Folle Nuit

Folle Nuit
  • Studio Hébertot
  • 78bis, boulevard des Batignolles
  • 75017 Paris
  • Rome (l.2)
Itinéraire
Billets à 28,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Voici la rencontre imaginaire entre Elsa et Louis juste avant qu’ils ne deviennent Elsa Triolet et Louis Aragon, deux immenses artistes qui vécurent une des plus célèbres histoires d’amour.

Cette histoire a lieu pendant les années folles. Elle se déroule en une seule nuit, une nuit surréaliste qu’ils vivront à cent à l'heure.

Poursuivis par la police et par la pègre, ils croiseront en route les artistes qui ont donné à Paris sa renommée mondiale : Dalí, Hemingway, Cocteau et tant d’autres.

Note rapide
7/10
pour 3 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
1 critique
Note de 4 à 7
33%
2 critiques
Note de 8 à 10
67%
Toutes les critiques
21 mai 2019
8/10
3 0
« Folle nuit à Paris » de Thomas Cannariato au Studio Hébertot dans une mise en scène de Madlyn Farjot est un joli bonbon croustillant emballé dans du papier surréaliste à déguster sans modération.

Aux sons du jazz d’hier et d’aujourd’hui, les histoires d’amour se forment sur fond d’émigration, une émigration tant décriée aujourd’hui, qui n’a pas eu que du mauvais avec la vague de grands artistes qu’elle nous a apportée.

Un jeune homme amoureux apparaît sur scène et nous conte sa flamme qu’il a déclarée à sa promise au bout de seulement deux semaines. En chemin il rencontre un émigré venu du Soudan qui lui propose pour sa dulcinée un bracelet magique, un bracelet qui parle ! Un bracelet dont l’histoire remonte à une centaine d’années…

Et c’est histoire complètement folle, légère que nous allons vivre au rythme d’un piano et d’une guitare qui vont déclencher chansons, danses, claquettes sur une intrigue surréaliste.

Les prémices d’une histoire d’amour entre Elsa et Louis, tous deux émigrés, l’une de Russie et l’autre d’Espagne, que la providence a réuni pour notre plus grande chance puisqu’elle donnera naissance au couple mythique Elsa Triolet – Louis Aragon, apportant dans leur corbeille une grande richesse intellectuelle qui fit une des plus belles pages de notre histoire de France.

Nos trois comédiens accompagnés du pianiste vont nous emporter dans une histoire rocambolesque, au temps des années folles, où tout le gratin du « show business » va se côtoyer sous nos yeux remplis d’étoiles.

Dans une seule nuit nos deux héros vont se trouver, se découvrir, se séparer pour finir par s’unir pour la vie. Entre-temps ils ont couru à travers les rues de Paris, de Montparnasse à Montmartre, escaladé ses toits.
Poursuivis par la police et la pègre, ils auront séjourné dans la cellule d’un commissariat après un interrogatoire musclée, s’en seront évadés grâce à Ernest Hemingway qui les sortira d’un mauvais pas, et sur leur route auront croisé des personnages improbables.
Comme par exemple Fred Astaire, Sydney Bechet, Django Reinhardt, Joséphine Baker, Humphrey Bogart, ou encore Salvator Dali dont la scène de l’interprétation de son tableau « La persistance de la mémoire » plus connu sous le titre « Montres molles » est un petit bijou de fantaisie. Un tableau qui nous met en mémoire l’histoire d’amour entre Gala et Paul Eluard. Un univers surréaliste adapté à cette histoire tout simplement folle.
Une soirée extravagante remplie de parodies toutes plus drôles les unes que les autres comme celle de « Just a gigolo » qui nous transporte dans le monde de la comédie musicale.
Une comédie swing de poche qui est tout bonnement le sous-titre très réussi de ce spectacle.

C’est au travers d’une quinzaine de personnages que Jeanne Jéromse, Mathieu Becquerelle et Thomas Cannariato, accompagné au piano par Benjamin Pras qui signe les arrangements, vont vivre pleinement cette « Folle nuit à Paris ».
Drôles et justes, ils s’amusent beaucoup sur scène, ils chantent, dansent, jouent la comédie ; ils prennent du plaisir qu’ils nous transmettent avec délice.
Dans une malle viendront s’accumuler tous leurs trophées : des plumes, des vestes, des boas, des chapeaux, des colliers, autant d’accessoires qui illustreront leur escapade d’une nuit au rythme de musiques de jazz de Duke Ellington, Django Reinhardt ou encore M, Paris Combo.

C’est dans cet esprit de « mouvement » que Madlyn Farjot a fort bien mis en scène cette « comédie swing de poche ». Une mise en scène laissant place à la loufoquerie, l’humour des situations pour mettre en valeur cette belle histoire d’amour.
Des années folles mises en lumière par la « compagnie Pliez Bagage ».

Un message de tolérance sur la richesse intellectuelle que nous ont apportée tous ces émigrés venus de Russie, d’Espagne, d’Italie, de tous ces pays menacés par la famine ou les guerres. Des hommes et des femmes qui ont fait la renommée de l’histoire de France, qui ont reçu par exemple le prix Nobel ou le prix Goncourt.
... Une comédie musicale de poche disent-ils, c’est vrai et c’est très bon. Un spectacle ravissant et agréable. Le public sort le sourire aux lèvres, des images et des chansons plein la tête. Un plaisir musical que je recommande.
9 mai 2019
7/10
4 0
Folle nuit à Paris est une rencontre d'amour jazzy entre Louis Aragon et Elsa Triolet émaillée de péripéties fictives durant les années folles.

Ils croisent tout au long de la nuit de nombreux artistes de ces années là. Quatre bons comédiens et un pianiste talentueux pour cette comédie !

C'est gai et bien rythmé, ils s'amusent, prennent du plaisir et le font partager avec le public.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Musique
Talent des artistes
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor