Je ne serais pas arrivée là

Je ne serais pas arrivée là
  • Théâtre Libre - Comédia
  • 4, boulevard de Strasbourg
  • 75010 Paris
  • Strasbourg Saint-Denis (l.4, l.8, l.9)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

« Je ne serais pas arrivée là si... » Quelques mots anodins qui posent une question vertigineuse. Qu’est-ce qui m’a faite, défaite, marquée, bouleversée et sculptée ? Quel hasard, rencontre, accident, peut-être aussi quelle révolte, ont aiguillé ma vie ?

Annick Cojean a posé cette question à une trentaine de femmes inspirantes comme Amélie Nothomb, Christiane Taubira, Asli Erdogan ou Delphine Horvilleur.

Note rapide
8/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
22 févr. 2020
8/10
3
Ayant déjà assistée avec intérêt aux deux premières éditions du festival Paroles Citoyennes, je me faisais une joie d’y revenir pour cette troisième édition du festival proposé par Jean-Marc Dumontet. J’ai d’abord choisi d’assister au spectacle ‘ Je ne serais pas arrivée là, si…’ tiré du livre éponyme d’Annick Cojean qui a interrogé des femmes ‘inspirantes’ avec ce début de phrase qu’elles doivent compléter.

Cette année, c’est la parole des femmes qui est à l’honneur dans Paroles Citoyennes et c’est tout ce qui a guidé mon choix puisque les autres spectacles choisis sont aussi sur ce thème-là : Cassandre et Viril.
Pour ‘je ne serais pas arrivée là, si…‘, Judith Henry s’est approprié la parole de ces femmes et en choisi six parmi la trentaine d’interviews réalisées par Annick Cojean, qu’elle va lire en compagnie de Julie Gayet. Tour à tour, elles seront celle qui interroge et celle qui répond. Il est parfois surprenant de découvrir quelle rencontre ou quel évènement a provoqué le déclic de chacune de ces femmes. Ces conversations seront l’occasion de dévoiler des mots de connivence ou de lutte mais aussi des mots intimes.

Il y a donc six personnalités que nous découvrons au cours d’une conversation qui commence invariablement par ‘je ne serais pas arrivée là, si…’ : Gisèle Halimi, Amélie Nothomb, Virginie Despentes, Christiane Taubira, Françoise Héritier et Nina Bouraoui.

Les six récits sont prenants : chacune à sa manière a connu un ou des ‘déclics’ vraiment particuliers pour l’orienter vers leur métier. Chacune a une façon personnelle de raconter son histoire, on sent poindre la personnalité bien tranchée de chacune derrière leur propos : l’ésotérisme d’Amélie Nothomb, la détermination de Christiane Taubira ou les convictions de Françoise Héritier. Ce sont d’ailleurs les fortes paroles de Françoise Héritier qui m’ont le plus touchée, sans doute parce que c’est celle que je connaissais le moins dans ce groupe. Cela n’amoindri en rien la force des propos des cinq autres pour autant ! Je ne dévoilerai pas les propos savoureux dont elles nous ont régalés, il faudra aller les écouter en profiter et y réfléchir.

On passe une belle heure en compagnie de ces femmes dignement représentées sur scène par Judth Henry et Julie Gayet. La représentation est suivi d’une rencontre avec les équipes artistiques et Annick Cojean.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor