Expo Eli Lotar (1905 - 1969)

Expo Eli Lotar (1905 - 1969)
De Damarice Amao
  • Musée du Jeu de Paume
  • 1 place de la Concorde
  • 75008 Paris
  • Concorde (l.1, l.8, l.12)
Itinéraire
Billets à 10,00
Evénement plus programmé pour le moment
Achat de Tickets

Photographe et cinéaste français d’origine roumaine, Eli Lotar (Eliazar Lotar Teodorescu, Paris, 1905-1969) arrive en France en 1924 et devient rapidement l’un des tous premiers photographes de l’avant-garde parisienne. Proche de Germaine Krull qui lui apprend le métier, et plus tard des surréalistes, il publie dans les revues d’avant-garde — Vu, Jazz, Arts et métiers graphiques —, et participe à plusieurs expositions internationales majeures, parmi lesquelles « Fotographie der Gegenwart », « Film und Foto », « Documents de la vie sociale ».

L’exposition « Eli Lotar (1905-1969) » examine, sous un jour nouveau, le rôle de cet acteur crucial de la modernité photographique à travers un parcours thématique, de la « Nouvelle Vision » au cinéma documentaire, en passant par ses paysages urbains, industriels ou maritimes. Ses portraits montrent son attrait pour les poses et postures et sa proximité avec la plupart des grands artistes de l’époque. L’engagement social et politique d’Eli Lotar ainsi que son goût pour le travail collectif se révèlent dans la réalisation de nombreux projets avec des écrivains (Jacques et Pierre Prévert), des hommes de théâtre (Antonin Artaud et Roger Vitrac) ou encore des réalisateurs de cinéma connus (Joris Ivens, Alberto Cavalcanti et Luis Buñuel) que le contexte sociopolitique troublé des années 1930 ne laissait pas indifférents.

L’exposition rassemble plus de cent tirages vintage récemment localisés dans une quinzaine de collections et d’institutions internationales ainsi qu’une sélection d’une centaine de documents (livres, revues, lettres, négatifs, films) qui constituent le cœur du travail d’Eli Lotar. Elle est organisée en cinq sections thématiques qui ne suivent pas un ordre strictement chronologique.

 

114

La critique de la rédaction : 8.5/10. Une exposition vraiment intéressante sur Eli Lotar.

Nous découvrons avec plaisir ce photographe qui a su saisir une France qui a beaucoup évoluée, qui s'est industrialisée et a connu les deux guerres mondiales.
Nous parcourons les engagements politiques de Lotar contre la pauvreté, d'abord par ses prises de vues publiées dans des magazines mais aussi avec la production de plusieurs documentaires.

Nous regardons les photographies successives, dénichées au coeur des collections françaises, notamment le Centre Pompidou. Nous finissons avec ses voyages et ses liens entre les différents artistes de l'époque. La fin de l'exposition et les clichés de l'atelier de Giacometti sont absolument formidables et très touchants.

La scénographie est bien faite, à la fois discrète mais mettant bien en valeur les oeuvres. Les textes sont là pour nous donner envie de regarder avec attention les photos et de comprendre rapidement le contexte sans trop en donner. On arrive très bien à vagabonder, à s'imaginer à cette époque que nos parents, grand-parents ont pu connaitre.

Une belle rétrospective, à aller voir... Et tellement intéressante qu'on aimerait qu'elle soit un peu plus grande !

Note rapide
7,5/10
pour 4 notes et 3 critiques
0 critique
Note de 1 à 3
0%
2 critiques
Note de 4 à 7
50%
1 critique
Note de 8 à 10
50%
Toutes les critiques
11 mars 2017
6,5/10
82 0
J'ai apprécié découvrir le travail d'Eli Lotar.

Je ne connaissais pas ce photographe qui a réalisé des reportages, notamment un marquant sur un abattoir, des photographies de passants vus d'en haut ou des pieds aux genoux, des clichés de théâtre ou dans l'atelier de sculptures de Giacometti !

La scénographie et le parcours de l'exposition par thèmes sont simples, classiques.
Toutes les œuvres et extraits de revues sont en noir et blanc, les tirages sont (hélas) pour la plupart de taille très modeste.

Un moment agréable au Musée du Jeu de Paume.
20 févr. 2017
8/10
35 0
La photographie est un art qui présente l'énorme avantage de se passer d'explications de texte.

Les images parlent d'elles-mêmes. Elles nous renvoient en l'espèce à cette France de l'"entre deux", qui oscille entre les promesses d'un développement (culturel, économique, industriel...) sans précédent et les désillusions déjà concrètes (déclassement de la classe ouvrière, paupérisation des classes laborieuses).

LOTAR est le témoin de cette France à deux vitesses et nous livre sa vision sans mise en scène excessive. Il arrive à nous exposer la vie de ces "laissés pour compte" sans commisération.

Mention spéciale à l'exposition de Peter Campus, également proposée durant la même période. Les montages vidéos sont très bien mis en valeur.
19 févr. 2017
7/10
40 0
Des photos très intéressantes qui structurent la vie de l'artiste et montrent son engagement social tout au long de sa vie.

A voir.
Votre critique endiablée
Nos visiteurs sont impatients de vous lire ! Si vous êtes l'auteur, le metteur en scène, un acteur ou un proche de l'équipe de la pièce, écrivez plutôt votre avis sur les sites de vente de billets. Ils seront ravis de le mettre en avant.
Notes détaillées (pour les plus courageux)
Oeuvres
Emotions
Intérêt intellectuel
Compréhensibilité
Mise en exposition