Gonzoo Pornodrame

Gonzoo Pornodrame
  • Théâtre Paris-Villette
  • 211, avenue Jean Jaurès
  • 75019 Paris
  • Porte de Pantin (l.5)
Itinéraire
Billets à 14,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

En 2014, une entreprise de Shanghaï spécialisée dans la création de logiciels informatiques a offert à son employé de l’année une nuit avec une célèbre actrice pornographique…

Riad Gahmi pour le texte et Julien Moreau pour la mise en scène ont choisi de s’immiscer dans les interstices qui séparent le virtuel du réel, de déjouer les codes, de jouer de la présence-absence de la caméra comme pour nous conduire de l’image filmée au théâtre, de transposer le fait divers, de faire de l’employé… une employée et de l’actrice un hardeur.

 

Note rapide
4,5/10
pour 3 notes et 1 critique
0 critique
Note de 1 à 3
33%
1 critique
Note de 4 à 7
67%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
1 critique
25 sept. 2018
6/10
24 0
Avez-vous déjà imaginé passer une nuit avec une pornstar ?
Cette nuit-là, c'est celle que va passer Léna, qui vient d'être consacrée employée de l'année, et qui a gagné ce surprenant cadeau.

Bon, elle avait le choix, aussi....
Les deux autres lots consistaient en un voyage en Indonésie ou en une automobile de luxe.
Mais voilà, quand on a peur en avion et qu'on n'a pas le permis de conduire, forcément, qu'est-ce qu'il reste...

(Je précise au passage que cette histoire d'élection et d'attribution de ce cadeau "particulier" est inspirée d'un fait divers authentique...)

Le hardeur, ce sera Alex, qui va donc devoir beaucoup donner de sa personne, une nouvelle fois, mais pas forcément comme il le pensait, Léna lui révélant être vierge.

Riad Gahmi , à la manière d'un gonzo journaliste, tel H.S. Thomson, va nous mettre face à notre perception des codes de la pornographie.

Pornographie : du grec « pornê » (prostituée) et « graphê » (écriture).
Ecrire sur le porno, c'est donc écrire sur une écriture.
Tel est le propos de l'auteur.

Cette mise en abyme d'une forme d'écriture va obliger le public à s'en forger ses propres images, ses propres représentations.
Qu'est-ce que nous mettons derrière (honni soit qui mal y pense...) ce mot, cette forme d'écriture-là ?

Nos neurones-miroirs nous aideront-ils, et comment, dans cette compréhension-là ? (Des explications nous seront données à la toute fin de la pièce...)

Sur le plateau, huit personnages vont nous exposer tous ceux qui sont confrontés à la pornographie, ceux qui la font, ceux qui la jouent, ceux qui la consomment, ceux qui s'en délectent, ceux qui sont fascinés par elle, ceux qui la rejettent...
Bref, nous tous...

Ici, ce qui nous interroge, c'est l'image du monde à travers le filtre du « film pour adultes ».
Ici, des comédiens simulent ce simulacre de la réalité.

Ces comédiens, on les sent tous investis.
Tous se donnent sans compter, que ce soit dans des scènes chorégraphiées, ou des scènes plus dramaturgiques.
Julien Moreau, le metteur en scène a essayé voulu créer un chaos « gonzotique », et a eu recours à la video embarquée pour nous montrer des visages en très gros plans ou des baisers en même focale.
Et seulement ceci.
Car évidemment, ce spectacle n'est pas réservé aux plus de dix-huit ans... Cela va sans dire, mais ça va encore mieux en le disant.

Bref, c'est un curieux et étonnant objet que ce Gonzo pornodrame, qui a le mérite de nous faire nous interroger sur notre monde que certains disent moderne.
Et ça, s'interroger devant des comédiens, se positionner face à une écriture, c'est précisément l'une des fonctions du théâtre.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor