• Classique
  • Théâtre du Gymnase
  • Paris 10ème

Félicie

Félicie
De Marivaux
  • Théâtre du Gymnase
  • 38, boulevard de Bonne-Nouvelle
  • 75010 Paris
  • Bonne Nouvelle (l.9)
Itinéraire
Billets de 16,00 à 35,00
Evénement plus programmé pour le moment
Réservation de tickets

Félicie ou l'Instruction d'une jeune frivole.

Évoluant dans un monde enchanté, Félicie semble avoir toutes les grâces.
Parfaitement comblée, elle demande néanmoins à la fée Hortense, sa marraine, le don de plaire ; ce qui lui est immédiatement accordé.

Enchantée par ce nouvel agrément sensé la rendre aimable aux yeux de tous, Félicie fait l'expérience de la passion au travers de Lucidor. Le jeune galant éveille alors les failles de l'ingénue, et la propulse inexorablement dans un univers bien plus sombre, qui lui était jusque-là totalement inconnu... 

 

Note rapide
0 critique
Note de 1 à 3
0%
0 critique
Note de 4 à 7
0%
1 critique
Note de 8 à 10
100%
1 critique
Les alentours de la séduction, ses apprentissages et les valeurs qui l’accompagnent donnent à Marivaux le goût de cette petite comédie publiée en 1757, aux parfums de la grâce et de la bienséance. La fée Hortense est penchée sur le berceau de Félicie. Elle est venue lui donner sa protection et les attributs de la vertu, de la modestie et de la bienveillance. Devenue jeune femme, Félicie lui demande également la beauté et le pouvoir de séduire. La rencontre du beau Lucidor sonnera l'heure.

Ces débuts d’ébats d’une jeunesse impatiente donnent de jolies occasions de parsemer la pièce de douceurs élégantes et rieuses, d’instants fougueux de batifolage charmant et de jeux malins de marivaudage galant. L'auteur n’oublie pas de décrire avec une saveur ironique et narquoise les ébranlements de bien et du mal, du désir et de la bienpensance. Les situations se succèdent au rythme des répliques ciselées et légères de Marivaux qui partage ici sa volonté de philosopher sur le bonheur, la morale liberticide et le droit au plaisir. Une pièce méconnue et peu jouée que l’on découvre étonnante et plaisante.

La mise en scène de Paolo Domingo qui enrichie avec talent la pièce originale de deux personnages, de quelques scènes et d'une séquence chantée savoureuse, se révèle adroite et bien menée. Le texte et les situations prévalent aux effets et c’est tant mieux. Nous nous délassons dans cette histoire finement écrite, aux allures de conte de fée, traversée par le désir de séduire, les affres de la tentation et le plaisir d’amour.

Si le personnage de Lucidor gagnera sans doute en assurance avec le travail et l’expérience, la distribution joue avec un soin classieux et une élégance bienvenue. À noter la très belle voix et le jeu délicat de Priscillia Shillingford ; le tempérament et la force comique de Fanny Passelaigue ; la grâce, le jeu émouvant et assuré de Célia Diane. L’ensemble des comédiens déborde du plaisir de jouer et semble apprécier autant que nous les sourires de cette pièce surprenante et agréable de Marivaux.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Texte
Jeu des acteurs
Emotions
Intérêt intellectuel
Mise en scène et décor