Femmes de ferme

Femmes de ferme
  • Le Funambule Montmartre
  • 53, rue des Saules
  • 75018 Paris
  • Lamarck Caulaincourt (l.12)
Itinéraire
Billets de 11,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

« Tout a changé ici, et ça s’est pas fait tout seul… »

Après plus de 100 représentations, le Prix Coup de Cœur du Club de la Presse au Festival d’Avignon, arrive enfin à Paris. L’amour, les enfants, les vaches, la lessive, les comptes : les femmes qui vivent aujourd’hui à la ferme en ont fait le choix, mais leur vie demeure un combat.

3 comédiennes mêlent confessions, anecdotes et scènes de la vie de tous les jours pour dresser le portrait d’un monde en mutation, dévoilant ce que le quotidien des femmes a d’héroïque, à la campagne comme à la ville.

Ce spectacle emprunte le sentier ouvert par Raymond Depardon à rebours du boulevard de L’amour est dans le pré, et fait entendre une voix sobre et poignante, trop souvent couverte par le bruit des bêtes, des tracteurs et des hommes.

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
5 déc. 2017
10/10
21 0
La lumière se rallume sur les trois comédiennes, et vous vous surprenez, vous qui voyez quand même entre vingt et vingt-cinq spectacles par mois, vous qui avez le luxe de choisir ce que vous allez voir, vous vous surprenez à hurler « Bravo ! Remarquable ! Bravo ! »

Et vous vous rendez compte que vos voisins de fauteuil font de même.

Oui, ce spectacle est remarquable et bouleversant !
Et pourquoi est-il si remarquable et si bouleversant ?
Parce que sur scène, se déroule la Vie !

La Vie dans toute sa vérité, dans toute son humanité, dans tous ses aspects, qu'ils soient tendres, durs, crus, drôles, ou émouvants.

Cette vie, c'est celle de femmes agricultrices, de femmes paysannes. Des femmes de la terre. Des femmes de ferme.

Tout commence par un essai de sociologie écrit par Marie-Anne Dalem.
La sociologue a collecté la parole de ces fermières, en Franche-Comté, elle a vraiment écouté ce qu'elles avaient en elles, ce qu'elles avaient à dire.

Et elles en ont, à dire !
Leur combat au quotidien pour exister en tant que femmes, la difficulté du travail, ses joies aussi, l'amour des bêtes, le regard de « ceux et celles de la ville », la transmission du patrimoine familial, la considération plus ou moins grande que le reste de la population française leur accorde, la complexification du métier, la mécanisation à outrance et ses dérives, l'Europe...

Bien entendu, nous ne verserons pas dans un manichéisme de mauvais aloi : seront aussi abordés le regard pas toujours tendre qu'elles-mêmes portent sur leurs concitoyens, les mesquineries, les jalousies, l'héritage qu'on a du mal à partager...

La Vie, vous dis-je !

Il va de soi que si cette humanité explose à la figure des spectateurs, certes, c'est en partie grâce à la parole de ces femmes, mais c'est également et peut-être surtout grâce au talent des trois remarquables comédiennes : sans Muriel Racine (ça ne s'invente pas...), Pamela Ravassard, et Marie-Aline Roule, nous serions bien avancés.

Ces trois-là sont d'une absolue justesse, d'une troublante vérité.
Je défie quiconque de relâcher son attention durant ces soixante-quinze minutes : impossible de les lâcher des yeux, impossible de ne pas les écouter plus qu'attentivement, tellement elles nous captivent.

Elles m'ont vraiment ému. Comment ne pas penser à ma propre grand-mère, avec ses mains caleuses d'avoir travaillé sans relâche, d'avoir soigné les vaches et fabriqué du Brie on ne peut plus fermier ?

Sur le plan formel, le metteur en scène Henri Dalem a structuré le spectacle dans une alternance de trois sortes de saynettes.
Tous les textes seront évidemment tirés de l'ouvrage sus-nommés, soit adaptés pour la scène, soit lus intégralement.

On commence avec trois vieilles mamies (avec des masques) assises sur un banc, qui racontent.
Les comédiennes font rire, elles ne mâchent pas leurs mots, avec un accent paysan qui rappelle parfois celui des Vamps.

Puis, plus gravement, les trois demoiselles (seules, en duo ou en trio) nous diront ces témoignages, reconstruits d'un point de vue dramaturgique.

Enfin, de temps en temps, l'une d'entre elles se dirigera vers un pupitre, et au micro, lira certains passages du livre sans en changer un seul mot. La vérité on ne peut plus crue.

Elles ont parfois les larmes aux yeux. Moi aussi.

Ce spectacle a reçu le prix « coup de cœur de la Presse » à Avignon.
C'est en effet un moment rare d'humanité qui nous est donné à voir.

Un de ces rares moments bouleversants qui illuminent une soirée, et qui vous restent en mémoire pendant longtemps, mais alors très très longtemps !
C'est évidemment un spectacle incontournable !
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor