J'ai Rêvé la Révolution

J'ai Rêvé la Révolution
  • Théâtre des Quartiers d'Ivry
  • 69, avenue Danielle Casanova
  • 94200 Ivry-sur-Seine
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Une fiction.

J’ai rêvé la Révolution construit une fiction, mettant en présence des protagonistes, traversés de questions et d’émotions humaines. Le sentiment que l’action peut se dérouler aujourd’hui, dans un autre pays, fait place, peu à peu, à la conscience que cela a eu lieu autrefois, ici.

J’ai choisi cette ambivalence, cette tension, et l’épure d’une pièce intimiste pour évoquer la figure et les derniers jours d’une femme, guillotinée en novembre 1793 pour ses idées et ses écrits, Olympe de Gouges.

Je me suis attachée aux derniers moments : comment une personne qui a vécu librement, avec une forme d’audace, de courage, de culot, résiste à l’emprisonnement. 

 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
7 févr. 2018
8,5/10
19 0
J’ai rêvé la révolution TQI du 5 au 16/02

La lutte, la solidarité et la non-violence féminine.

Catherine Anne nous dresse de beaux portraits de femmes.

Olympe de Gouges vivant ses deniers jours, prisonnière mais toujours pleine de convictions et d’espoir.

La mère du soldat, soldat responsable de la prisonnière. C‘est une femme du peuple, humaine, généreuse, ayant une grande intelligence de cœur.

Une complicité va se lier entre ces deux femmes luttant contre la violence et la domination des hommes.



A travers l’histoire d’Olympes de Gouges grande figure féministe de la révolution française. Guillotinée en 1793.

Ayant renommée:

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen

en Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne,

**« La femme a le droit de monter à l'échafaud, elle doit avoir également le droit de monter à la tribune » écrit elle en l’honneur de Marie Antoinette.


Catherine Anne nous raconte une histoire bien contemporaine :

Grand nombre de femmes à travers le monde d’aujourd’hui luttent pour exister et imposer leurs idées contre le despotisme des hommes.

Malheureusement il existe encore trop de jeunes « soldats » endoctrinés dans des idées folles et fermant les yeux devant la violence et l’intolérance.


Le décor est sobre, un simple miroir sépare l’univers de la prisonnière et de la mère. On entend le bruit des clés et le grincement des portes de prison. Cela nous transporte très vite dans l’atmosphère de cette tragédie à la rencontre des personnages.


Les comédiens sont tous émouvants, j’avoue avoir été vraiment transporté par Luce Mouchel dans le rôle de la mère.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor