Golem

Golem
  • Manufacture des Abbesses
  • 7, rue Véron
  • 75018 Paris
  • Blanche (l.2)
Itinéraire
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Le Golem… Créature fantasmatique, informe et multiforme, fabriquée par l’Homme à son image, et qui se métamorphose en figure d’épouvante. Née dans la Bible, cette créature indocile s’est introduite dans la littérature de tous les temps, puis dans le cinéma, notamment expressionniste.

Mais pour la Compagnie 1927, le personnage de légende demeure juste un point de départ pour une histoire d’aujourd’hui qui, avant tout, traite des relations entre un homme et sa création, son Golem. Son double virtuel, qui échappe à tout contrôle.

Alors nous entrons dans un conte noir, situé en un monde étrange et familier, en un temps que nous connaissons bien, qui vit sous le règne de la technologie et des marchés financiers. À ce temps, à ce monde, la créature est bien mieux adaptée que son créateur, qu’elle domine au point de le menacer. Le danger, finalement, n’est pas tant que la machine devienne humaine, mais que l’homme devienne machine.

200

La critique de Phane (rédac' AuBalcon) : Avant même de rentrer dans la salle de spectacle, on peut apercevoir à travers les portes grandes ouvertes du théâtre, un immense écran où sont projetés divers personnages aux allures de cartoon, sur une musique aux sonorités étranges… voir inquiétantes. La pièce commence par la fin : en effet, les personnages vivent dans un monde merveilleux où tout le monde est heureux et ne manque de rien. Mais cela n’a pas toujours été le cas, nous dit une voix invisible. Et s’ensuit, pendant près d’une heure et demie, les tribulations de Robert et Annie Robertson, un frère et une sœur qui tentent de survivre dans un monde où les inégalités dégoulinent des murs. Aidés du fameux « golem », monstre d’argile à l’apparence humanoïde dont le but est de servir ses maîtres, ces deux protagonistes vont accéder à ce monde « parfait » où l’homme devient esclave de son propre Golem et abandonne son libre arbitre pour une vie de jouissances éphémères.

 

Un spectacle que j’ai trouvé très intriguant, drôle mais parfois inquiétant, et pas seulement parce qu’il est joué en anglais ! La pièce se fait miroir de notre société de consommation gouvernée par les écrans. En effet, tous les acteurs jouent devant ce gigantesque écran qui leur dicte leurs mouvements, leurs émotions et le décor dans lequel ils se trouvent. Et ce grand tissu blanc finit par engloutir les comédiens de chair et d’os à la fin de l’histoire : ceux-ci disparaissent physiquement du plateau pour réapparaître virtuellement. Ces mêmes personnages paraissent même moins humains que ceux qui se trouvent sur l’écran : peut-être à cause de leurs costumes, leurs perruques rouges et le fait que leurs visages soient grimés.

 

C’est un spectacle très rythmé, notamment grâce à la musique qui l’accompagne, et à la virtuosité de la lumière. Celle-ci se déplace sur tout le plateau pour saisir le moindre mouvement des comédiens mais aussi des images de synthèse, et cela à travers une myriade de filtres de couleurs. Ce qui m’a particulièrement intéressé est le mariage de l’écran avec le théâtre corporel, ce que je n’avais jamais vu auparavant sur une scène de théâtre. L’humour, très anglais, des personnages, joue sur les attentes du spectateur (surtout la fin qu’on annonce heureuse mais qui est, en fait, synonyme d’aliénation) et pousse les situations jusqu’à l’absurde.

Enfin, la place de la parole interroge : le golem, dans la mythologie d’où il est tiré, n’est pas censé parler. Et c’est lorsqu’on lui donne l’usage de la parole qu’il commence à changer de rôle et renverser les rapports de force avec les humains. La parole, attribut proprement humain, devient l’instrument de sa perte puisqu’elle est utilisée à des fins démagogiques. Troublant, dans une société où la parole n’a jamais été aussi libérée, n’est ce pas ?

Note rapide
7/10
pour 1 note et 0 critique
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
100%
0 critique
Note de 8 à 10
0%
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor