Intérieur

Intérieur
De Maurice Maeterlinck
Mis en scène par Claude Régy
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Invité pour pré­sen­ter Ode Maritime au Shizuoka Performing Arts Center, Claude Régy s’est vu pro­po­ser de tra­vailler avec un groupe de comé­diens japo­nais. Pour cette col­la­bo­ra­tion iné­dite, il a choisi de repren­dre Intérieur de Maurice Maeterlinck, pièce qu’il avait déjà mise en scène en 1985.

Dans la conti­nuité des ter­ri­toi­res en clair-obscur abor­dés avec Brume de dieu ou La Barque le soir, son théâ­tre nous convie aux lisiè­res de la cons­cience, sur une ligne imper­cep­ti­ble où la repré­sen­ta­tion s’efface. Un seuil au bord du silence où la vie et la mort, la parole et le mutisme, l’effroi et la grâce se reflè­tent et s’entre­mê­lent jusqu’à brouiller les cer­ti­tu­des ration­nel­les.
Sur ce seuil, un petit groupe d’indi­vi­dus attend – por­teurs d’une nou­velle qui, en un ins­tant, peut tout faire bas­cu­ler. De l’autre côté – à l’inté­rieur – une famille vaque à ses occu­pa­tions, incons­ciente du drame qui l’envi­ronne. La pièce fait vaciller l’équilibre fra­gile entre chaos du dehors et refuge du dedans.

Les doutes, les intui­tions des per­son­na­ges se concen­trent en cet ins­tant dif­féré – comme deux extré­mi­tés de la cons­cience qui cher­che­raient à se tou­cher. Par un subtil jeu de lumiè­res, Claude Régy ins­crit ce silence dans l’espace, le fait infu­ser dans les mots des comé­diens, lais­sant entre­voir une parole plus essen­tielle, aux fron­tiè­res de l’indi­ci­ble. « On ne sait pas jusqu’où l’âme s’étend autour des hommes », écrit Maeterlinck.

Avec Claude Régy, la scène devient le lieu où sonder cette étendue, la par­cou­rir jusqu’à ses confins.

 

Note rapide
7,5/10
pour 1 note et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
22 sept. 2014
7,5/10
82 0
À la demande du théâtre de Shizuoka, Claude Régy s’attaque de nouveau à Intérieur de Maeterlinck à la Maison de la culture du Japon après avoir triomphé au dernier festival d’Avignon.

Trente ans après, le metteur en scène s’entoure d’une troupe d’artistes japonais dans ce drame onirique et flottant où la vie et la mort s’entrecroisent mystérieusement.

Dans cette version épurée et esthétiquement envoûtante, Régy nous invite à une expérience de dilatation temporelle étonnante.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor