui également met l'accent avec une grande sensibilité sur l'humanité de héros à qui nous devons tellement.

C'est un spectacle qui devrait être sponsorisé par l'Education Nationale. Un spectacle que les Professeurs de lycée devraient faire découvrir à leurs élèves.
22 oct. 2018
8,5/10
2 0
Puissant, éloquent, belle page d’histoire.

Jean Moulin… Grande figure de la résistance… Mais connaissons-nous vraiment Jean Moulin ?

Jean-Marie Besset nous dresse le portrait de ce préfet de l’Eure et Loire devenu une figure incontournable de la résistance.

En quatre épisodes divisés eux-même en quelques scénettes :

1940 Invasion (…les nazis à la préfecture…..)

1941 Résistances (..Départ pour Londres..)

1942 Organisation (..Invasion de la zone libre..)

1943 Passion (..Jean Moulin et Klaus Bardie..)

Nous côtoyons cet homme dans son ascension politique engagée ; nous allons à la rencontre de Frenay, du général de Gaule, de Copeau, de Klaus Barbie…

Mais aussi dans sa vie plus intime en compagnie de sa sœur Laure et d’Antoinette Sachs la femme de sa vie ainsi que d un jeune amant de passage.

Nous sommes plongés au cœur de cette époque où la France n’était plus la France…

Le texte Jean-Marie Bosset est profond, poignant. Il pose quelques questions qui nous chagrinent sur la déportation…

*On résiste, on lutte contre le travail obligatoire mais que fait-on contre la déportation des juifs...

Une atmosphère secrète et inquiétante règne sur le plateau plongé dans la pénombre juste éclairé de ci- de- là par quelques petites ampoules.

Sur scène, quelques chaises et quelques armoires mobiles servent de cachette, de passages et évoquent tout à fait la clandestinité, la débrouillardise et les astuces dont les résistants ont fait preuve.

Les comédiens talentueux nous transportent avec passion dans cette France de la résistance au milieu de ses hommes unis pour sauver leur pays.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor